GAVI Alliance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gavi.

GAVI Alliance (anciennement « l’Alliance Globale pour les Vaccins et l’Immunisation ») est un partenariat des secteurs public et privé sur les questions d’immunisation qui a pour but d’accélérer les progrès dans le domaine de la vaccination. L’Alliance rassemble, entre autres, l’expertise technique de l’OMS, la puissance d’achat en matière de vaccins de l’UNICEF et le savoir-faire financier de la Banque mondiale. Elle intègre également les connaissances en matière de recherche et de développement des fabricants de vaccins, les voix des pays en développement et la puissance financière de grands donateurs étatiques et privés telle que la Fondation Bill-et-Melinda-Gates[1].

Une décennie consacrée à sauver des vies[modifier | modifier le code]

GAVI Alliance a été lancée en 2000, à un moment où l’approvisionnement de vaccins destinés aux enfants vivant dans les parties les plus pauvres du monde avait commencé à chuter. À la fin des années 90, les taux de vaccination stagnaient, voire déclinaient. Près de 30 millions d’enfants nés chaque année dans les pays en développement n’étaient pas complètement vaccinés. Grâce à un engagement à hauteur de 750 millions d’US$ de la Fondation Bill-et-Melinda-Gates, l’idée consistant à fournir des vaccins à ces enfants est tout à coup devenue réalisable[2].

De 2000 à 2010, GAVI a contribué à immuniser 288 millions d’enfants contre des maladies potentiellement mortelles comme la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B, le Hib et la fièvre jaune. Elle a ainsi permis à approximativement 5 millions d’enfants d’éviter une mort prématurée (estimation 2010 de l’OMS)[3]. Deux maladies sont actuellement dans le point de mire de GAVI : la pneumonie et la diarrhée responsables à elles seules de plus d'un tiers des décès d'enfants de moins de 5 ans. D’ici à 2015, GAVI estime qu’elle pourra prévenir la mort de 4 millions d’enfants supplémentaires. Les résultats obtenus contribueront de manière significative à la réalisation de l'objectif 4 du Millénaire pour le développement, à savoir la réduction d’ici à 2015 de 2/3 du taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans[4].

Comment travaille GAVI ?[modifier | modifier le code]

S’appuyer sur l’engagement des pays[modifier | modifier le code]

Les pays pouvant prétendre au soutien de GAVI jouent un rôle actif. Ils définissent leurs besoins en matière de vaccination, présentent leur demande de financement et supervisent la mise en œuvre de leurs programmes de vaccination. Selon la politique de cofinancement de GAVI, les pays bénéficiaires sont tenus de participer financièrement au coût des vaccins. Cela renforce l’appropriation et la viabilité à long terme des programmes de vaccination. Le fait que les pays sollicitent de plus en plus des vaccins financés par GAVI et qu’ils soient prêts à les cofinancer montre leur réel engagement en faveur de l’amélioration de la santé de leur population[5].

Montrer la voie en matière de financement novateur pour la vaccination[modifier | modifier le code]

GAVI est un précurseur en matière de développement de méthodes innovantes pour le financement des programmes de santé. La Facilité internationale de financement pour la vaccination (IFFIm) a été créée pour accélérer rapidement la disponibilité et la prévisibilité des fonds destinés à la vaccination. L’IFFIm lève des fonds en émettant des obligations sur les marchés des capitaux, et s’appuie sur les engagements à long terme des gouvernements à titre de garantie et pour verser les intérêts. Depuis son lancement en 2006, l’IFFIm a permis de récolter plus de 3 milliards US$. En exploitant les marchés des capitaux, l’IFFIm a pu doubler le montant des fonds disponibles pour les programmes de vaccination de GAVI. L’Afrique du Sud, l’Espagne, la France, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède et l'Australie financent l’IFFIm[5].

Développer des solutions axées sur le marché[modifier | modifier le code]

La Garantie de marché (AMC) de GAVI constitue une nouvelle approche en matière de financement de la santé publique. Elle a été conçue pour stimuler la mise au point et la production de vaccins à des prix abordables pour les pays en développement. Dans le cadre d’une AMC, les donateurs s’engagent à apporter des fonds pour garantir le prix des vaccins dès que ceux-ci sont développés. Ces engagements financiers incitent les fabricants de vaccins à investir dans la recherche et développement et à accroître les capacités de production des vaccins dont le besoin est urgent. En contrepartie, les fabricants signent un engagement juridiquement contraignant en vue de fournir aux pays en développement des vaccins à un prix abordable à long terme. En mars 2010, GAVI et deux sociétés pharmaceutiques ont signé les premiers accords d’approvisionnement de l’AMC contre les infections à pneumocoques. Ces sociétés fourniront longtemps les vaccins adaptés aux besoins des pays en développement, et ce pour une infime partie du prix pratiqué dans les pays industrialisés. L’AMC a été lancée grâce à un engagement des donateurs à hauteur de 1,5 milliard US$. De plus, GAVI a engagé jusqu’à 1,3 milliard US$ en faveur de cette initiative[5].

Améliorer l’industrie des vaccins[modifier | modifier le code]

La capacité de GAVI à garantir un financement prévisible à long terme et une demande rapide de vaccins façonne les marchés de manière positive. Grâce au travail de l’Alliance, les fabricants, notamment ceux des marchés émergents, ont manifesté leur engagement à fournir des vaccins adaptés pour les pays en développement. En conséquence, la concurrence entre les sociétés s’est accrue, ce qui a entraîné la baisse des prix des vaccins soutenus par GAVI[5].

Profiter de la possibilité de sauver des millions de vies supplémentaires[modifier | modifier le code]

La vaccination constitue un facteur majeur de la baisse de la mortalité infantile, et peut contribuer à atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement. Le soutien de GAVI a déjà eu un impact significatif et il existe de nouvelles opportunités de prévenir d’autres maladies. La pneumonie et les maladies diarrhéiques sont de loin les deux maladies évitables par la vaccination qui tuent le plus d’enfants. Par le biais de son Initiative pour l’introduction accélérée des vaccins et sous réserve d’un soutien accru des donateurs, GAVI prévoit de généraliser de nouveaux vaccins contre les principales causes de pneumonie et de diarrhée infantile – des maladies qui, à elles deux, tuent près de trois millions d’enfants de moins de cinq ans chaque année[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]