Domingos da Guia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Domingos da Guia
Domingos da Guia.JPG
Domingos da Guia avec Boca.
Biographie
Nom Domingos Antônio da Guia
Nationalité Drapeau du Brésil Brésil
Naissance 19 novembre 1912
Lieu Rio de Janeiro
Décès 18 mai 2000 (à 87 ans)
Lieu Rio de Janeiro
Taille 1,7 m (5 7)
Période pro. 1929-1949
Poste Défenseur central
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1929-1932 Drapeau : États-Unis du Brésil Bangu Atlético Clube 59 (2)
1932 Drapeau : États-Unis du Brésil Vasco da Gama
1933 Drapeau : Uruguay Nacional 33 (?)
1934-1935 Drapeau : États-Unis du Brésil Vasco da Gama 21 (?)
1935-1936 Drapeau : Argentine Boca Juniors 56 (0)
1936-1943 Drapeau : États-Unis du Brésil CR Flamengo 223 (0)
1944-1948 Drapeau : États-Unis du Brésil SC Corinthians 116 (0)
1948-1949 Drapeau : États-Unis du Brésil Bangu Atlético Clube 20 (0)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1931-1946 Drapeau : États-Unis du Brésil Brésil 25 (0)[1],[2],[3]
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Domingos da Guia, né le 19 novembre 1912 à Rio de Janeiro et mort dans la même ville le 18 mai 2000, victime d'un accident vasculaire cérébral à quatre-vingt-sept ans[4], est un ancien footballeur brésilien. Il a occupé durant sa carrière le poste de défenseur. Il est considéré comme l'un des plus grands joueurs du Flamengo et des Corinthians, ainsi que de l'un des meilleurs défenseurs de la sélection brésilienne[5].

Il est le frère de Ladislau da Guia, meilleur buteur de l'histoire du club de Bangu, et le père d'Ademir da Guia, joueur historique de Palmeiras et troisième meilleur buteur de son histoire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts en championnat et en sélection[modifier | modifier le code]

Né dans une famille liée au football, Domingos da Guia grandit avec ses trois frères, qui suivent tous la même carrière dans des petits clubs de Rio de Janeiro, sans toutefois être très brillants. Domingos commence lui au Bangu Atlético Clube, où il rejoint son frère Ladislau. Trois ans après ce dernier, Domingos joue son premier match dans le championnat d'État, le 28 avril 1929 contre le Flamengo, à dix sept ans à peine, et le gagne par trois buts à un. Avec une quarantaine de matches à son actif en 1931, il est appelé en équipe nationale, joue son premier match le 9 juin contre l'Uruguay (qu'il gagne par deux buts à zéro) et remporte la Copa Rio Branco la même année, puis celle suivante.

Une saison difficile, et le retour en grâce au Nacional[modifier | modifier le code]

En 1932, après avoir disputé cinquante-neuf matches avec Bangu, Domingos da Guia rejoint le Club de Regatas Vasco da Gama, champion par trois fois à Rio. Après une courte saison où il ne convainc pas, Domingos signe au Club Nacional de Football, la meilleure équipe d'Uruguay. Tout de suite à son aise, il remporte le premier titre de sa carrière en club, le championnat national. Leader de la défense à vingt ans, il gagne le surnom de Divino Mestre (Le Divin Maître), lié à son rythme lent sur le terrain et à son style, rassurant pour ses coéquipiers[4].

Les années fastes[modifier | modifier le code]

De retour à Vasco en 1934, il arrive cette fois-ci avec un statut de titulaire, et trouve tout de suite sa place. Dans un championnat nouveau et fondé un an plus tôt, la Liga Carioca de Futebol, pour contrer les règles discriminatoires de l'Associação Metropolitana de Esportes Athleticos envers les joueurs noirs, Domingos fait figure de guide pour les jeunes du Gigante da Colina, et les mène vers un quatrième titre de champion, malgré la difficulté du groupe[6].

En 1935, il passe la frontière pour se rendre en Argentine et à Buenos Aires, et signer à Boca Juniors, tout juste sacré champion dans son pays. Là aussi, il remporte la ligue nationale, et joue cinquante-six matches. Il revient ensuite au Brésil, au Flamengo. Il y fait ses débuts le 16 août 1936 face au Fluminense, lors du Fla-Flu. Il y vit certainement les meilleurs moments de sa carrière, avec le « diamant noir » Leônidas da Silva, remportant plusieurs championnats. À Rio, il devient une idole, la mieux payée au monde par ailleurs[7], et tutoie les sommets lors de la Coupe du monde 1938. En France, il joue quatre des cinq matches de son pays, et décroche la troisième place après avoir frôlé l'accession à la finale contre l'Italie[8]. Même s'il fait faute sur Silvio Piola et concède un pénalty stupide – et contesté par le joueur, qui même débouté doit payer les cent vingt-cinq francs suisses de la réclamation[7] – contre les Italiens, la réputation de Domingos, joueur figurant dans le onze type de la compétition selon la FIFA, n'est pas touchée au pays[4].

En club, il continue d'enchaîner les rencontres, dans l'une des meilleures équipes de la ville.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Sept ans et deux cent vingt-trois matches après son arrivée au Mengão, Domingos connaît son quatrième club brésilien, les Corinthians de São Paulo. Il y reste quatre ans, avant de revenir dans son club formateur et d'y terminer sa carrière en 1949.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (pt) (en) Marcelo Leme de Arruda, « Seleção Brasileira (Brazilian National Team) 1923-1932 », sur RSSSF Brasil,‎ 28 février 2009 (consulté le 15 octobre 2010)
  2. (pt) (en) Marcelo Leme de Arruda, « Seleção Brasileira (Brazilian National Team) 1934-1938 », sur RSSSF Brasil,‎ 28 juin 2010 (consulté le 15 octobre 2010)
  3. (pt) (en) Marcelo Leme de Arruda, « Seleção Brasileira (Brazilian National Team) 1939-1946 », sur RSSSF Brasil,‎ 28 mai 2010 (consulté le 15 octobre 2010)
  4. a, b et c (pt) Biographie de Domingos da Guia sur futbolfactory.net, le 3 juin 2002.
  5. (en) Domingos da Guia sur world-football-legends.co.uk. Consulté le 15 octobre 2010.
  6. (en) Championnat de Rio de Janeiro - 1934 sur le site de la RSSSF. Consulté le 15 octobre 2010.
  7. a et b Mais où est donc passé Leônidas ? sur sambafoot.com, le 31 janvier 2009.
  8. Domingos da Guia sur le site de la FIFA. Consulté le 15 octobre 2010.