Orthose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orthose
Catégorie IX : silicates[1]
Orthose - Brésil

Orthose - Brésil
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule brute AlKO8Si3KAlSi3O8
Identification
Masse formulaire[2] 278,3315 ± 0,0034 uma
Al 9,69 %, K 14,05 %, O 45,99 %, Si 30,27 %,
Couleur incolore; blanc; gris; jaune; jaune gris; rouge rose; rougeâtre; vert; verdâtre; rose
Classe cristalline et groupe d'espace Prismatique C 2/m
Système cristallin monoclinique
Réseau de Bravais centré C
Macle fréquent : (macle de Carlsbad, Baveno ou Manebach)
Clivage bon sur {001} et net sur {010}
Cassure irrégulière ; conchoïdale ; esquilleuse
Habitus parfois prismatiques ou à section transversale, carrés courts fréquemment
Échelle de Mohs de 6,00 à 6,50
Trait blanc
Éclat vitreux à nacré
Propriétés optiques
Indice de réfraction nα = 1.518 - 1.520 nβ = 1.522 - 1.524 nγ = 1.522 - 1.525
Pléochroïsme non
Biréfringence 1e ordre, Δ=0.007 biaxe négatif
Dispersion 2vz ~ 35-75°
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence translucide à opaque
Propriétés chimiques
Densité de 2,55 à 2,63
Fusibilité fond difficilement
Solubilité soluble dans les bases alcalines et lentement corrodée par l'acide fluorhydrique
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité détectable à faible
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L'orthose (en anglais : orthoclase) est une espèce minérale du groupe des silicates sous groupe des tectosilicates, famille des feldspaths sous-famille des feldspaths potassiques. Sa composition chimique est KAlSi3O8 avec des traces de Na;Fe;Ba;Rb;Ca.

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par Johann August Friedrich Breithaupt en 1823. Du grec orthos : « droit » nommé ainsi suite à sa faculté à se cliver selon deux plans orthogonaux. La description a été faite sous le nom d'orthoclase ; le terme d'orthose inventé par René Just Haüy est le terme usuel francophone.

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • argillyite
  • cottaite (Breithaupt 1866)[3]
  • feldspath commun [4]
  • Leelite (orthose rose pâle)
  • murchisonite
  • orthose (René Just Haüy / Hessel)[5]

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Variétés[modifier | modifier le code]

  • adulaire ou pierre de lune est une variété opalescente d'orthose qui évoque la clarté de la lune. La cause en est la réflexion de la lumière par la structure interne. Si les couches sont suffisamment fines, elles donnent un joli bleu, sinon l'adularescence, blanche, est moins prisée. Un reflet en une seule bande peut donner une pierre de lune « œil-de-chat ». Les grandes pierres de bonne qualité sont rares et chères. La pierre de lune est assez sensible aux chocs. Elle provient de Sri Lanka (transparente avec des reflets bleus), de Birmanie, mais aussi d'Australie, des États-Unis d'Amérique, d'Inde (gris, rose, blanc laiteux), de Madagascar, de Tanzanie et même des Alpes suisses où elle a été initialement découverte (Les Monts Adula actuellement Massif du Saint-Gothard).
  • aglaurite, autre variété présentant des phénomènes d'adularescence bleue trouvée à Teplice (Teplitz), région d'Ústí, Bohème, Tchéquie. Apparait comme étant un synonyme d'adulaire[6].
  • baryum-orthose (syn. Barian orthose) Variété riche en baryum trouvée dans deux occurrences japonaises[7].
  • delawarite, variété d'orthose à reflet perlé, trouvé à Crump's Quarry, Mineral Hill, Elwyn, Delaware Co., Pennsylvanie, États-Unis, le nom du comté a inspiré le nom du minéral[8].

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 8.625, b = 12.996, c = 7.193, Z = 4 ; beta = 116.016°; V = 724.57
  • Densité calculée = 2,55

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

Gîtologie 
L'orthose est présente dans les roches plutoniques et métamorphiques et ne se trouve que rarement dans les laves. Présent dans certaines météorites.
Minéraux associés 
quartz, plagioclase, feldspaths, micas (biotite, muscovite...), grenats, tourmalines, béryls, et topaze.

Gisements producteurs de spécimens remarquables[modifier | modifier le code]

  • Canada
District de Maniwaki-Gracefield, région de l'Outaouais, Québec[9].
Mine Jeffrey, Asbestos, région de l'Estrie, Québec[10]
  • France
La Verrière, Monsols, Rhône, Rhône-Alpes [11]
La Chèze[12], Ambazac et Vénachat[13], Compreignac, deux gisements en Haute-Vienne, Limousin.
Vensac, Brocq-en-Menet, Menet, Cantal, Auvergne[14]
Ceilhes, Ceilhes-et-Rocozels, Hérault, Languedoc-Roussillon
  • Madagascar
Itrongay, Betroka, Anosy (Fort Dauphin), Tuléar (Toliara) [15]
Benono, Mahasoa, Betroka, Anosy (Fort Dauphin), Tuléar (Toliara) [16]
  • Suisse
Massif du Saint-Gothard, Tessin

Exploitation des gisements[modifier | modifier le code]

Gemmologie[modifier | modifier le code]

En dehors de la variété adulaire, certaines orthoses très pures peuvent être taillées comme gemmes; ces pierres sont incolores à jaunes-rosées. Le clivage parfait de l'espèce les rend fragiles et ces pierres sont surtout taillées pour les collectionneurs. Elles proviennent de Madagascar, de Haute-Birmanie, et du Brésil.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. A System OF Mineralogy Par James Dwight Brush P.356-357 1868
  4. Annales de chimie et de physique, Volume 24 publié par Crochard, Crochard ((París)), François Arago, Joseph Louis Gay-Lussac 1823
  5. Dictionnaire des sciences naturelles, dans lequel on traite ..., Volume 53 Par Frédéric Cuvier 1828
  6. Descriptive list of the new minerals, 1892-1938: containing all new mineral ... Par George Letchworth English, James Dwight Dana 1939
  7. Watanabe, T. (1959) Mineralogical Journal, 2, 6, 408-421
  8. Gordon's Mineralogy of Pennsylvania (1922) p. 191
  9. Econ Geol (1986) 81:89-112
  10. Spertini, F. (2001). "La mine Jeffrey, Asbestos, Québec, Canada." Le Règne Minéral(37),pp:10-34.
  11. Favreau, G., Legris, J.-R. & Dardillac, M. (1996): La Verrière (Rhône) : Histoire et Minéralogie, Le Cahier des Micromonteurs, 53(3), 3-28.
  12. Guide géologique de la Haute Vienne, musée municipal de Limoges, Limoges, 1967
  13. Lacroix, minéralogie de la France 1896
  14. R. Pierrot, P. Picot, J.J. Périchaud : "Inventaire Minéralogique du Cantal", BRGM and Editions G. de Bussac, 1971
  15. Lacroix, A. (1922) : Minéralogie de Madagascar, Tome I. Géologie-Minéralogie descriptive. A. Challamel (Éditeur), Paris. 624 p.
  16. Behier, J. (1963) : Carte minéralogique de Madagascar. Archive Service Géologique Madagascar