Université Paris Diderot Paris 7

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Université Paris Diderot
Paris 7
Image illustrative de l'article Université Paris Diderot Paris 7
Informations
Fondation 1er janvier 1971[1]
Type Université publique (EPSCP)
Régime linguistique Français
Budget 158 Millions d'euros (10 M€ de loyer/an)[2].
Localisation
Coordonnées 48° 49′ 47″ N 2° 22′ 51″ E / 48.829722, 2.38083348° 49′ 47″ Nord 2° 22′ 51″ Est / 48.829722, 2.380833  
Ville Paris
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Campus Paris Rive Gauche, Campus de Jussieu, Fontainebleau
Direction
Président Christine Clerici
Chiffres clés
Personnel 1 100 (2010-2011)
Enseignants 1 400 (2010-2011)
Étudiants 25 000 (2010-2011)
Troisième cycle 2 300 (2010-2011)
Divers
Affiliation Sorbonne Paris Cité
Site web www.univ-paris-diderot.fr

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Université Paris Diderot Paris 7

L’université Paris Diderot[n 1] (nom officiel : Paris-VII)[1] est une université pluridisciplinaire située à Paris, et elle est une des sept universités de l'académie de Paris. Elle a été créée en 1971 à la suite de la scission de l’université de Paris. Depuis son déménagement en 2007 du campus de Jussieu, elle est principalement implantée dans le quartier de Paris Rive Gauche. L’université est membre du PRES Sorbonne Paris Cité depuis le 31 mars 2010[3].

Elle est spécialisée dans le domaine des sciences, des formations du domaine de la santé, des sciences humaines et sociales, ainsi que des arts, lettres et langues. Ses activités de recherche se concentrent autour de 102 équipes (dont près de 80 % associées à de grands organismes de recherche) et regroupent près de 2 300 doctorants et 2 000 enseignants-chercheurs. Elle forme près de 25 000 étudiants.

Parmi les personnalités liées à l’université, deux enseignants ont obtenu un prix Nobel, et deux autres ont exercé la fonction de ministre de l'Éducation nationale en France.

Historique[modifier | modifier le code]

Création de l'université[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Mai 68, Loi Faure et Université de Paris.

Avant les évènements de mai 1968, il existait une seule université à Paris créée aux alentours de 1200, supprimée en 1793 et recréée en 1896. Elle était composée de six facultés. La loi Faure a imposé aux anciennes facultés de se diviser en UER avant de se recomposer en universités nouvelles. Lorsque Robert Mallet est nommé recteur de l’Académie de Paris en 1969, les anciennes facultés ne sont pas encore engagées dans la constitution d’universités pluridisciplinaires. Il essaie alors d’obtenir la création d’au moins une université de ce type[4].

À la rentrée 1968, La faculté de médecine est divisée en dix facultés[5]. Jean Bernard, alors directeur de l’institut de recherche sur les leucémies, et opposé à la séparation entre les sciences et la médecine, se rapproche du projet porté par Robert Mallet[6]. L’opposition au démantèlement est plus forte à la faculté des sciences dirigée par le doyen Marc Zamansky. Le recteur Mallet obtient cependant du ministre de l’éducation Olivier Guichard que le projet d’université pluridisciplinaire se réalise si au moins 10 % des enseignants de la faculté des science se prononcent favorablement au départ de certains de leurs membres pour la nouvelle université, et obtient après consultation 13 %. Le ministère appuie alors le départ de ces enseignants[4]. La faculté des lettres avait déjà été divisée entre les nouvelles universités de Paris I, III, IV et V. Un groupe d’enseignants, principalement anglicistes mais aussi géographes, ne se retrouve pas dans les projets pédagogiques de ces universités et se joignent eux aussi au projet[7].

