Vaccin contre les infections à papillomavirus humain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vaccin contre les infections à papillomavirus humain
Fiole de vaccin contre le papillomavirus humain
Fiole de vaccin contre le papillomavirus humain
Identification
Code ATC J07BM01,J07BM02
Considérations thérapeutiques
Voie d’administration injection
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Un vaccin contre les infections à papillomavirus humain est un vaccin dont le but est de prévenir les infections dues à un papillomavirus humain. Deux types de vaccins sont commercialisés. Le vaccin quadrivalent (nom commercial Gardasil), est dirigé contre les papillomavirus de génotypes 6, 11, 16 et 18. Le vaccin bivalent (nom commercial Cervarix), est dirigé contre les génotypes 16 et 18. Cette vaccination est recommandée par les autorités de santé de plusieurs pays dans le but de faire baisser le risque du cancer du col de l'utérus dus aux génotypes 16 et 18, qui sont parmi les causes connues les plus fréquentes des lésions précancéreuses du col utérin (les génotypes 6 et 11 n'entraînent pas de telles lésions). Le risque d'apparition de condylomes génitaux (lésions bénignes) est également réduit par le vaccin quadrivalent (les génotypes 6 et 11 sont responsables d'environ 90 % de ces affections). Les deux vaccins semblent réduire également le taux de cancers de la vulve et du vagin[1] ainsi que les cancers de l'anus[2].

L'utilisation de ce vaccin auprès des jeunes filles est contestée par certains scientifiques et organisations.

La vaccination nécessite trois injections (0, 2 et 6 mois) chez les femmes de 16 à 26 ans, pour lesquelles il offrirait une protection évaluée entre 5 et 6 ans[3] et deux injections chez les jeunes filles de 9 à 13 ans[4] pour lesquelles la durée de la protection n'a pas été évaluée précisément[3]. Son coût est important (environ 123 euros la dose en 2014).

Historique[modifier | modifier le code]

La recherche qui a conduit a la mise au point du vaccin a débuté dans les années 1980 au sein des universités américaines des universités de Rochester et de Georgetown.

En 1991 deux chercheurs de l'Université du Queensland à Brisbane en Australie trouvent le moyen de former des particules non infectieuses appelées virus-like particles (VLPs), ressemblant au virus et capables d'activer une réponse du système immunitaire.

En 1993, un laboratoire du National Cancer Institute aux États-Unis parvient à concevoir de telles particules d'après le génotype 16 du virus, ce qui ouvre la piste à la création du vaccin, mais débouche également sur des querelles concernant la propriété intellectuelle de la découverte[5].

Utilisation et recommandations[modifier | modifier le code]

Le 8 juin 2006, la mise sur le marché du vaccin Gardasil de Merck & Co. est approuvée aux États-Unis par la FDA pour un usage auprès des jeunes filles et des femmes de 9 à 26 ans.

Le 22 septembre 2006, le Gardasil est approuvé par la Commission européenne pour un usage dans l'Union Européenne auprès des personnes de sexe féminin de 9 à 26 ans[6].

L’État du Michigan demande la vaccination de toutes les jeunes filles de 11-12 ans de cet État. Il existe cependant une certaine résistance vis-à-vis de ce traitement ayant fait, en particulier, une telle politique vaccinale au Texas et en Illinois[7].

Une vaccination de masse a débuté en Australie en 2007, et au Québec en 2008[8].

En juin 2013, le ministère de la santé japonais cesse de recommander les vaccins anti-papillomavirus pour les jeunes filles de 12 à 16 ans, sans pour autant en suspendre totalement l'utilisation[9],[10]. 3,28 millions de femmes ont reçu le vaccin et 1968 cas d"effets indésirables ont été rapportés.

Cible de la vaccination[modifier | modifier le code]

La cible logique est l'adolescente ou la jeune femme, ce qui permettrait de diminuer très sensiblement l'apparition de lésions du col utérin. La vaccination de tout jeune, garçons et filles, serait cependant plus efficace du point de vue de la santé publique, car elle permettrait une forte diminution de l'infection, voire son éradication[11].

L'InVS préconise, en France, de vacciner toutes les jeunes filles de 11 à 14 ans[12], afin de les protéger avant qu'elles ne soient exposées au papillomavirus. Cependant la vaccination est également possible en rattrapage entre 15 et 19 ans[13].

