Poverty Point

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monument national de Poverty Point
Mound A de Poverty Point
Mound A de Poverty Point
Présentation
Propriétaire National Park Service
Protection National Historic Landmark (1962)
Monument national (1988)
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Louisiane Louisiane
Localisation
Coordonnées 32° 38′ 12″ N 91° 24′ 41″ O / 32.636667, -91.411389 ()32° 38′ 12″ Nord 91° 24′ 41″ Ouest / 32.636667, -91.411389 ()  

Géolocalisation sur la carte : Louisiane

(Voir situation sur carte : Louisiane)
Monument national de Poverty Point

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Monument national de Poverty Point

Poverty Point, connu pour ses constructions de tertres, est un site archéologique situé dans le nord-est de la Louisiane au sud des États-Unis. Aujourd’hui, il se trouve à environ 25 km de l’actuelle rive occidentale du Mississippi[1], près du village d’Epps, dans la Paroisse de Carroll Ouest. Le nom « Poverty Point » est celui de la plantation sur laquelle fut découvert le site archéologique en 1873. Par extension, la Poverty Point culture désigne la culture précolombienne de cette région qui se caractérise par l’aménagement de monticules en terre. Depuis 1962, le lieu est protégé et accueille des visiteurs.

Historique[modifier | modifier le code]

Époque précolombienne[modifier | modifier le code]

Carte du site archéologique

Le site fut fondé entre 14 à 18 siècles avant J.-C.[2]. La végétation a été brûlée afin d’aménager le site vers 1450-1250 avant J.-C. selon les analyses au carbone 14. Puis le secteur fut recouvert de limon avant que ne soient entreprises les premières levées de terre. Le site atteint sont apogée vers 1000 avant J.-C.[3].

Fouilles archéologiques et protection[modifier | modifier le code]

Poverty Point fut abandonné bien avant l’arrivée des Européens, peut-être vers 700 avant J.-C.[4],[3]. Il fut en partie endommagé par les agriculteurs américains aux XIXe et XXe siècles.

Le site est reconnu dès 1873 par l’archéologue américain Samuel Lockett[5]. Des fouilles sont menées par James Ford et Stuart Neitzel dans les années 1950 pour le compte de l’American Museum of Natural History[5]. Les photographies aériennes permettent de mieux comprendre la nature et l’organisation du site.

Poverty Point fut classé National Historic Landmark par le Département de l'Intérieur des États-Unis le [6],[7], puis sur le National Register of Historic Places le . Le Poverty Point State Historic Site comprend également un musée où sont exposés les vestiges archéologiques. L’État de Louisiane travaille avec le Vicksburg Corps of Engineers afin de limiter l’érosion des tertres et des talus[7]. Les fouilles se poursuivent de nos jours.

Certains archéologues considèrent que Poverty Point était principalement utilisé comme centre cérémoniel par les Amérindiens, mais n’était pas une ville[1]. Pour eux, il s’agissait d’un lieu de rencontre et de réunions périodiques plus qu’un établissement permanent. Cependant, divers indices suggèrent que le site était occupé en continu comme les nombreuses boules d’argile (clay balls ou Poverty Point Objects) qui servaient à chauffer les aliments.

Actuellement, le site est ouvert aux visiteurs de 9 heures à 17 heures, sauf à Thanksgiving, Noël et au jour de l'an[4]. Son adresse est : 6859 Highway 577, Pioneer, Louisiana 71266. Le droit d’entrée est fixé à deux dollars par personne ; les plus de 62 ans et les moins de 12 ans bénéficient de la gratuité[4].

Description du site[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du site de Poverty Point

Le site archéologique s’étend sur quelque 161,8 hectares[6]. Cependant, des recherches récentes montrent que les terrains occupés s’étalaient sur au moins 4,8 km[8]. Pover Point occupe le bayou Macon à l’ouest du fleuve Mississippi.

Le centre du site est occupé par un ensemble de six talus artificiels concentriques en demi-cercle qui forment un vaste « C[1] ». Dans l’état actuel du lieu, chaque levée de terre mesure un[1] à deux mètres de hauteur ; elles sont écartées de 43 à 60 mètres d’intervalle[5]. La plus petite a un diamètre de 600 mètres et délimite un espace de 14 hectares qui s’ouvre sur le Mississippi[9]. La dernière est aussi la plus grande puisqu’elle s’étend sur environ 1,2 km de diamètre[5],[9].

