Pendule (horlogerie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir pendule.
Horloge commune à la fin du XXe siècle en Europe.
Premier système d'horloge électrique avec pour balancier un pendule à barre aimentée passant dans une bobine

En horlogerie, une pendule, au féminin, est à l’origine une horloge (murale ou non) fonctionnant grâce à un pendule. Un pendule, au masculin, est le balancier d'une telle horloge.

Comtoise[modifier | modifier le code]

On qualifie de « comtoises » les horloges qui comportent deux corps de rouages indépendants (mouvement et sonnerie), placés côte à côte et intégrés dans une cage en fer démontable. L’entraînement est effectué par deux poids en fonte d’environ quatre kilogrammes, la régulation est faite par un balancier long d’environ un mètre, et une sonnerie avec décompte des heures et un coup aux demies.

Les premières horloges comtoises ont vu le jour dans le Jura au XVIIe siècle, mais la période industrielle commence vers 1820. En 1845, une horloge complète était vendue entre 55 et 70 francs. Le sommet de la production se situe dans la seconde moitié du XIXe siècle. La Première Guerre mondiale marque le début de la chute de la production. Des millions de ces pendules ont été vendues dans la France entière, souvent par l’intermédiaire d’horlogers qui achetaient le mouvement, y ajoutaient la gaine en bois, et apposaient leur nom sur le cadran.

Régulateur[modifier | modifier le code]

Le terme de régulateur a été utilisé à la fin du XVIIIe et au XIXe siècle pour désigner une horloge destinée à donner une heure de référence, en particulier pour régler ou mettre à l'heure d'autres horloges, montres ou pendules. Le terme de garde-temps est aussi utilisé. Il est en effet très difficile et très long de régler une pendule à l'aide d'un cadran solaire, ou même avec le canon du jardin du Palais Royal si on habitait Paris. Ce sont en général des horloges de parquet, avec un balancier battant la seconde, c’est-à-dire d'un mètre (oscillation de 2 secondes).

Ces horloges étaient ce que l'on savait faire de plus précis, mis à part les Horloges de Marine dont le prix était bien plus élevé. La précision atteignait la seconde par jour dès la fin du XVIIIe siècle. Ces horloges se trouvaient chez les horlogers et dans les grandes maisons aristocratiques ou bourgeoises. Dans ce dernier cas, elles étaient richement habillées par des ébénistes.

Pendule de cheminée[modifier | modifier le code]

Populaire depuis le XVIIe siècle, la pendule de cheminée, placée sur une cheminée ou sur une commode n’a disparu qu’avec la fin du XIXe siècle. Il y eut toutefois encore une floraison tardive, entre 1920 et 1935, de magnifiques pendules de cheminée Art-Déco. Le balancier fait en général 25 centimètres, soit une oscillation complète d’une seconde.

Articles connexes[modifier | modifier le code]