Aux États-Unis, les recommandations préconisent la vaccination de toute femme entre 11 et 26 ans[14].

La vaccination est inefficace si elle est réalisée chez une patiente ayant déjà été exposée au papillomavirus et ne s'étant pas encore débarrassée de l'infection (PCR positive et séropositive). Selon un essai clinique de phase 3 réalisé entre 2001 et 2005, une vaccination par Gardasil chez une femme infectée par le papillomavirus pourrait même augmenter jusqu'à 44,6 % le risque d'apparition de lésions précancéreuses, voire de cancers[15].

La vaccination ne remplace pas les tests de dépistage de routine du cancer du col de l'utérus. « Étant donné qu'aucun vaccin n'est efficace à 100 %, que Gardasil ne protège pas contre les types de papillomavirus non contenus dans le vaccin ou contre des infections déjà existantes dues au papillomavirus, le dépistage en routine du cancer du col de l'utérus reste très important et doit se faire selon les recommandations locales »[16].

La vaccination peut être également proposée aux hommes jeunes, permettant de réduire très sensiblement la survenue de lésions dues au papillomavirus[17]. Elle pourrait aussi contribuer à la diminution de la propagation du papillomavirus, et ainsi, indirectement, à la prévention du cancer du col utérin. La rentabilité estimée ne serait cependant pas très bonne (coût supplémentaire par cancer prévenu)[18].

Controverse[modifier | modifier le code]

Certains scientifiques ou médecins s'insurgent contre l'utilisation du vaccin sur de très jeunes filles, en mettant en avant les risques éventuels. C'est notamment le cas du Pr. Henri Joyeux, qui signe en 2014 une tribune intitulée "Non à la vaccination massive des enfants contre les papillomavirus".[19]

C'est un vaccin qui ne protège que dans 70% des types de virus, les 30% restant étant représentés par des génotypes de papillomavirus non couverts par le vaccin[20]. Les virus non représentés sont responsables de 50% des lésions précancéreuses et de 30% des cancers invasifs[21]. Il existe donc un risque que la vaccination donne une illusion de protection totale aux personnes peu informées.

Bien qu'il soit le second cancer le plus répandu au monde, notamment dans les pays en voie de développement, le cancer du col de l'utérus est considéré comme rare en France, pays qui compte parmi les pays à faible incidence : le nombre de nouveaux cas était de 3 387 cas en 2000, 2 810 en 2011 et 3028 en 2012, le nombre de décès liés étant de 904 en 2002, 998 en 2011 et 1102 en 2012[22]. Cela représente 6.4 cas pour 100 000 personnes soit 0.0064%[23] et le situe au 11e rang des cancers de la femme en France. Par comparaison le cancer du sein représente 48800 nouveaux cas par an soit 16 fois plus, et 10 fois plus de décès. En 2008 il y avait au total 219 756 cas de cancer du sein, 56 000 cas de cancer du côlon, 24 000 cas de cancer du col de l'utérus, 23000 cancers de la thyroïde,et 22 000 mélanomes[24].

Par ailleurs, la mortalité liée à ce cancer est fortement associée à des indicateurs de vulnérabilité socio-économique : c'est un cancer plus présent dans les populations défavorisées[25].

En outre, le déclenchement du cancer est lié à une série de cofacteurs : ceux liés à l’hôte (précocité de l’activité sexuelle, multiplicité des partenaires sexuels, immunodéficience, nombre de grossesses élevé), ceux liés au virus lui -même (charge virale), ainsi que des cofacteurs exogènes : tabagisme, co-infection par le VIH ou une autre infection sexuellement transmissible (IST) telle que le virus herpes simplex 2[26].

Par ailleurs, la modélisation faite par l'Institut de Veille Sanitaire indique s'attendre à une réduction de l’incidence du cancer du col de l’utérus de 34 % et une réduction de la mortalité liée à ce cancer de 32 %, si 80% des jeunes filles sont vaccinées[27].Pourtant, la durée de la protection vaccinale n'est pas connue au-delà de 5-6 ans ans or le pic d'activité sexuelle se situe autour de 20 à 25 ans. Une vaccination dès l'âge de 9 ans pourrait donc exiger des vaccins de rappel à 14 ans puis à 19 ans. C'est ainsi que, selon la Haute Autorité de Santé la prévention des cancers du col de l’utérus par le vaccin est attendue, mais non démontrée, et ne pourra être démontrée qu’à long terme, puisque le délai entre l’infection par le papillomavirus humain et la survenue d’un cancer invasif est de 15 à 25 ans[22].

