Most

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Most
Blason de Most
Héraldique
Drapeau de Most
Drapeau
Église « déménagée »
Église « déménagée »
Administration
Pays Drapeau de la République tchèque République tchèque
Région région d'Ústí nad Labem
Maire Vladimír Bártl
Code postal 434 01
Indicatif téléphonique international +(420)
Démographie
Population 67 332 hab. (2014)
Densité 774 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 30′ 10″ N 13° 38′ 23″ E / 50.5028647, 13.639816350° 30′ 10″ Nord 13° 38′ 23″ Est / 50.5028647, 13.6398163  
Altitude 233 m
Superficie 8 694 ha = 86,94 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Site municipal
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte administrative de République tchèque
City locator 14.svg
Most

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte topographique de République tchèque
City locator 14.svg
Most
Liens
Site web www.mumost.cz

Most (en allemand : Brüx) est une ville et une commune de la région d'Ústí nad Labem, en République tchèque, et le chef-lieu du district de Most. Sa population s'élevait à 67 332 habitants en 2014[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Most se trouve à 22 km au sud-ouest de Teplice, à 35 km au sud-ouest d'Ústí nad Labem et à 75 km au nord-ouest de Prague[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville signifie « pont » en tchèque. Son nom allemand dérive de la même signification.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mentionnée dans la Chronica Boemorum de Cosmas de Prague, Most est l'une des plus anciennes villes de Bohême.

Elle entre en déclin après la guerre de Trente Ans mais connait une période de prospérité économique à partir de la seconde moitié du XIXe siècle avec le développement des industries minières (charbon, lignite) et d'autres activités industrielles utilisant cette source d'énergie.

Jusqu'en 1918, la ville faisait partie de l'empire d'Autriche, puis d'Autriche-Hongrie (Cisleithanie après le compromis de 1867), district de Brüx, un des 94 Bezirkshauptmannschaften en Bohême[3].

En 1895, un glissement de terrain engloutit certaines maisons et leurs habitants.

Elle a été habitée principalement par des Allemands des Sudètes jusqu'à l'expulsion de ceux-ci en 1945, à la suite des décrets Beneš.

Fait rare dans l'histoire des villes, Most a été littéralement « déménagée » dans les années 1960 pour faire place aux activités minières extensives d'extraction du lignite. Le centre historique a été détruit par explosifs à l'exception d'une église, celle de l'Annonciation à la Vierge Marie (voir photo) qui a été préservée : retirée de ses fondations, elle fut déplacée sur une voie ferrée de 841 m en l'espace de 28 jours, à raison de 30 m par jour. Cette opération fait l'objet d'une mention au livre Guinness des records. Les autres immeubles ont simplement démolie et une ville nouvelle érigée à quelque distance prit la suite.

On peut dire que Most avait ainsi perdu son âme. C'était une ville mal aimée et peu attrayante, œuvre de l'urbanisme communiste, d'autant que la ville et la région ont longtemps été victimes des pluies acides.

Depuis 1989, beaucoup d'énergie et de moyens financiers sont investis pour développer cette région et la ville de Most. Après 18 ans, on a réussi à renouveler les espaces verts et à limiter les industries polluantes.

En 2009, la ville de Most a accueilli un évènement mondial : le "18th international meeting of 2cv friends", qui rassembla pas moins de 3335 voitures (2CV et dérivés) et 7 698 personnes pendant une semaine de rencontre et de fête.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Population des communes de la République tchèque au 1er janvier 2014.
  2. Distances à vol d'oiseau ou distances orthodromiques.
  3. Wilhelm Klein, Die postalischen Abstempelungen auf den österreichischen Postwertzeichen-Ausgaben 1867, 1883 und 1890, 1967.