Castruccio Castracani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait présumé de Castruccio Castracani au Camposanto de Pise.

Castruccio Castracani, né en 1281 à Lucques, mort le 3 septembre 1328 à Lucques, était un condottiere, qui fut duc de Lucques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille inféodée aux Gibelins, les Antelminelli, il fut contraint à l'exil avec son père par le clan des Guelfes vers l'an 1300. Après la disparition de ses parents, il servit comme condottiere aux ordres du roi de France Philippe IV le Bel, notamment dans les Flandres. Il se mit plus tard au service des Visconti à Milan.

En 1313, il rallia le parti d'Uguccione della Faggiuola, après l'élection de ce chef gibelin à la magistrature suprême de la ville de Pise et, sous ses ordres, participa à la conquête de Lucques en 1314, ce qui lui valut d'en être nommé tyran. En 1315, il participa à la bataille de Montecatini, qui vit la défaite des troupes de Florence.

Une révolte à Lucques chassa brièvement les Gibelins pour rendre le pouvoir au parti guelfe, mais Castracani reprit la ville et, en 1316, se fit élire seigneur de Lucques. S'étant rallié au parti de Frédéric le Bel, anti-Roi des Romains depuis 1314, il fut fait par celui-ci vicaire impérial de Lucques en 1320. Après la défaite de son suzerain à la bataille de Mühldorf le 28 septembre 1322, il passa au service du vainqueur, Louis de Bavière.

En 1325, lors de la bataille d'Altopascio, il battit à nouveau les Florentins et, en récompense, fut nommé duc de Lucques, Pistoia, Volterra et Luni par l'empereur. En 1327, il s'empara de la ville de Pise, et en fut nommé vicaire impérial. Toutefois ses relations avec son protecteur se dégradèrent et conduisirent, la même année, à son excommunication par le légat du pape Jean XXII, probablement influence par les Guelfes restés puissants.

Après sa mort en 1328, les Guelfes revenus au pouvoir se partagèrent sa fortune au détriment de ses enfants.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]