Gastrolithe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un dinosaure avalant par accident des gastrolithes
Radiographie montrant des grains de plomb ingérés comme gastrolithes et déjà très érodés. Ce cygne trouvé à Condé-sur-l'Escaut est mort en quelques jours d'une intoxication aiguë (une bille aurait suffit à l'intoxiquer et 12 à l'empoisonner mortellement)

Un gastrolithe appelé aussi « pierre d'estomac » ou « cailloux (ou grit) de gésier » est une pierre ou un petit cailloux volontairement avalée par certaines espèces de vertébrés pour être stocké dans l'estomac ou le gésier.

Utilité[modifier | modifier le code]

Ce comportement semble répondre à deux ou trois objectifs :

  1. d'une part faciliter le broyage des aliments dans l'estomac (ou le gésier chez l'oiseau) et donc la digestion.
  2. d'autre part apporter des minéraux (calcium) ou oligoéléments d'intérêt alimentaires, au moins pour certaines espèces ou dans certains milieux[1].
  3. Certains auteurs ont suggéré que ces cailloux pourraient aussi peut-être "lester" certains oiseaux afin de faciliter leur plongées sous l'eau (pingouins, manchots notamment[2]).

De nombreux animaux actuels utilisent des gastrolithes, notamment tous les oiseaux, des reptiles tels que les crocodiles.
Des dinosaures, notamment les sauropodes, en utilisaient également.

Choix des gastrolithes[modifier | modifier le code]

La taille et le grain (plus ou moins lisse) du gastrolithe dépend de celle de l'animal et de ses besoins. Certains animaux choisissent des cailloux siliceux bien arrondis et d'autres des cailloux de type pierre ponce très râpeux. C'est cette capacité de choix qui conduit certains oiseaux à s'empoisonner en mangeant dans certaines circonstances jusqu'à plusieurs centaines de billes de plomb[3].

Chez les oiseaux[modifier | modifier le code]

Gastrolithes du Jurassique, retrouvés près de Starr Springs, Utah.
Fossile de Psittacosaurus laissant voir des gastrolithes dans la région stomacale.
(American Museum of Natural History)

Les ornithologues parlent volontiers de « grit » (diminutif anglais de gastrolith), bien que cette expression d'origine anglaise ne puisse être recommandée dans un contexte francophone.

Les oiseaux choisissent le type de grid qu'ils ingèrent en fonction de leur nourriture [4].

Lors d'une expérience faite en Amérique du Nord pour essayer de produire des granulés de pesticides non-appétents pour les oiseaux, on a remarqué que le moineau domestique et le colin de Virginie peuvent avoir des préférences individuelles en termes de forme, taille, mais aussi de couleur[5]. De manière générale, pour ces deux espèces, les petits cailloux jaunes, verts ou blancs étaient préférés[5].

Les oiseaux marins utilisent aussi des cailloux, y compris les pingouins et manchots en zone polaire. On en a par exemple trouvé jusqu'à plus de 130 (d'une taille de 0.5 à 22 mm) dans un seul gésier du Manchot royal (Aptenodytes patagonicus)[2], et on en trouve dans les gésiers dès la première année de vie des manchots royaux[2].

L'appétence des oiseaux pour certains gastolithes a données l'idée de produire des gastrolithes artificiels (qui ont été testés) libérant un agent contraceptif (nicarbazin) stérilisant de manière à contrôler les populations de certains oiseaux jugés envahissants en ville[6]. Le risque est dans ce cas que des espèces sauvages non-cibles ingèrent aussi ces gastrolithes.

Problèmes causés par la confusion avec des objets toxiques[modifier | modifier le code]

On sait depuis plus d'un siècle et il y a consenssus sur ce fait depuis les travaux de F.C Bellrose dans les années 1950[7] que de nombreux oiseaux (notamment herbivores et granivores se nourrissant dans les zones humides, mais aussi des espèces terrestres) meurent de saturnisme aviaire en ingérant des billes de plomb à la place de petits graviers ronds qu'ils avalent normalement pour broyer leurs aliments dans leur gésier [8].
,[9]. L'ingestion de bille de plomb est devenue la première cause de mortalité de plusieurs espèces d'oiseaux d'eau[10]. La grenaille de plomb a dans certains pays été progressivement interdites, mais souvent comme en France tardivement (par rapport à l'Amérique du Nord) et que pour les chasseurs tirant vers une zone humide. Des centaines de millions de grenailles de plomb restent à disposition des oiseaux sur le sol et dans le sédiment, et il est possible qu'ils les recherchent parfois préférentiellement en raison de leur forme bien ronde (ne blesse pas le gésier) et de leur goût sucré (quand leur plomb es oxydé). Ces billes sont d'autant plus toxiques qu'elles contiennent deux durcisseurs du plomb, de l'arsenic et de l'antimoine (au moins 8%).