L’université voit la signature de ses premiers statuts dès le 14 décembre 1970[8], et est officiellement crée le 1er janvier 1971[1]. L’université Paris-VII naît ainsi non seulement d’une simple scission administrative mais aussi d’une division politique et pédagogique au sein des chercheurs scientifiques issus des facultés de l’université de Paris. Dans le domaine de la santé, elle est alors constituée de deux unités d'enseignement et de recherche médicales, les centres hospitaliers et universitaires « Bichat-Beaujon » et « Lariboisière - Saint-Louis » auxquelles s'ajoutent une unité d'hématologie (l'institut de recherche sur les leucémies) et une unité de sciences humaines cliniques formées de psychanalystes[9]. En lettres et sciences humaines, quatre unités entières rejoignent l'université, l'unité d'anthropologie, ethnologie et sciences des religions, l'unité de didactique des disciplines scientifiques, l'institut d'anglais, et l'unité de langues et civilisations de l'Asie orientale; en outre une unité de sciences des textes et des documents est créée par des membres de l'unité de littérature et langue françaises ne souhaitant pas rejoindre l'université Paris IV, et un département de recherches linguistiques est créé[10]. Ces unités sont principalement implantées rue Charles V et à Censier. En sciences, trois unités sont divisées entre Paris VI et Paris VII, les unités d'algèbre et géométrie, de biochimie, et de biologie génétique, et trois unités sont créées par regroupement de membres de dix unités ayant rejoint Paris VI, une unité de biologie[11], une unité de physique[12] et une unité de chimie[13], auxquelles s'ajoute la création d'un département de géologie[14]. Ces unités sont restées sur le campus de Jussieu[15].

Débuts difficiles[modifier | modifier le code]

Articles connexes : campus de Jussieu et université Paris VI.
Le campus de Jussieu que l'université a longtemps partagé avec l'université de Paris VI

L’université doit faire face dès sa création à des problèmes de locaux concernant ses composantes scientifiques. Elles doivent partager avec l’université Paris VI le campus de Jussieu. L’UER de Mathématiques, qui ne dispose que de trois salles de cours avant la création des secteurs 24-34-44 du campus, doit héberger l’administration de l’université[16].

Des problèmes matériels s’ajoutent à cela, l’administration insuffisamment dotée en personnel IATOS par le ministère devant recourir à du personnel recruté hors concours administratif, et sur les crédits de fonctionnement de l’université. Cette situation crée des tensions avec d’autres secteurs de l’université, comme le domaine médical, mieux doté en personnel mais qui voit ainsi ses budgets baisser[16].

L’établissement doit aussi faire face peu après sa création à un projet de déménagement en dehors de la région parisienne, et la ville de Nice est un temps évoquée[16].

Développements à partir des années 1990[modifier | modifier le code]

À la suite d'une circulaire émanant de la direction de la programmation et du développement universitaire de septembre 1991, l’université commence une procédure pour accoler au nom officiel « université Paris-VII » un nom propre choisi par le conseil d’administration. Une première liste de noms est présentée par le conseil d’administration de l’université et par les directeurs d’UFR lors du CA du 19 novembre 1991. Cette liste est ensuite soumise à un référendum auprès des membres du personnel, et un premier résultat est présenté lors du CA du 11 février 1992. Les noms de « Jussieu », de « Denis Diderot », puis d’« Albert Einstein » arrivent en tête de cette consultation. Afin de ne pas faire primer l’une des discipline de l’université sur une autre, le CA vote finalement pour l’appellation de « Denis Diderot ». Le nom est officiellement adopté par l’université à la suite des « journées Denis Diderot » organisées du 2 au 5 novembre 1994[17].

L’établissement se rapproche d’autres universités parisiennes à partir du milieu des années 2000 dans le cadre de la mise en place de pôles de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) et du plan campus. Un premier rapprochement est opéré en janvier 2006 avec la création de l’association Paris Centre Universités, qui regroupe alors l’université avec celles de Paris 1 et Paris 5[18], alors que les autres universités parisiennes s'étaient unies autour du projet de Paris Universitas l’année précédente[19]. Les projets portés par ces premières réunions d’établissements ne sont pas retenus lors de la première phase du plan campus d’avril 2008, et de nouveaux rapprochements se forment[20]. Paris 7 intègre par la suite le projet Sorbonne Paris Cité qui rassemble aussi les universités de Paris 3, Paris 5 et Paris 13, ainsi que d’autres établissements d’enseignement supérieur comme SciencesPo[21], et le PRES est officiellement créé le 13 février 2010[22].

L'université revoit son organisation interne, en passant ainsi aux compétences élargies au 1er janvier 2009[23], et en ouvrant une école d'ingénieurs à la rentrée 2010[24].

