Économie de la Guinée-Bissau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Guinée-Bissau
Indicateurs économiques
Monnaie Franc CFA
Année fiscale 1er janvier - 31 décembre
Organisations internationales OMC, Union africaine, UEMOA
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 1,45 milliard de $ (2018)
Croissance du PIB 3,8 % (2018)
PIB par habitant en PPA 700 $ (2004)
PIB par secteur agriculture : 62 % (1999)
industrie : 12 % (1999)
services : 26 % (1999)
Inflation (IPC) 1 % (2017)
Indice de développement humain (IDH) 0,455 (2017)[1]
Population active 811 397 (2019)
Population active par secteur agriculture : 82 % (2000)
industrie : 9 % (2000)
services : 9 % (2000)
Taux de chômage 6,1 %
Commerce extérieur
Exportations 328,1 millions $ (2017)
Principaux clients 2017 :
Drapeau de l'Inde Inde 67,1 %
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Vietnam 21,1 %
Importations 283,5 millions $ (2017)
Principaux fournisseurs 2017 :
Drapeau du Portugal Portugal 47,8 %
Drapeau du Sénégal Sénégal 12,1 %
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 10,4[2]
Finances publiques
Dette publique 53,9 % du PIB
Dette extérieure 1000 milliards de $ (2010)
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/pu.html

L'économie de la Guinée-Bissau dépend principalement de l'agriculture et de la pêche. Le pays est le sixième producteur mondial de noix de cajou, avec une production de 120 000 tonnes, ce qui est la principale source de devises et d'exportation du pays, en représentant 60 % des sources de devises, soit 60 millions de dollars. Le riz est la principale culture du pays.

Récolte du riz.
Paysanne vivant sur une petite île.

Le pays possède de nombreuses autres ressources naturelles : bauxite, bois, pétrole, phosphates... Son littoral, très riche en poissons, attire les pêcheurs de l'Union européenne qui viennent pêcher chaque année 500 milles de tonnes de poisson, versant en échange à la Guinée-Bissau environ 7 500 000 . Le potentiel agricole du pays est énorme, mais sa forêt, par exemple, n'est exploitée que de manière informelle.

Malgré ses nombreux atouts, la Guinée-Bissau est le troisième pays le plus pauvre du monde, parmi les pays les moins avancés (PMA). L'indicateur de développement humain (IDH) est de 0,35. En 2005, le budget de l'État dépend à 75 % de l'aide internationale. Il n'y a pas partout de l'électricité et 85 % des habitants vivent avec moins de 1 dollar par jour.

En effet, l'instabilité politique, les séquelles de la guerre civile de 1999, l'obsolescence des infrastructures découragent les investisseurs et donc les possibilités de développement.

Du fait de sa pauvreté et de sa désorganisation économique, la Guinée-Bissau est une proie facile pour les trafiquants de drogue de l'Amérique du Sud qui l'utilisent comme passerelle pour atteindre l'Union européenne, leur principal client depuis que les États-Unis ont durci leur politique de contrôles aux frontières. La Guinée-Bissau a une position géographique privilégiée, au sud du Sénégal, qui l'exclut du dispositif de contrôle de l'immigration clandestine, qui s'étend du Maroc au Sénégal et rend les trafics difficiles. La drogue sud-américaine est donc stockée en Guinée-Bissau, où elle est ensuite introduite par petites quantités dans les produits de marché (fruits, poissons, noix de Cajou) acheminés vers l'Europe, ou ingérée par des mules qui risquent leur vie et leur liberté pour 5 000  (leur salaire pour acheminer 500 grammes à 1 kilogramme de cocaïne en capsules). La Guinée-Bissau, loin d'être consommatrice de ces drogues de « luxe » que ses habitants n'ont pas les moyens de s'offrir, est devenue en quelques années la plaque tournante du trafic de cocaïne, moyen pervers d'enrichir quelques particuliers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]