Commission de la capitale nationale (Canada)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 25′ 25″ N 75° 41′ 43″ O / 45.423478, -75.695275

Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la commission relevant du gouvernement fédéral canadien, en lien avec la ville d'Ottawa. Pour la commission relevant du gouvernement du Québec, en lien avec la ville de Québec, voir Commission de la capitale nationale du Québec.
Camionnette conduite par les agents de conservation de la CCN.

La Commission de la capitale nationale (CCN) (en anglais : National Capital Commission - NCC) est une société de la Couronne canadienne qui assure l'administration des terres appartenant à l'état fédéral dans la région de la capitale nationale, incluant celles-ci situées dans les villes d'Ottawa (Ontario) et de Gatineau (Québec). Le siège social de la CCN est situé à Ottawa, dans l'édifice Chambers de la rue Elgin, entre les rues Queen et Sparks.

Mission[modifier | modifier le code]

La CCN fut créée en 1959 et remplaça la Commission du district fédéral qui avait été créée en 1927 sous le nom de Commission d'amélioration d'Ottawa. Elle tombe sous la juridiction du Parlement via le ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités. Le rôle de la CCN est de favoriser les intérêts d'Ottawa et de ses environs en fonction de capitale nationale sur des sujets d'intérêt nationaux comme la préparation de sites de monuments et de musées, des événements comme la Fête du Canada et de paysages urbains comme le Boulevard de la Confédération. Cette dernière est une route cérémoniale controversée reliant les attractions-clefs dans la région de la capitale nationale sur les deux rives de la rivière des Outaouais, c'est-à-dire à Ottawa ainsi qu'à Gatineau[1].

Dans ce but, elle organise également des événements comme le Bal de Neige et Lumières de Noël au Canada. Depuis 1996, elle gère le kiosk d'information de la Capitale au World Exchange Plaza à Ottawa situé au 111 rue Albert, Ottawa, Ontario. La CCN assure aussi l'administration de résidences officielles comme Rideau Hall, 24, promenade Sussex et Stornoway. Tous ces rôles contrastent avec ceux des différents gouvernements municipaux qui travaillent pour le bien-être de leurs résidents immédiats sur des sujets comme le maintien des routes, des usines de traitement des eaux et le transport en commun. La CCN a de plus la tâche d'encourager le tourisme dans la capitale.

Controverse[modifier | modifier le code]

La Couronne canadienne est l'employeur et le propriétaire terrien le plus important dans les deux villes de la région. C'est pour cette raison la CCN exerce beaucoup d'influence sur ces villes. Elle a parfois été critiquée comme une organisation non démocratique gérée par des membres non élus. Cette opinion s'est cristalisée en 1998 quand la CCN proposa de détruire une large bande au centre-ville d'Ottawa pour construire un boulevard cérémonial le long de l'existante rue Metcalfe. Au cours des trente dernières années, plusieurs gouvernements du Québec ont également critiqué fortement les activités de la CCN. Ils argumentent que les affaires municipales sont exclusivement de juridiction provinciale dans la constitution du Canada. D'autres ont critiqué le groupe pour des décisions de planification perçues comme fausses ou mal jugées.

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper, incluant le ministre de l'Infrastructure Lawrence Cannon, a ordonné en arrivant au pouvoir, en 2006, que le mandat de la CCN soit formellement revu. Le rapport par la commission qui conduisait cette révision suggéra que la société de la Couronne aurait besoin de plus d'argent et que son administration devienne plus transparente[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) CCN, « Boulevard de la Confédération » (consulté le 2008-02-11)
  2. (en)« NCC needs $25M more yearly : Panel », 24 Hours de Sun Media,‎ 22 décembre 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]