Création du campus « Paris Rive Gauche »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Campus Paris Rive Gauche.
Les Moulins dans leur environnement urbain
L'esplanade Pierre Vidal-Naquet introduisant les Grands Moulins de Paris, siège principal de l'université

Jusqu’en 2005, le campus de Jussieu compte près de 40 000 étudiants, soit le double de l’effectif prévu initialement, hébergeant simultanément trois établissements universitaires comportant locaux administratifs, laboratoires de recherche, amphithéâtres, salles de travaux dirigés et salles de travaux pratiques. Le manque de locaux devient alors un problème crucial d’autant que la durée problématique et imposante du désamiantage du « gril d'Albert » (10 ans minimum) impose la mobilisation d’une quantité considérable de locaux de substitution (appelés locaux tampons) : ces raisons expliquent l’échec du parachèvement du campus dans le cadre du plan « Université 2000 ». Après un relevé cadastral de ses locaux effectué en 1989, l’université n’a posé la question du déménagement du campus qu’au début des années 1990 : il s’est avéré que le coût final de location de locaux tampons aurait été aussi élevé que le coût de construction de locaux neufs.

En novembre 1995, Jean-Pierre Dedonder, alors président, présente le projet de déménagement aux autorités de tutelle. La dénomination Paris Rive Gauche (PRG) concerne non seulement le projet de déménagement mais aussi le site d’implantation définitif de la totalité des composantes (hors secteur santé). L’université, convaincue par le coût onéreux et long des travaux engendrés par de telles remises aux normes, poursuit alors sa politique de création de nouveaux bâtiments sur le nouveau campus, tout en permettant ainsi une meilleure clarification de la répartition des locaux avec sa consœur l’université Paris 6 et l’Institut de physique du globe. Le conseil d'administration de l’université, réuni le 19 novembre 1996, se prononce unanimement en faveur du déménagement.

Le projet de déménagement commence à se concrétiser fin 1999 par six opérations dans le cadre du contrat de projets État-région : rénovation des Grands Moulins de Paris et de la Halle aux Farines et construction de quatre bâtiments. La deuxième phase de construction ayant été lancée en 2010, l’université dispose aujourd’hui dans le prolongement du site PRG de 155 000 m² de locaux neufs ou réhabilités, dont la livraison finale par le groupement UNICITÉ (groupe Vinci) est attendue pour 2012 dans le cadre d’un partenariat public-privé : les bâtiments, loués pendant 27 ans pour un loyer annuel d’un montant inférieur à dix millions d’euros hors-taxes (dont 15 % assureront le financement des coûts de maintenance et d’exploitation) deviendront ensuite propriété de l’université. La première pierre des premiers bâtiments a été posée le 30 septembre 2004[25] par François Fillon, alors Ministre de l'Éducation nationale[26], et celle des quatre derniers le 21 janvier 2010 par Valérie Pécresse, alors Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche[27].

Administration[modifier | modifier le code]

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Comme tout établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP), l’université est dirigée par un président élu à la majorité absolue des membres élus du conseil d’administration. En 2011, le président est Vincent Berger, physicien élu le 5 mai 2009. Il est membre de droit des trois conseils de l’établissement. Les représentants des personnels (enseignants-chercheurs et IATOS) et les représentants extérieurs, siégeant aux conseils de l’université, bénéficient d'un mandat de quatre ans, les membres étudiants élus de deux ans.

Actuellement trois conseils administrent l'université :

  • le conseil d’administration (CA), composé de 29 membres élus (dont 4 membres étudiants), décide de la politique de l’établissement. Il est notamment responsable du vote du budget, de la répartition des emplois ainsi que de l’approbation des accords et conventions. Il se décompose en trois commissions permanentes : la Commission des Moyens (CM), qui étudie des demandes budgétaires, la Commission des Affaires Générales (CAG), chargée des points portés à l’ordre du jour, et la section disciplinaire relative à l'article L712-4 du code de l'éducation ;
  • le conseil des études et de la vie universitaire (CEVU), composé de 30 membres élus (dont 12 membres étudiants), est un organe propositionnel au CA, chargé des questions relatives à la formation initiale et continue. Il oriente le CA en instruisant les demandes d’habilitation et les projets de nouvelles filières. Il se décompose en deux commissions permanentes : la Commission Pédagogique (CP), chargée de mettre en œuvre l'évaluation et les réformes nécessaires à la délivrance des diplômes, et la Commission de la Vie Universitaire (CVU), concernant le cadre de vie général de l'établissement ;
  • le conseil scientifique (CS), composé de 40 membres élus (dont 4 membres étudiants de troisième cycle, est un organe propositionnel au CA, chargé des questions relatives à la recherche et à son orientation au sein de l’établissement. Assurant la liaison entre l’enseignement et la recherche, il est consulté sur les modifications apportées aux enseignements de troisième cycle, sur l’intitulé à emplois de recherche et sur les demandes d’habilitation. Il n'est composé que de la seule Commission d'Evaluation chargée d’examiner les dossiers proposés.

