SMS Novara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La frégate SMS Novara sur la couverture du Voyage de la frégate autrichienne Novara autour du monde en vingt-et-un volumes (1861-1876)

La SMS Novara est une frégate autrichienne de la kaiserliche und königliche Kriegsmarine célèbre pour avoir fait le tour du monde entre 1857 et 1859 et pour avoir emmené au Mexique l'archiduc Maximilien et son épouse Charlotte, pour y devenir en mai 1864 empereur et impératrice du Mexique. Elle est reconstruite en 1860-1862. Elle prend part à la bataille de Lissa (1866) et elle est démantelée en 1898.

Historique[modifier | modifier le code]

Service[modifier | modifier le code]

La SMS Novara à son lancement en 1850 devant le palais des Doges (tableau de Püttner)

Ce navire est un trois-mâts à six ponts lancé le 4 novembre 1850 à l'arsenal de Venise, alors possession autrichienne. Il est baptisé du nom[1] de la ville de Novare et de la bataille de Novare (1849) gagnée par les Autrichiens. La frégate est construite selon les plans de l'architecte naval Giuseppe Paresi et armée de quarante-deux canons, pour un déplacement de 2 107 tonnes. Sa figure de proue est une Victoire de Luigi Rizzotti. La frégate mesure 50,35 mètres de longueur pour 13,80 mètres de largeur.

Son tour du monde[2] en 1857-1859 est un événement majeur pour le Muséum d'histoire naturelle de Vienne qui recueille des milliers de spécimens zoologiques, botaniques et minéralogiques de cette expédition.

Expédition[modifier | modifier le code]

Le navire entreprend le premier tour du monde maritime commandé par l'Empire d'Autriche. L'expédition démarre de Trieste le 30 avril 1857, passe le Cap de Bonne-Espérance, met le cap vers l'Australie et la Nouvelle-Zélande et retourne le 30 août 1859, soit deux ans et trois mois. L'équipage comprend alors 352 officiers et hommes d'équipage y compris l'équipe scientifique. Elle est commandée par le capitaine von Wüllerstorf-Urbair (1816-1883) et comprend 345 officiers et hommes d'équipage auxquels s'ajoute une équipe scientifique de sept personnes dépêchées par l'Académie impériale des sciences de Vienne. Les savants sont dirigés par le géologiste Ferdinand von Hochstetter (1829-1884) et le zoologiste Georg von Frauenfeld (1807-1873). Le rapport de l'expédition avec des planches en couleur est publié en vingt-et-un volumes (1861-1876) sous le titre Reise der österreichischen Fregatte Novara um die Erde in den Jahren 1857, 1858, 1859 unter den Behelfen des Commodore B. von Wüllkerstorf-Urbair.

Reconstruction[modifier | modifier le code]

Travaux de reconstruction entre 1861 et 1862 à l'arsenal de San Rocco (Trieste)

L'archiduc Maximilien commande sa reconstruction en 1861-1862. Le navire est allongé à 65,63 mètres pour 13,72 de largeur et comprend une double machinerie à vapeur cylindrique pour un tonnage de 2 497 tonneaux. Sa voilure fait 1 829 m2. Une nouvelle figure de proue est posée en 1862, sculptée par Andreas Gregorich.

La frégate emmène l'archiduc et son épouse à Veracruz en mai 1864 pour y être couronnés empereur et impératrice du Mexique.

Derniers états de service[modifier | modifier le code]

Le Novara fait partie d'une formation navale commandée par Anton von Petz à bord du SMS Kaiser qui participe avec la IIe division (commandée par l'amiral von Tegetthof) à la bataille de Lissa, le 18 juillet 1866. La frégate ramène en Autriche la dépouille mortelle de l'empereur Maximilien en 1867.

Le navire fait plusieurs traversées de l'Atlantique les années suivantes. Il est désarmé en 1876, sert d'école de marine, puis de casernement à Pola. Il est rayé des listes de service en 1898 et mis au rebut.

Plusieurs tableaux et une maquette de la frégate peuvent être admirés aujourd'hui au Musée d'histoire militaire de Vienne.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Équipe scientifique (1857-1859)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Te Deum à bord du SMS Novara en 1857, gravure de Joseph Selleny
  1. Au départ, la frégate devait s'appeler Minerva
  2. La frégate subit quelques travaux d'amélioration avant le voyage et réduit le nombre de ses canons à trente. Un système moderne de distallation d'eau de mer et des appareils de douche sont installés

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Renate Basch-Ritter, Die Weltumseglung der Novara 1857-1859, Akademische Druck- und Verlagsanstalt, Graz 2008, ISBN 978-3-201-01904-0
  • (de) Karl Scherzer, Die Weltumseglung der "Novara" 1857–59, Herausgegeben, bearbeitet und kommentiert von Günter Treffer. Molden, Wien u. a. 1973, ISBN 3-217-00543-0
  • (de) Friedrich Wallisch, Sein Schiff hieß Novara. Bernhard von Wüllerstorf, Admiral und Minister, Herold, Wien, 1966.
  • (de) G. L. David & Gerd Schilddorfer, Novara – Österreichs Traum von der Weltmacht, Amalthea, Wien, 2010, ISBN 978-3-85002-705-2

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]