Supersaurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Supersaurus (« super lézard ») est un genre éteint de dinosaure diplodocidé qui fut découvert par Jim Jensen dans une formation rocheuse du Colorado aux États-Unis en 1972, au côté d'os de Brachiosaure. Il ne restait plus que quelques ossements fossiles de Supersaurus, une omoplate qui mesurait plus de 2 mètres de haut et quelques vertèbres[réf. nécessaire].

Description[modifier | modifier le code]

Supersaurus pouvait atteindre jusqu'à 35 mètres de long[1]. Des estimations lui attribuent une longueur de 42 mètres[2].

Au moment de la découverte, on pensait que la combinaison des os appartenait à un seul dinosaure qui fut nommé « Ultrasauros »[réf. nécessaire].

Certains scientifiques pensent que le Supersaurus n'était en fait qu'un grand Diplodocus[réf. nécessaire].

Comparaison des plus grands sauropodes. Amphicoelias fragillimus en rouge : les fragments sont trop incomplets pour estimer véritablement sa taille. Sauroposeidon en bleu : environ 30 m de long et 18 m de haut, le plus haut dinosaure découvert à ce jour. Argentinosaurus en violet : fut le plus lourd dinosaure connu et l'un des plus long avec 30 m pour un poids de 80 à 100 tonnes. Supersaurus et Seismosaurus (ou Diplodocus hallorum) en vert et en orange : les deux plus longs dinosaures découverts à ce jour, environ 40 m chacun.

Découverte[modifier | modifier le code]

Les restes fossiles originaux de Supersaurus ne livrèrent que quelques os : une ceinture scapulaire (spécimen type BYU 5500) et quelques vertèbres cervicales. Cette ceinture scapulaire (ou scapulocoracoïde) mesurait quelque 2,40 mètres de haut[réf. nécessaire].

Un nouveau spécimen de Supersaurus bien plus complet, surnommé « Jimbo », vient d'être découvert à Converse County, dans l'État du Wyoming, aux États-Unis[réf. nécessaire]. Il est en cours d'excavation et ses os sont conservés au Wyoming Dinosaur Center[réf. nécessaire].

À l'origine, on pensait que Supersaurus était parent du diplodocidé à long cou Barosaurus (membre des Diplodocinae), mais le nouveau spécimen rend évident que Supersaurus est, en réalité, plus proche de l’Apatosaurus (appelé jadis Brontosaurus, membre des Apatosaurinae)[1].

Ultrasauros[modifier | modifier le code]

Vertèbre dorsale d'un Supersaurus vivianae.

Le paléontologue James A. Jensen, qui décrit le spécimen de Supersaurus original, relata en même temps la découverte d'un autre sauropode géant, qui serait plus tard nommé Ultrasaurus macintoshi[3]. On découvrit plus tard que le spécimen type (le spécimen utilisé pour définir une nouvelle espèce d’Ultrasauros, étant un os de la colonne vertébrale (vertèbre dorsale, étiquetée BYU 9044) provenait d'un Supersaurus. En fait, il appartenait probablement au spécimen de Supersaurus original, qui fut découvert dans la même carrière en 1972. Ainsi, Ultrasauros devint un synonyme plus récent de Supersaurus, qui fut nommé d'abord et reste donc prioritaire, et le nom Ultrasauros fut abandonné[4].

On découvrit d'autres ossements qu'on pensa d'abord appartenir à un Ultrasauros, comme une ceinture scapulaire (scapulocoracoîde, BYU 9462), mais ils appartenaient à un Brachiosaurus, peut-être un grand spécimen de Brachiosaurus altithorax[4]. Les os du Brachiosaurus indiquent un individu de grande taille, sans battre des records, un peu plus grand que le Brachiosaurus brancai du Musée d'Histoire Naturelle de l’université Humboldt de Berlin. De plus gros spécimens de Brachiosaurus sont connus à partir des lits du Tendaguru situé en Tanzanie, en Afrique de l'Est[réf. nécessaire].