Or le cancer du col de l’utérus est un candidat idéal au dépistage par son évolution lente et l’existence de nombreuses lésions précancéreuses curables. Le test de dépistage de référence des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus repose sur un examen cytologique : le frottis cervico-utérin. Il est recommandé chez les femmes de 25 à 65 ans tous les trois ans. En 2010, l'Institut National contre le Cancer écrivait que la vaccination "ne se substitue pas au dépistage par frottis mais constitue un moyen complémentaire d’agir face au cancer du col del’utérus."[28]

Selon un bilan de pharmacovigilance de l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) datant de février 2014 concernant le vaccin Gardasil, ce dernier à déclenché 503 cas d’effets indésirables graves dont 127 de maladies auto-immunes incluant 17 cas de sclérose en plaques[29].

Aux États-Unis environ 67 millions de doses de vaccin ont été administrées entre juin 2006 et mars 2014. Le Vaccine Adverse Event Reporting System (Système de déclaration de réactions au vaccin) a enregistré environ 25 000 cas de réactions chez les jeunes filles et les femmes ayant reçu l'injection, dont 92% ont été déclarés non graves, ce qui correspond à environ 2000 cas graves[30].

En juin 2014 un avocat espagnol porte plainte contre Merck-Sanofi Pasteur et l'état espagnol pour négligence, arguant que les essais cliniques du Gardasil ont omis de faire appel à un placebo inerte, ce qui a conduit à une représentation inexacte des données cliniques, et que les autorités de santé ibériques n'ont pas cherché à vérifier les données fournies par le laboratoire; ce qui aurait résulté par la non prise en compte du risque réel d'effets secondaires[31].

Les vaccins contre le col de l'utérus représentent un chiffre d'affaires non négligeable pour les laboratoires : plus d'un milliard de dollars pour le Gardasil seul. En 2006 Didier Hoch, qui dirigeait la joint-venture Sanofi Pasteur déclarait attendre " entre 500 millions et 1 milliard d'euros de revenus annuels de ce produit pour l'Europe d'ici à « trois ou cinq ans », pour une coentreprise dont le chiffre d'affaires était inférieur à 700 millions d'euros en 2005[32].

Prise en charge[modifier | modifier le code]

