Économie du Ghana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Ghana image illustrant l’économie
Cet article est une ébauche concernant le Ghana et l’économie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ghana
Indicateurs économiques
Image illustrative de l'article Économie du Ghana
Flotte de pêche à Elmina, près de Cape Coast

Monnaie Cedi
Année fiscale Année calendaire
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 36,4 milliards (2015)[1]
Produit intérieur brut en PPA 114,7 milliards $ (2015)
Croissance du PIB approx. 3,5 % (2015)
PIB par habitant en PPA 4 300 $ (2015)
PIB par secteur agriculture : 21 % (2015)
industrie : 28 % (2015)
services : 52 % (2015)
Inflation (IPC) 17,2 % (2015)
Pop. sous le seuil de pauvreté 24 % (2013)
Population active 11,54 million (2015)
Population active par secteur agriculture : 44 % (2015)
industrie : 15 % (2015)
services : 41 % (2015)
Taux de chômage 5,2 % (2013)
Commerce extérieur
Exportations 10,7 milliards $ (2015)
Importations 13,42 milliards $ (2015)
Finances publiques
Dette publique 76 % (2015)
Recettes publiques 8.123 milliards $ (2015)
Dépenses publiques 10.83 milliards $ (2015)

Le Ghana est un pays riche en matières premières. Son économie est principalement agricole mais le secteur des services s'est beaucoup développé depuis le début des années 2010.

Histoire[modifier | modifier le code]

De 2007 à 2013, l'économie nationale a connu une très forte croissance. Les raisons de cette croissance sont multiples. D'une part, contrairement à la majorité des pays d'Afrique de l'Ouest, le Ghana n'a pas connu de période de conflit ou de tensions inter-communautaires depuis de nombreuses décennies et devient aux yeux des puissances occidentales, un lieu privilégié pour réaliser des investissements sans risque. D'autre part, la gestion de l'économie et de la politique du pays par le pouvoir est considérée comme tout à fait satisfaisante en comparaison des pays environnants, souvent meurtris par la corruption et l'instabilité politique. Enfin, l'attractivité désormais limitée des anciens pays clés de la région comme la Côte d'Ivoire ou le Nigéria (due à une nouvelle montée de violences ou de tensions inter-communautaires dans ces pays) ont convaincu la plupart des investisseurs de transférer leurs capitaux vers les deux nouvelles puissances régionales montantes que sont le Sénégal et le Ghana. Ainsi, le Ghana a été le pays enregistrant la plus forte croissance économique de toute la planète en 2011. Le PIB national a largement progressé en cette seule année (+ 17 %). Ainsi, depuis les années 2000, le Ghana détient, avec la Chine et le Cambodge, les plus hauts taux de croissance du PIB national. Ce sont parmi les seuls à dépasser la barre des 10 % de croissance annuelle autour de 2005.

Cela n'empêche pas l'économie ghanéenne de rester fragile (comme la plupart des économies nationales d'Afrique occidentale), car encore essentiellement orientée vers le secteur primaire, dans une époque mondialisée où l'heure est à l'avènement des productions industrielles standardisées et surtout des services. Les haricots et les denrées dérivées de la noix de coco représentent encore plus d'un tiers de la valeur marchande de la production nationale.

Depuis 2013, en raison d'une politique fiscale trop souple, d'une devise dévaluée, de problèmes électriques récurrents et de la baisse du pétrole, le PIB a diminué de 30% revenant ainsi au niveau de 2010.

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

Ananas et cacao

Les principales ressources du Ghana sont :

Il faut également y ajouter l'or, le diamant, le minerai de manganèse et pour ce qui est des productions agricoles, la noix de cajou, la noix de coco, le café ou encore l'ananas, qui sont exportés. Les productions destinées à la consommation locales comprennent la banane plantain, le riz, les cacahuètes, le millet, le manioc ou encore le sorgho, l'igname et le maïs. L'élevage de volaille et la pêche complètent également les ressources alimentaires.

La découverte de ressources pétrolières offshore significatives, dans la région ouest (Cape three point) a été annoncé en 2007 par Tullow Oil et Kosmos Energy. La production a commencé le 17 décembre 2010, et le pays produit 110 kbbl/j en 2015, ce qui fait du Ghana un pays exportateur de pétrole[2],[3],[4]. La compagnie pétrolière nationale est la Ghana National Petroleum Corporation.

Industrie[modifier | modifier le code]

L'industrie est relativement développée par rapport aux autres pays africains. Les principales sont la métallurgie, la fabrication de pneumatiques, le raffinage d'hydrocarbures, ou encore la minoterie.

Références[modifier | modifier le code]

  • Clémence Vergne, « Ghana, les enjeux de la croissance face à la montée des déséquilibres », in Macrodev, no 15, juin 2014 [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]