À l'origine, on crut que ces os de Supersaurus et de Brachiosaurus représentaient un seul dinosaure dont on estimait les mensurations de 25 à 30 mètres de long, 8 mètres de haut au garrot et 15 mètres au total, pour un poids possible de 70 tonnes. Au fil du temps, les estimations ont grimpé jusqu'à 180 tonnes, ce qui le classait dans la même catégorie que la baleine bleue, et aussi le problématique Bruhathkayosaurus[réf. nécessaire].

L'appellation Ultrasauros[modifier | modifier le code]

Le bassin d'un Supersaurus vivianae.

L'appellation du chimérique Ultrasauros a, de même, une histoire compliquée. Ultrasaurus était le choix à l'origine, et fut largement utilisé par les médias après la découverte de 1979. Toutefois, le nom d'une espèce doit être publié dans un journal scientifique pour devenir officiel.

Avant que Jim Jensen ne publie sa découverte en 1985, un autre paléontologue, Haang Mook Kim, utilisa le nom Ultrasaurus en une publication de 1983 pour décrire ce qu'il croyait être un dinosaure géant de Corée du Sud[réf. nécessaire]. C'était un dinosaure différent et beaucoup plus petit que la découverte de Jensen, mais Kim pensa qu'il représentait un animal identiquement gigantesque parce qu'il confondit un fémur avec un humérus[réf. nécessaire]. Tandis que la logique de l'appellation était incorrecte, l’Ultrasaurus de Kim remplissait les conditions d'une appellation et fut considéré comme un genre légitime, même s'il était douteux. Ainsi, parce que Jensen ne publia sa propre découverte d’« Ultrasaurus » qu'en 1985, l'usage de Kim garda sa priorité de nom officiel, et Jensen se trouva alors forcé de choisir un autre nom (en termes techniques, on dit que son choix originel fut « occupé » avant par le sauropode de Kim). En 1991, sur sa suggestion, George Olshevsky changea une lettre et renomma le sauropode de Jensen Ultrasauros.

Quand on découvrit plus tard que le nouveau nom faisait référence à des ossements issus de deux espèces déjà connues et distinctes, le nom Ultrasauros devint un synonyme plus récent de Supersaurus. À partir du moment où les os du Brachiosaurus étaient uniquement utilisés comme référence secondaire à la nouvelle espèce, Ultrasauros n'est pas synonyme de Brachiosaurus. Puisque Supersaurus fut nommé légèrement plus tard, le nom Ultrasauros a été abandonné en faveur de Supersaurus[réf. nécessaire].

Autre synonyme[modifier | modifier le code]

Un autre dinosaure diplodocidé trouvé près de la carrière originelle de Supersaurus, connu à partir d'une vertèbre dorsale spécimen type BYU 5750, fut baptisé Dystylosaurus edwini, lequel est considéré, à présent, comme un spécimen de Supersaurus vivianae. Par conséquent, Dystylosaurus est devenu un synonyme plus récent de Supersaurus[5].


Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) David M. Lovelace, « Morphology of a specimen of Supersaurus (Dinosauria, Sauropoda) from the Morrison Formation of Wyoming, and a re-evaluation of diplodocid phylogeny », Arquivos do Museu Nacional, vol. 65, no 4,‎ 2007, p. 527–544
  2. David Burnie, L'encyclopédie des dinosaures, Rouge & Or, Chine, 2005, p. 83
  3. Jensen, J.A. (1985). "Three new sauropod dinosaurs from the Upper Jurassic of Colorado." Great Basin Naturalist, 45: 697-709.
  4. a et b Curtice, B., Stadtman, K., and Curtice, L. (1996) "A re-assessment of Ultrasauros macintoshi (Jensen, 1985)." Pp. 87-95 in M. Morales (ed.), The Continental Jurassic: Transactions of the Continental Jurassic Symposium, Museum of Northern Arizona Bulletin number 60.
  5. (en) B. Curtice, Stadtman, K., Western Association of Vertebrate Paleontologists and Southwest Paleontological Symposium - Proceedings 2001, 8,‎ 2001, « The demise of Dystylosaurus edwini and a revision of Supersaurus vivianae », p. 33–40