Depuis 2007 en France, l'assurance maladie prend en charge la vaccination contre certains types de papillomavirus des jeunes filles de 11 à 14 ans (et celles de 15 à 19 ans en rattrapage)[33]. Chaque injection coûte 123,44 €[34] et est remboursée à 65% par la Sécurité Sociale. Cela représente aujourd’hui un coût total par personne de 370,32 € dont 240,71 € remboursés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Joura EA, Leodolter S, Hernandez-Avila M et al. Efficacy of a quadrivalent prophylactic human papillomavirus (types 6, 11, 16, and 18) L1 virus-like-particle vaccine against high-grade vulval and vaginal lesions: a combined analysis of three randomised clinical trials, Lancet 2007;369:1693-1702
  2. (en) « HPV vaccination to prevent anal cancer in men who have sex with men », sur BMJ,‎ juin 2013 (consulté le 07/10/2014)
  3. a et b (en) The GlaxoSmithKline Vaccine HPV-007 Study Group, Sustained efficacy and immunogenicity of the human papillomavirus (HPV)-16/18 AS04-adjuvanted vaccine: analysis of a randomised placebo-controlled trial up to 6·4 years, Lancet, 2009;374:1975-1985
  4. (en) « Gardasil® approved in the European Union for a 2-dose schedule in children aged from 9 to 13 years », sur FierceVaccines,‎ 17 avril 2014 (consulté le 07 novembre 2014)
  5. (en) « Who Invented the VLP Cervical Cancer Vaccines? », sur Journal of the National Cancer Institute,‎ 5 avril 2006 (consulté le 07/10/2014)
  6. « HPV Gardasil vaccinique a approuvé en vente à l'UE »
  7. (en) R Coombes Human papillomavirus vaccine : Life saving treatment or giant experiment?. BMJ 2007;334:721-723
  8. Programme de vaccination dès la prochaine rentrée scolaire - Du nouveau pour la prévention de l'infection par le virus du papillome humain
  9. (en) (rédaction), « Health ministry withdraws recommendation for cervical cancer vaccine », The Asahi Shimbun,‎ 15 juin 2013 (lire en ligne)
  10. (en) Kyodo, « Cervix vaccine issues trigger health notice », The Japan Times,‎ 15 juin 2013 (lire en ligne)
  11. (en) Should HPV vaccines be mandatory for all adolescents?, Lancet, 2006; 368:1212
  12. 3 % des premiers rapports sexuels ont lieu avant l'âge de 15 ans
  13. Bulletin épidémiologique hebdomadaire numéro 14-15, Le Calendrier des vaccinations et les recommandations vaccinales 2013 selon l’avis du Haut Conseil de la santé publique, 2013 (site de l'INVS)
  14. (en) Advisory Committee on Immunization Practices, Recommended adult immunization schedule: United States, 2009, Ann Int Med, 2009;150:40-44
  15. (en) Vaccines and Related Biological Products Advisory Committee Rapport complet cf. page 13, référence U.S. Food and Drug Administration
  16. VIDAL 2008 Gardasil (R)
  17. (en) Food and Drug Administration, Male indication for Gardasil, 2009
  18. (en) Kim JJ, Goldie SJ, Cost-effectiveness analysis of including boys in a human papillomavirus (HPV) vaccination programme in the United States, BMJ, 2009;339:b3884
  19. « NON à la vaccination massive des enfants contre les papillomavirus »
  20. « Questions-réponses - Vaccin anti-papillomavirus humain Gardasil® », sur http://www.sante.gouv.fr/,‎ 5 décembre 2013 (consulté le 07/10/2014)
  21. « PATHOLOGIE CERVICO-UTÉRINE : DÉPISTAGE ET SURVEILLANCE DES LÉSIONS PRÉCANCÉREUSES ET CANCÉREUSES », sur http://www.invs.sante.fr/,‎ 06.02.2013 (consulté le 07/10/2014)
  22. a et b « Dépistage et prévention du cancer du col de l’utérus - Actualisation du référentiel de pratiques de l’examen périodique de santé (EPS) »
  23. « Item 139 : Facteurs de risque, prévention et dépistage des cancers », sur http://umvf.univ-nantes.fr/ (consulté le 07/10/2014)
  24. Natalie Vongmany, Les Cancers en France édition 2013, Boulogne-Billancourt, Institut National du Cancer,‎ 2013, 260 p. (lire en ligne)
  25. « Précarité et cancer du col de l’utérus », sur Institut National du Cancer,‎ 24/04/2012 (consulté le 07/10/2014)
  26. « Le Cancer dans le Monde », sur Centre International de Recherche Contre le Cancer (consulté le 07/10/2014)
  27. « Données épidémiologiques sur le cancer du col de l’utérus », sur www.pasteur.fr,‎ 2008 (consulté le 07/10/2014)
  28. Institut National du Cancer, « Le cancer du col de l’utérus en France - état des lieux 2010 », C O L L E C T I O N Rapport & synthèse,‎ juillet 2010 (lire en ligne)
  29. « Gardasil : actualisation des données de sécurité sur le vaccin contre les papillomavirus humains - Point d'information »
  30. (en) « Human Papillomavirus (HPV) Vaccine », sur Centers for Disease Control and Prevention,‎ 25/09/2014 (consulté le 07/10/2014)
  31. (en) « Gardasil Vaccine: Spain Joins Growing List of Countries to File Criminal Complaints »
  32. « Sanofi Pasteur MSD compte doubler ses ventes avec le vaccin Gardasil », sur http://www.lesechos.fr/,‎ 21/12/2006 (consulté le 07/10/2014)
  33. Site AMELI
  34. « GARDASIL », sur eurekasante.f,‎ 22 Juillet 2014. (consulté le 07/10/2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]