Crème (couleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La couleur crème est un jaune-orangé très pâle ou un blanc cassé de jaune, d'après la couleur de la crème de lait.

Nom de couleur en usage depuis très longtemps, la couleur crème fait partie du petit nombre de termes retenus dans la norme AFNOR X080-010 « Classification générale méthodique des couleurs » issue des travaux du Groupe d'Études sur les Peintures et Vernis au cours des années 1960 et 1970. Le nom crème convient, selon cette norme, pour les teintes désaturées de clarté elevée dont la teinte dominante est jaune-orangé, correspondant à une longueur d'onde dominante comprise entre 579 584 nanomètres. Plus clairs, ce sont des blancs, plus foncés, des beiges, et plus rouges, des roses et plus orangés, des ivoire[1].

Couleurs dans le champ chromatique des couleurs crème[2]
Y = 85 p = 0,15 579   580   581   582   583   584
Y = 75 p = 0,25 579   580   581   582   583   584

Le nuancier RAL indique RAL 9001 Blanc crème[3].

Dans les nuanciers commerciaux, on trouve, en peinture pour la décoration, 872 Crème de lait[4] ; en fil à broder 712 crème[5]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'expression blanc de crème est attestée en 1792, dans une description anatomique[6].

Le Répertoire de couleurs de la Société des chrysanthémistes, publié en 1905, donne quatre échantillons d'un Blanc crème, en indiquant comme synonyme Blanc d'Ivoire, et autant d'un Jaune crème, précisant « couleur ordinaire de la crème formée sur le lait et y ayant séjourné ; la crème fraichement formée a servi de type au blanc crème[7] ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Sève, Science de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam,‎ 2009, p. 246-251 ; Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 2, Puteaux, EREC,‎ 2001, p. 159.
  2. Les couleurs sont calculées à partir des fonctions colorimétriques CIE XYZ avec ajout de blanc D65 et multiplication des composantes par un coefficient, pour obtenir les valeurs colorimétriques visées.
  3. « RAL classic Farben ».
  4. « Nuancier décoration », sur lefranc-bourgeois.com.
  5. « Nuancier DMC numéros et noms », sur sd-g1.archive-host.com.
  6. Système anatomique, Paris, coll. « Encyclopédie méthodique »,‎ 1792 (lire en ligne).
  7. Henri Dauthenay, Répertoire de couleurs pour aider à la détermination des couleurs des fleurs, des feuillages et des fruits : publié par la Société française des chrysanthémistes et René Oberthür ; avec la collaboration principale de Henri Dauthenay, et celle de MM. Julien Mouillefert, C. Harman Payne, Max Leichtlin, N. Severi et Miguel Cortès, vol. 2, Paris, Librairie horticole,‎ 1905 (lire en ligne), p. 10, 30