José Bonaparte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonaparte (homonymie).

José Fernando Bonaparte est un paléontologue argentin né le 14 juin 1928. Il découvrit un grand nombre de dinosaures sud-américains et servit de mentor à une nouvelle génération de paléontologues comme Rodolfo Coria. Selon le paléontologue Peter Dodson de l'université de Pennsylvanie, « presqu'à lui seul, il réussit à faire de l'Argentine le 6e pays du monde en termes de dinosaures »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Bonaparte est le fils d'un marin italien. Il est né à Rosario (Argentine) et a grandi à Mercedes (Buenos Aires). Malgré un manque de formation dans le domaine, il commença à collecter des fossiles dès son plus jeune âge, et créa même un musée dans sa ville. Plus tard, il devint conservateur de l'Université nationale de Tucumán où il fut nommé Docteur Honoris Causa[2] en 1974. À la fin des années 1970, il devint scientifique du plus haut grade (senior scientist) au Musée national des sciences naturelles de Buenos Aires[3].

Le découvreur[modifier | modifier le code]

Diversité naturelle de l'Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

Le supercontinent de la Pangée se sépara en Laurasia au nord et Gondwana au sud durant le Jurassique. Au cours du Crétacé, l'Amérique du Sud s'éloigna du reste de Gondwana. Cette division provoqua une différence d'évolution entre les biotopes du nord et du sud, et les animaux du sud passèrent pour très étranges à ceux qui étaient habitués à la faune plus au nord. Bonaparte découvrit des faits corroborant cette division, ce qui fit que le paléontologue Robert Bakker le surnomma « Maître du Mésozoïque »[4].

En Amérique du Sud, les titanosaures développèrent des armures et furent florissants, pendant que les sauropodes du continent nord disparaissaient et furent remplacés par de vastes hardes d'hardrosaures ; les théropodes carnivores étaient représentés par des abelisaures et d'étranges dinosaures comme le Carnotaurus cornu, avec des membres courts et un nez écrasé. Des indications permettent de penser qu'un passage joignait l'Amérique du Nord et du Sud à la fin du Crétacé ; en effet des titanosaures ont été découverts au nord jusqu'en Utah et des hadrosauriens au sud jusqu'en Patagonie.

Liste des découvertes[modifier | modifier le code]

Bonaparte découvrit également ou décrivit un nombre important d'archosaures et d'oiseaux primitifs (comme Iberomesornis), et participa à l'étude d'autres dinosaures comme le Giganotosaurus carolinii.

Sa philosophie[modifier | modifier le code]

Bonaparte est un traditionaliste et n'utilise pas la méthode cladistique moderne, qui applique le principe de parcimonie à un vaste champ de synapomorphies. En partie pour cette raison, il déclina l'offre qui lui était faite de travailler sur un nouveau traité : « The Dinosauria ». Bien que beaucoup plus connu pour ses découvertes sur les dinosaures, il préfère l'étude des mammifères. Il est connu comme travailleur assidu, obstiné, avec une forte personnalité[3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dodson cité dans Omni, 1993.
  2. (es) « "Tras las huellas de los dinosaurios" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-07 - CAESE university (es)
  3. a et b Omni, 1993
  4. Bakker cité dans Omni en 1993.

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Don Lessem, « Jose Bonaparte: Maser of the Mesozoic — Paleontologist », Omni,‎ mai 1993
Bonaparte est l’abréviation habituelle de José Bonaparte en zoologie.
Attention, cette abréviation est aussi utilisée pour: Charles Lucien Bonaparte
Consulter la liste des abréviations d'auteur en zoologie