Parc national des Monts-Torngat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc national des Monts-Torngat
Image illustrative de l'article Parc national des Monts-Torngat
Fjord Nachvak
Catégorie UICN II (parc national)
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau de Terre-Neuve-et-Labrador Terre-Neuve-et-Labrador
Ville proche Nain
Coordonnées 58° 40′ 20″ N 63° 06′ 02″ O / 58.672222, -63.10055658° 40′ 20″ Nord 63° 06′ 02″ Ouest / 58.672222, -63.100556  
Superficie 9 700 km2
Création 1er décembre 2005 (Réserve de parc national)
14 février 2008[1] (Statut actuel)
Visiteurs/an 461 en 2009–2010[2]
Administration Parcs Canada

Géolocalisation sur la carte : Terre-Neuve-et-Labrador

(Voir situation sur carte : Terre-Neuve-et-Labrador)
Parc national des Monts-Torngat

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Parc national des Monts-Torngat

Le parc national des Monts-Torngat est un parc national du Canada située à Terre-Neuve-et-Labrador. Créé le 14 février 2008, il s'agit du plus récent parc national au Canada. Ce parc a pour but de protéger un élément représentatif de la région naturelle des montagnes du Labrador du Nord. Le parc est issu des revendications territoriales avec les inuit du Nunatsiavut et son statut changera pour celui de parc national quand les négociations avec les inuit du Nunavik (Québec) entreront en vigueur.

Le nom du parc vient des monts Torngat, qui vient lui-même de l'inuktitut Torngait, lieu habité par les esprits. Le parc comprend tout le territoire du Labrador au nord du fjord Saglek. Le parc est adjacent au parc national Kuururjuaq situé au Québec.

Flore[modifier | modifier le code]

Le parc des Monts-Torngat ne comprend pas de forêt proprement dit à l'exception d'épinettes naines près de la frontière du Québec. Le parc comprend cependant 330 espèces de plantes vasculaires et 220 espèces de mousses et d'hépatiques. Les connaissances sur les lichens et champignons du parc sont parcellaires[3].

Faune[modifier | modifier le code]

Le parc est située au carrefour de la faune boréale et arctique. Le parc est entre autres occupé par le caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), soit les hardes de la rivière George et des monts Torngat. Le parc est aussi visité par l'ours noir (Ursus americanus) , l'ours blanc (Ursus maritimus), le loup (Canis lupus), le renard roux (Vulpes vulpes), le renard arctique (Vulpes lagopus), le campagnol[Lequel ?], le lièvre arctique (Lepus arcticus) et le lemming[Lequel ?][4].

Le fond des fjords est quant à lui visité par le petit rorqual (Balaenoptera acutorostrata), le rorqual commun (Balaenoptera physalus) et la baleine à bosse (Megaptera novaeangliae). Plusieurs espèces de phoques visite le parc, dont le phoque annelé (Pusa hispida), phoque à capuchon (Cystophora cristata), phoque du Groenland (Pagophilus groenlandicus) et phoque commun (Phoca vitulina), qui sont attirés par la richesse des eaux froides[4].

Pour ce qui est de la faune aviaire, le faucon pèlerin (Falco peregrinus), le garrot d'Islande (Bucephala islandica), le hibou des marais (Asio flammeus) et l'arlequin plongeur (Histrionicus histrionicus), nichent dans le parc. Le lagopède alpin (Lagopus muta) y réside quant à lui à l'année[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Loi concernant l’accord sur les revendications territoriales des Inuits du Nunavik », sur Justice Canada (consulté le 1er août 2009)
  2. (en) Chris Brackley, Steven Fick prénom3=Kelly et Greig, « Alternative dimensions », Canadian Geographic,‎ avril 2011 (lire en ligne)
  3. « Une flore arctique », sur Parcs Canada (consulté le 6 février 2010)
  4. a, b et c « Un carrefour pour la faune », sur Parcs Canada (consulté le 6 février 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]