Pari (mythologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pari et Peri.
Pari (ou Peri) conduisant un animal composite d'inspiration persane. À droite : un démon[1]  ? Peinture râjput. XIXe siècle ? Bhopal Archaeological Museum

Peri

Créature

Autres noms (en persan : پری, Pari)
Habitat Dans un « Paradis »
Proches Fée

Origines

Origine Mythologie persane
Région Iran

Dans la mythologie persane, les Peri (en persan : پری, Pari) descendent des anges déchus qui ont renié le Paradis jusqu'à ce qu'ils aient fait pénitence. Dans les sources les plus anciennes, ils sont décrits comme des agents du mal ; plus tard, ils sont devenus inoffensifs. Ils sont des créatures exquises, ailées, semblables à des fées[2] qui sont classées entre les anges et les esprits maléfiques. Ils visitent parfois le royaume des mortels. Ces êtres sont parfois représentés dans un « Paradis », avec à leur tête une reine de ces « fées »[3].

Les Peri étaient la cible d'êtres maléfiques de second ordre appelé divs, qui les persécutaient en les enfermant dans des cages de fer. Cette persécution étaient due, telle que les divs le percevaient, au manque de confiance en soi des Peri pour rejoindre la rébellion contre le Bien.

Dans la mythologie indienne, une Pari (परी) est l'équivalent d'une fée.

Pari est un nom courant pour les femmes iraniennes. C'est aussi un nom commun pour les femmes turques sous la forme de Perihan, signifiant « reine des fées », ou Peri, signifiant « fée ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Trésors de l'Islam : Musée Rath, Genève, 1985, Ouvrage collectif. Introduction d'Oleg Grabar… 400 pages, ISBN 0-85667-199-1, Page 146, no 120. un démon selon les codes en usage à l'époque d'Akbar.
  2. Trésors de l'Islam : Musée Rath, Genève, 1985, Ouvrage collectif. Introduction d'Oleg Grabar… 400 pages, ISBN 0-85667-199-1, Page 139, no 111.
  3. Freer and Sackler Galleries, Washington et : L'art figuratif en Islam médiéval, Michael Barry, Flammarion, 2004, (ISBN 2-0801-0205-8)[à vérifier : La somme de contrôle devrait être 2 et non 8, demandé le 21décembre 2014], 400 pages. Page : 342.

Bibliographie[modifier | modifier le code]