Il a été proposé et expérimentalement testé d'offrir aux oiseaux sauvages un « grit alternatif »[10]. Des tests faits sur des oiseaux captifs de plusieurs espèces, qui ont permis d'étudier les préférences de ces espèces en termes de taille, couleur et composition géochimique de grit, ou s'ils préféraient les choisir sur le sol ou sous l'eau, ou si des grits différents étaient choisis pour des nourritures différents ou des lieux d'alimentation différents (les chercheurs ont notamment constaté que le grit proposé était plus volontiers ingéré quand il était présenté avec de la nourriture, et qu'en l'absence de nourriture un grit rouge était préféré à un grit gris[10] ; de même un grit siliceux était ingéré en plus grande quantité qu'un grit calcaire quand il était offert sec, mais non sous l'eau[10]. La quantité de grit ingéré était similaire, quelle que soit le lieu où il était offert dans la zone humide)[10]. Le plomb étant en compétition dans l'organisme avec le calcium, un apport en calcium très bioassimilable peut diminuer l'importance de l'intoxication[11] et il est utile d'en fournir sous forme de grit[10] (ce calcium ne doit pas provenir de coquille d'huitres qui fournissent un calcium très bioassimilable, mais souvent également chargé en plomb, car l'huitre et la moule se détoxiquent d'une partie des métaux lourds qu'elles filtrent dans l'eau dans leur coquille). Un mélange de grit siliceux est calcaire semble le plus efficace pour freiner l'épidémie de saturnisme animal induit par l'ingestion de grenaille de plomb[10], mais pour être attirant pour les oiseaux, il doit être offert avec de la nourriture en de multiples endroits des zones humides[10].

  • Certains granules de pesticides ou graines pré-enrobées de pesticides peuvent aussi être confondus avec le grit[5].
    Article détaillé : Saturnisme aviaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amat JA, Varo N (2008) Grit ingestion and size-related consumption of tubers by graylag geese. Waterbirds 31:133-137
  • Godin AJ (1967) Test of grit types in alleviating lead poisoning in mallards. US Fish and Wildlife Service Special Science Report:

Wildlife 107

  • Lee DE, Hamman MG, Black JM (2004) Grit-site selection of black brant: particle size or calcium content? Wilson Bull 116:304–313
  • Trost RE (1981) Dynamics of grit selection and retention in captive mallards. J Wildl Manag 45:64–73

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gionfriddo JP , Best LB (1999) Grit use by birds: A review. Current Ornithology 89 -
  2. a, b et c Beaune, D., Le Bohec, C., Lucas, F., Gauthier-Clerc, M., & Le Maho, Y. (2009) Stomach stones in king penguin chicks. Polar biology, 32(4), 593-597
  3. Figuerola J, Mateo R, Green AJ, Mondain-Monval JY, Lefranc H,Mentaberre G (2005) Grit selection in waterfowl and how it determines exposure to ingested leadshot in Mediterranean wetlands. Environmental Conservation 32:226-234
  4. Skead DM, Mitchell RJH (1983) Grit ingested by waterfowl inrelation to diet. SAf J Wildl Res 13:32–34
  5. a, b et c Louis B. Best Grit-Use Behavior in Birds: A Review of Research to Develop Safer Granular Pesticides ; Symposia National Wildlife Research Center Repellents Conference 1995 ; USDA National Wildlife Research Center ; Université du Nebraska - Lincoln Year 1995
  6. Hurley JC, Johnston JJ (2002) Poly(methyl methacrylate) synthetic grit formulations sustain the delivery of nicarbazin, a contraceptive agent, in pest waterfowl. Journal of 514 Controlled Release 85 : 135 - 143, pdf 10 pages
  7. Bellrose FC (1959) Lead poisoning as a mortality factor in waterfowl populations. Illinois Natural History Survey Bulletin 27:235-288s
  8. Gionfrido JP & Best LB (1999) Grit use by birds : a review. Current Ornithology 15:89-148
  9. Figuerola J, Mateo R, Green AJ, Mondain-Monval JY, Le Franc H, Mentaberre G (2005) Grit selection in waterfowl and how it determines exposure to ingested lead shot in Mediterranean wetlands. Env Cons 33:1–9
  10. a, b, c, d, e, f, g et h Martinez-Haro, M., Green, A. J., Acevedo, P., & Mateo, R. (2011). Use of grit supplements by waterbirds : an experimental assessment of strategies to reduce lead poisoning. European Journal of Wildlife Research, 57(3), 475-484, PDF, 34 pages.
  11. Dauwe T, Snoeijs T, Bervoets L, Blust R, Eens M (2006) Calcium availability influences lead accumulation in a passerine bird. Animal Biology 56 : 289 - 298.