Présidences[modifier | modifier le code]

Le dernier président, Vincent Berger, élu le 5 mai 2009, était le dixième depuis la création de l’université en 1970[28]. Il a quitté son poste au cours de son second mandat pour devenir conseiller de l'enseignement supérieur et de la recherche à la présidence de la République[29]. C'est Christine Clerici, anciennement Vice-présidente du conseil d'administration, qui le remplace provisoirement jusqu'à l'élection de nouveaux représentants[30].

Composantes[modifier | modifier le code]

L’université est structurée conformément au code de l'éducation, qui fixe l’organisation légale des universités en France. On y trouve des unités de formation et de recherche (UFR), des instituts, des départements, ainsi que des services communs[31].

Structures d’enseignement[modifier | modifier le code]

Entrée principale du bâtiment Condorcet

L’établissement dispense ses formations par des UFR, des instituts, ainsi que des départements dédiés aux formations de première et deuxième années de licence.

Les formations en sciences sont composées des deux départements de formation de Licence « Sciences de la Nature et de la Vie » et « Sciences exactes », de l’école d’ingénieur Denis Diderot, de l’IUT Paris Jussieu, de l’institut de recherche sur l’enseignement des mathématiques, ainsi que des cinq UFR de chimie, d’informatique, de mathématiques, de physique et de « sciences de la Terre, de l'environnement et des planètes[32] ».

Les formations en lettres et sciences humaines sont organisées par un département de formation de Licence « Lettres et Sciences Humaines », l’institut de la pensée contemporaine, ainsi que de huit UFR d’études anglophones, d’études interculturelles de langues appliquées, « géographie, histoire, sciences de la société », de langues et civilisation de l'Asie orientale, de « lettres, arts et cinéma », de linguistique, de sciences humaines cliniques, et de sciences sociales[32].

Les formations en santé sont structurées autour de l’institut universitaire d'hématologie, ainsi que de deux UFR de santé (odontologie et médecine)[32].

Écoles doctorales[modifier | modifier le code]

L’université dispose d’écoles doctorales qui ont la charge du suivi des étudiants en troisième cycle universitaire, mais aussi de la gestion des habilitations à diriger des recherches. Neuf écoles ont pour tutelle principale l’université, et l’établissement dispose de convention avec 14 autres, rattachées à d’autres universités de la région. Un « Institut des Études Doctorales » coordonne ces études doctorales, et articule ses activités autour des deux secteurs de l’établissement, le secteur « Sciences et Santé » et le secteur « Lettres Langues et Sciences Humaines[33] ».

Le secteur « Lettres Langues et Sciences Humaines » rassemble les écoles « Littérature, Image, civilisations et sciences humaines (domaines francophone, anglophone et d'Asie orientale) », « Économies, espaces, sociétés, civilisation, pensée critique, politique et pratiques sociales », « Géographie de Paris - Espace, Sociétés, aménagement », « Recherches en psychanalyse », et « Savoirs scientifiques : épistémologie, histoire des sciences, didactique des disciplines[34] ».

Le secteur « Sciences et Santé » rassemble les écoles « Astronomie et Astrophysique de l'Île-de-France », « Biochimie, Biothérapies, Biologie Moléculaire et Infectiologie », « Biologie et biotechnologie », « Chimie physique et chimie analytique de Paris-Centre », « Génétique Cellulaire, Immunologie, Infectiologie, Développement », « interdisciplinaire "Frontières du vivant" » « Interdisciplinaire pour le vivant », « Matière Condensée et Interfaces », « Médicament, Toxicologie, Chimie et Environnement », « Particules, noyaux et cosmologie », « Physiologie et physiopathologie », « Physique de la région parisienne », « Physique et chimie des matériaux », « Sante publique : Épidémiologie et sciences de l'information biomédicale », « Sciences de l'environnement », « Sciences de la Terre » et « Sciences mathématiques de Paris Centre[34] ».

