Teplice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Teplice
Blason de Teplice
Héraldique
Place du château
Place du château
Administration
Pays Drapeau de la République tchèque République tchèque
Région Région d'Ústí nad Labem
Maire Jaroslav Kubera
Code postal 415 01
Indicatif téléphonique international +(420)
Démographie
Population 50 728 hab. (2011)
Densité 2 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 38′ 24″ N 13° 49′ 28″ E / 50.6399608, 13.8245447 ()50° 38′ 24″ Nord 13° 49′ 28″ Est / 50.6399608, 13.8245447 ()  
Altitude 228 m
Superficie 2 378 ha = 23,78 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Site municipal
Localisation
Localisation de Teplice

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte administrative de République tchèque
City locator 14.svg
Teplice

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte topographique de République tchèque
City locator 14.svg
Teplice

Teplice (Teplitz en allemand, anciennement « Tœplitz-Schœnau ») est une station thermale de la République tchèque proche de la frontière allemande. Située à 15 km au nord d'Ústí nad Labem et à 57 km au sud de la ville allemande de Dresde, la ville fut le principal siège des princes Clary-und-Aldringen de 1634 à 1945.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Teplice dérive d'une racine slave qui signifie « chaud » et fait référence aux eaux chaudes qui ont donné naissance à l'activité thermale de la ville. Les eaux ont été découvertes, selon la légende, vers l'an 762 et un village est mentionné pour la première fois par écrit au XIIe siècle. C'est la reine Judith de Thuringe qui est à l'origine de la fondation de la ville entre 1158-1164, lorsqu'elle fonde une abbaye bénédictine ad aquas caldas, à l'emplacement du château actuel. Le nom de l'abbaye (près des eaux chaudes, en latin) est transcrit en Teplice, ou Töplitz/Teplitz en allemand. L'abbaye est détruite au moment de la révolte hussite et laisse la place par la suite à un château. La région appartient à la monarchie autrichienne au Moyen Âge et mêle des populations de Bohême et d'origine germanique. À partir du XIIIe siècle, la ville fait partie de la seigneurie de la famille des comtes Kinsky. Vers 1630, la ville et son château appartiennent au comte Wilhelm Kinsky von Wchnitiz und Tettau qui meurt assassiné avec Wallenstein à Eger en 1634.

Ferdinand II confisque les biens du comte Kinski. La seigneurie de Teplitz et son château, sont alors donnés au comte Johann von Aldringen qui meurt sans héritier direct. En 1634, la ville devient donc propriété de sa sœur Anna, épouse du baron Hieronymus von Clary, ancêtres de la famille princière von Clary und Aldringen, ou Clary-Aldringen.

Le château des Clary-Aldringen, ainsi qu'une partie de la ville thermale, est reconstruit en style néoclassique après un incendie qui a lieu en 1793. Dès lors elle reçoit le surnom de Klein-Paris (Petit Paris).

Teplitz est une destination mondaine prisée de l'aristocratie d'Europe centrale et allemande à partir de la fin du XVIIIe siècle.

Ludwig van Beethoven y séjourne plusieurs étés consécutifs. En juillet 1812 il y rédige la Lettre à l'immortelle Bien-aimée et y achève sa Septième symphonie.

Pendant les guerres napoléoniennes, Teplitz est le quartier général des trois alliés autrichien, prussien et russe. C'est au château des Clary und Aldringen qu'est scellée la Sainte-Alliance qui sera formellement signée à Paris le 26 septembre 1815.

Le roi de Prusse, l'empereur de Russie et l'empereur d'Autriche se retrouvent aux eaux de Tepliz en septembre 1835. À l'automne 1849, y séjournent le jeune empereur François-Joseph, ainsi que ses oncles les rois de Prusse et de Saxe. François-Joseph y retourne le 25 juillet 1860 en y invitant le prince-régent de Prusse. Les villes d'eaux permettaient aux monarques européens de l'époque de se rencontrer sans protocole et de règler des affaires pressantes.

Jusqu'en 1918, la ville de TEPLITZ fait partie de la monarchie autrichienne (empire d'Autriche), puis Autriche-Hongrie (Cisleithanie après le compromis de 1867), chef-lieu du district de même nom, l'un des 94 Bezirkshauptmannschaften en Bohême[1]. Teplitz est réunie à la petite station thermale voisine de Schönau en 1895; elle prend alors le nom de TEPLITZ-SCHÖNAU.

La ville est donnée à la nouvelle Tchécoslovaquie par les Alliés en 1919 d'après les termes de la conférence de Versailles. Elle prend le nom officiel de Teplice-Šanov, bien qu'elle soit alors majoritairement peuplée d'Allemands de Bohème. Il y avait en 1930, 23 100 Allemands pour 5 300 Tchèques dans la ville. Elle fait partie de la région des Sudètes.

En octobre 1938, la ville, majoritairement habitée par une population germanophone, est annexée par le Reich, conformément aux accords de Munich en ce qui concerne la Région des Sudètes. Certains hôtels deviennent des lieux de détention pour les opposants au nazisme (notamment des Mosellans refusant l'annexion de leur département à l'Allemagne).

Après la défaite du Reich, les décrets Beneš (1945) contraignent la population de langue allemande de la ville à s'exiler, laissant la place aux Tchèques qui l'appellent désormais TEPLICE. Les princes Clary-Aldringen, seigneurs de Teplitz depuis 1634, sont également expropriés en 1945.

L'aspect de la ville a été durablement transformé durant la période socialiste qui a vu la destruction de maintes maisons historiques à l'exemple de l'ancienne place du Marché (aujourd'hui place de la Liberté) dont de nombreuses maisons ont été démolies pour faire place à un centre commercial socialiste et à un bâtiment Telecom. La place du château avec l'église Sainte-Croix, la colonne de la Sainte-Trinité, le Palais et ses maisons historiques, est restée, en revanche, relativement bien conservée.

Thermes[modifier | modifier le code]

Les températures des eaux, selon les sources, s'échelonnent entre 32,5°C et 48°C. Les sources ont été utilisées presque exclusivement pour des traitements par bain, en particulier contre les rhumatismes chroniques, la goutte, des formes de paralysie, contre les gonflements scrofuleux et les plaies, les névralgies, mais aussi pour guérir les séquelles de blessures et de fractures dues aux guerres dans le Therme militaire. La source principale a également été utilisée comme eau à boire. Les sources d'eau alimentaient dix thermes. En 1887, le nombre de patients des thermes de Teplice s'élèvait à 7 351 en plus des 19 224 curistes de passage.

Résidents célèbres[modifier | modifier le code]

Monument aux morts et cimetière des soldats soviétiques morts en 1944-1945 à Teplitz/Teplice

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Die postalischen Abstempelungen auf den österreichischen Postwertzeichen-Ausgaben 1867, 1883 und 1890, Wilhelm KLEIN, 1967

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]