Le site abrite plusieurs tertres en terre, peut-être sept au total. Le plus grand, appelé « Mound A », se trouve à l’ouest et à l’extérieur des talus. Il mesure 21 mètres de hauteur, 216 mètres de longueur et 195 mètres de largeur[5], ce qui en fait l’une des plus importantes structures en terre d’Amérique du Nord[9]. Des fouilles récentes tendent à montrer que le Mound A fut aménagé rapidement, peut-être en trois mois[8]. Il représente pourtant un volume total d’environ 238 000 m3[8]. Vu du ciel, sa forme fait penser à la lettre « T » ou à un oiseau en train de voler, ailes déployées. Il représentait peut-être le centre cosmologique du site[8].

Un autre tertre a une forme conique et s’élève à 7,5 mètres. Sa plate-forme devait supporter un édifice en bois. Le Lower Jackson Mound se trouve au sud : il est sans doute le plus ancien de Poverty Point[1]. Au nord, le Motley Mound mesure 16 mètres de haut.

Les habitants de Poverty Point[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mound Builders.
Vestiges en argile retrouvés à Poverty Point

Les Amérindiens qui ont occupé le site de Poverty Point étaient des chasseurs-cueilleurs et non des agriculteurs[9]. Ils ont dû déplacer quelques 750 000 à 1 million de mètres cubes de terre pour aménager le site[9],[8].

Poverty Point fut le centre d’un réseau de commerce qui s’étendait jusqu’à 1 600 km[9]. Par exemple, les archéologues ont retrouvé du cuivre provenant des Grands Lacs, des microlithes et des pointes de flèche des vallées de l’Ohio et du Tennessee, des montagnes Ouachita et Ozark, enfin de la stéatite des Appalaches. Des matières premières étaient déjà importées vers 1730 avant J.-C.[5]. L’artisanat était développé comme l’attestent les figurines en argile, les bijoux en pierre[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Milner 2004, p. 44-50
  2. (en) Jon L. Gibson, « Poverty Point. A Terminal Archaic Culture of the Lower Mississippi Valley », University of Southwestern Louisiana,‎ 1996 (consulté en 09-09-2009)
  3. a et b (en) « World Timeline of the Americas 1000 BC - AD 200 », The British Museum,‎ 2005 (consulté en 09-09-2009)
  4. a, b et c (en) « Poverty Point State Historic Site », Louisiana Department of Culture, Recreation and Tourism (consulté en 11-09-2009)
  5. a, b, c, d, e et f (en) Jon L. Gibson, « Poverty Point. A Terminal Archaic Culture of the Lower Mississippi Valley », University of Southwestern Louisiana,‎ 1996 (consulté en 12-09-2009)
  6. a et b (en) « Things to do », National Park Service (consulté en 11-09-2009)
  7. a et b (en) « Poverty Point », NHLP (consulté en 12-09-2009)
  8. a, b, c, d et e Kidder, Ortmann et Arco 2008
  9. a, b, c, d, e, f et g (en) « Poverty Point State Historic Site », UNESCO World Heritage Centre (consulté en 11-09-2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) George R. Milner, The Moundbuilders: Ancient Peoples of Eastern North America, Londres, Thames & Hudson Ltd,‎ 2004
  • (en) Jon L. Gibson, Poverty Point. A Terminal Archaic Culture of the Lower Mississippi Valley, University of Southwestern Louisiana,‎ 1996 (lire en ligne)
  • (en) Tristram R. Kidder, Anthony L. Ortmann et Lee J. Arco, « Povert Point and the archaeology of singularity », The SAA archaeological record, Society for American Archaeology, vol. 8, no 5,‎ 2008, p. 9-12 (ISSN 1532-7299)
  • (en) Michael L. Hargrave, Tad Britt et Matthew D. Reynolds, « Magnetic evidence of ridge construction and use at Povert Point », American antiquity, Society for American Archaeology, vol. 72, no 4,‎ 2007, p. 757-769 (ISSN 0002-7316)
  • (en) Jon L. Gibson, The Ancient Mounds of Poverty Point: Place of Rings, Gainesville, University Press of Florida,‎ 2000