Rainbow Bridge National Monument

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rainbow Bridge.
Monument national de Rainbow Bridge
Image illustrative de l'article Rainbow Bridge National Monument
Catégorie UICN V (paysage terrestre/marin protégé)
Identifiant 21094
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Utah Utah
Ville proche Page
Coordonnées 37° 04′ 38″ N 110° 57′ 51″ O / 37.077222, -110.96416737° 04′ 38″ Nord 110° 57′ 51″ Ouest / 37.077222, -110.964167  
Superficie 0,65 km2[1]
Visiteurs/an 87642 en 2006
Administration National Park Service

Géolocalisation sur la carte : Utah

(Voir situation sur carte : Utah)
Monument national de Rainbow Bridge

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Monument national de Rainbow Bridge

Le Rainbow Bridge National Monument est un monument national américain administré par le Glen Canyon National Recreation Area. Il abrite le plus grand pont naturel du monde. Située à l'extrémité du lac Powell au sud de l'Utah, le pont mesure près de 84 mètres de long, sa hauteur est de 90 m et sa largeur de 10 m.

Le site est un lieu sacré pour les indiens d'Amérique et par respect pour leurs croyances, nul ne doit s'en approcher ou passer dessous.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le Rainbow Bridge National Monument est un monument national américain qui abrite le plus grand pont naturel du monde.

Ce n'est pas une arche, dont l'érosion est due au vent et au sable, mais un pont, dont l'érosion est due à une rivière qui passe dessous.

Le Rainbow Bridge est composé de grès datant de la fin du Trias au Jurassique.

D'importantes fluctuations climatiques durant le Trias et le Jurassique ont produit des couches de grès de différentes duretés. La région a été alternativement recouverte par la mer et un désert comparable au Sahara. À la fin du Jurassique, la mer recouvre de nouveau la région, comprimant fortement le sable, formant aussi le grès. Durant la dernière glaciation, un affluent du Colorado, a creusé son lit dans les roches tendres créant un méandre autour de la roche plus dure qui deviendra le Rainbow Bridge (l'ancien cours du ruisseau est encore visible sur le somment de l'arche).


Historique[modifier | modifier le code]

Le Rainbow Bridge et le canyon environnant, vu du côté de la Navajo Mountain.

Le Rainbow Bridge était connu des Amérindiens qui ont longtemps occupé le pont qui est sacré dans leur croyance.

En 1909, le Rainbow Bridge est découvert lors d'une campagne menée par l'explorateur John Wetherill, un guide amérindien, Nasja Beay, Jim Mike, William Douglass et l'archéologue Byron Cummings. Il fut baptisé ainsi par rapport à une légende Navajo[B 1].

Le 30 mai 1910, le président William Howard Taft proclame le Rainbow Bridge comme monument national américain. Theodore Roosevelt et Zane Grey, un romancier américain, deviennent les premiers visiteurs à faire le voyage à pied et à cheval en partant de Oljeto ou de la montagne Navajo. Le Rainbow Bridge est devenu plus accessible grâce à la popularité du Colorado après Seconde Guerre mondiale, puis après la construction du barrage de Glen Canyon et la formation du lac Powell permettant à des bateaux de tourisme de s'en approcher. Selon les années et le niveau du lac Powell, la longueur du chemin qu'il faut emprunter à pied pour y parvenir, est plus ou moins longue. Les années où le niveau du lac Powell était très élevé, il était même possible d'y parvenir directement en bateau.


Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation du Rainbow Bridge par rapport à la montagne Navajo et au lac Powell.

Le Rainbow Bridge est situé dans un canyon accidenté et isolé au pied de la montagne Navajo proche du lac Powell.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « National Park Service: Listing of Acreage as of 09/30/2009 », sur National Park Service,‎ 2009 (consulté le 6 janvier 2010), p. 8

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Halka Chronic, Pages of stone: geology of the Grand Canyon and plateau country national parks and monuments : Mountaineers Bks - Pages of Stone Series, The Mountaineers Books,‎ 2004, 173 p. (ISBN 9780898866803, lire en ligne)

(en) Nicky J. Leach et George H. H. Huey, The Guide to National Parks of the Southwest, Western National Parks Association,‎ 1992, 80 p. (ISBN 9781877856143, lire en ligne)

  1. p.65.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :