Jewel Cave National Monument

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jewel Cave National Monument
Image illustrative de l'article Jewel Cave National Monument
Pierre de la cave
Catégorie UICN V (paysage terrestre/marin protégé)
Identifiant 21088
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau du Dakota du Sud Dakota du Sud
Ville proche Rapid City
Coordonnées 43° 43′ 46″ N 103° 49′ 46″ O / 43.72944, -103.82944 ()43° 43′ 46″ Nord 103° 49′ 46″ Ouest / 43.72944, -103.82944 ()  
Superficie 5,15 km2[1]
Création 1908
Administration National Park Service

Géolocalisation sur la carte : Dakota du Sud

(Voir situation sur carte : Dakota du Sud)
Jewel Cave National Monument

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Jewel Cave National Monument

Le Jewel Cave National Monument est une grotte protégée située au Dakota du Sud aux États-Unis, devenue monument national en 1908. Jewel Cave qui en fait partie est actuellement la deuxième plus longue grotte du monde, avec environ 225 km de galeries cartographiées.

Historique[modifier | modifier le code]

Découverte[modifier | modifier le code]

L'entrée naturelle de la grotte est découverte en 1900 par Frank Michaud, Albert Michaud et Charles Bush[Note 1],[2]. Frank et Albert Michaud ont senti une brise forte venant d'un trou dans la roche du Hell Canyon. Ils ont alors fait exploser la roche avec deux bâtons de dynamite. Les Michaud ont déposé une demande d'exploitation minière au gouvernement local[A 1]. Ils ont découvert une grotte composée de cristal calcite, d'où son nom de Jewel Cave qui signifie pierre précieuse en français. Les frères veulent alors construire des passerelles à l'intérieur de la grotte pour une ouverture aux touristes. Bien que leur aventure ait échoué, les nouvelles de la découverte de la grotte arrivent à Washington D.C., c'est alors que le président Theodore Roosevelt proclame la Jewel Cave comme Monument National le 7 février 1908[A 1],[3]. La zone autour de l'entrée naturelle fut développée par la Civilian Conservation Corps dans les années 1930. Le National Park Service assume la direction du monument depuis 1933, l'ouverture au public date de 1939[3],[A 1].

Exploration de la grotte[modifier | modifier le code]

En 1979, Herb et Jan Conn avaient découvert, nommé, et cartographié plus de 100 km de passages. Bien qu'ils se soient retirés de l'exploration de la grotte au début des années 1980, l'exploration de la grotte n'a pas cessé. Arriver sur les zones étudiées demande plusieurs heures de marche, les explorateurs campent sur place pendant plusieurs jours. La cave était cartographiée à l'aide des outils traditionnels, c'est-à-dire au compas et à l'inclinomètre, alors que de nos jours, le laser les remplace.

Ces 233 km de passages cartographiés font de la Jewel Cave la deuxième grotte la plus longue du monde après la Mammoth Cave dans le Parc national de Mammoth Cave situé dans le Kentucky à près de 600 km[4].

Le volume d'air des parties déjà explorées de la grotte représente moins de 5% du volume estimé. Ce volume est calculé en mesurant la quantité d'air que la grotte expire quand la pression extérieure diminue et inspire lorsque la pression extérieure augmente par rapport à la grotte[B 1].

Géologie[modifier | modifier le code]

La Jewel Cave s'est formée par la dissolution progressive de calcaire par des eaux acides stagnantes. L'eau a élargi des réseaux de fissures formées durant le soulèvement de la montagne Black Hills il y a près de 60 millions d'années. La couche de cristaux de calcite qui recouvre une grande partie des parois de la cave était postérieure à la création de la grotte par dépôt de calcite dû à de l'eau saturée en minéraux.

Après que la grotte se fut vidée de son eau, les spéléothèmes[Note 2] ont commencé à se former. La Jewel Cave contient les formations les plus communes de calcite, comme les stalactites, les stalagmites, les flowstones et le givre, cependant pas dans la même abondance. Les zones sèches de la grotte contiennent des formations dues au dépôt de gypse. La Jewel Cave contient une formation rare appelé ballon d'hydromagnésite, ils sont créés lorsqu'un gaz d'une source inconnue gonfle une substance pâteuse formé par la précipitation de magnésium[B 1].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le site de la Jewel Cave est ouvert toute l'année. Le Park Service propose trois type de visite : le circuit panoramique est d'un demi mile avec une partie centrale pavée et éclairée et accessible par ascenseur, le circuit historique, à la lumière de la bougie à travers la galerie, ou le circuit spéléologie, sur une zone non exploitée de la grotte proche du circuit panoramique[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon les références Charles Bush ne serait pas un des découvreurs de la grotte.
  2. La formation de galeries.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « National Park Service: Listing of Acreage as of 09/30/2009 », sur National Park Service,‎ 2009 (consulté le 6 janvier 2010), p. 5
  2. (en) « Jewel Cave National Monument » (consulté le 5 septembre 2009)
  3. a et b (en) « Jewel Cave Centennial » (consulté le 10 septembre 2009)
  4. (en) « Worls longest caves by Bob Gulden in September 09, 2009 » (consulté le 10 septembre 2009)
  5. (en) « Fees & Reservations » (consulté le 10 septembre 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Eugene P. Kiver et David V. Harris, Geology of U.S. parklands, John Wiley and Sons,‎ 2009, 902 p. (ISBN 978-0-471-33218-3, lire en ligne)

  1. a, b et c p.686.

(en) Don Laine, Barbara Laine, Jack Olson, Shane Christensen et Eric Peterson, Frommer's National Parks of the American West : Volume 3 de Park Guides, John Wiley and Sons,‎ 2004, 4e éd., 696 p. (ISBN 978-0-7645-4362-3, lire en ligne)

  1. a et b p.82.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]