Service commun de documentation[modifier | modifier le code]

Les Grands Moulins de Paris, où est situé la bibliothèque centrale

Le service commun de documentation, qui gère les fonds documentaires de l’université, a pris en 2009 la suite de la bibliothèque interuniversitaire scientifique de Jussieu[35]. Les différentes bibliothèques où sont disposés ces fonds présentent une durée d'ouverture moyenne de 45 heures par semaine avec quelques exceptions (60 heures pour les deux bibliothèques du secteur Santé, Bichat et Villemin, et 18 heures par semaine pour l’antenne Sciences humaines cliniques)[36]

La bibliothèque centrale est située sur le campus Paris Rive Gauche, dans le bâtiment des Grands Moulins. Elle occupe 8 000 m² sur cinq niveaux, et dispose en 2011 de 1400 places, de 120 postes informatiques, de neuf salles de travail en groupe, de trois espaces de consultation des DVD de la bibliothèque et de deux salles de formation. Ses fonds, organisés en 4 pôles (« lettres et arts », « sciences humaines et sociales », « Histoire, géographie, ville », et « sciences »), comptent en 2011 quelque 180 000 documents (livres, thèses, cartes et DVD), 1 000 revues papier et 16 000 titres de périodiques électroniques, 925 livres électroniques et 101 bases de données[37].

D'autres bibliothèques sont aussi gérées en dehors du campus principal et couvrent les domaines des Lettres et sciences humaines, de la santé, ainsi que des sciences[38], ou encore des mathématiques, de linguistique et de langues, ou de sciences humaines et sociales[39]. Les étudiants de l'université disposent par ailleurs d'accès et de prêt gratuit dans d'autres bibliothèques parisiennes[40].

Implantations[modifier | modifier le code]

Carte d'implantation du campus Paris Rive Gauche

L’université est principalement implantée dans le quartier Paris Rive Gauche[41], mais dispose aussi d’installations rue Charles-V (UFR études anglophones), dans l'Immeuble Montréal rue de Tolbiac (UFR GHSS et Sciences sociales), rue du Chevaleret (UFR Mathématiques et Informatiques) et rue de Paradis (UFR Sciences humaines cliniques).

Campus Paris Rive Gauche[modifier | modifier le code]

Le Campus Paris Rive Gauche, implantation principale de l’université depuis 2006, regroupe un complexe académique accueillant à la fois équipes, laboratoires, instituts de recherche, amphithéâtres et salles de travaux pratiques et dirigés : « Les Grands moulins », « Halle aux farines », « Buffon », « Condorcet », « Lamarck » et « Lavoisier ». En 2011, la finalisation du déménagement se poursuit avec la construction de quatre nouveaux bâtiments dans le cadre de la deuxième phase de construction, afin de réunir en 2012 toute l’université sur une superficie bâtie de 210 000 m²[42].

Locaux tampons en attente de finalisation du campus Paris Rive Gauche[modifier | modifier le code]

L’établissement occupe différents locaux dans le 13e arrondissement de Paris.

Le 175 rue du Chevaleret est depuis 1999, à l’occasion des travaux de désamiantage du campus de Jussieu, le siège principal de l’UFR de mathématiques et de l’UFR d’informatique. Elles seront définitivement transférées, à partir de juin 2012, dans le bâtiment M6A1 (19 et 21 Rue Croix-Jarry), qui héberge désormais l’UFR de Linguistique[43].

Le bâtiment Biopark (5 et 7 rue Watt) est l’implantation principale de l’UFR d’études interculturelles de langues appliquées (EILA) où se retrouvent à la fois les secrétariats et les laboratoires de recherche dans les domaines de linguistique appliquée. Il est par ailleurs le siège de l'IUT Paris Jussieu[44]. L'immeuble Montréal - Olympiades est un autre lieu d'implantation temporaire de l'université.

Sites hospitaliers et cliniques universitaires[modifier | modifier le code]

L'hôpital Bichat-Claude-Bernard est utilisé pour les formations de l'université

L’université dispose de plusieurs sites pour ses formations médicales. L’hôpital Saint-Louis[45] et l'hôpital Bichat-Claude-Bernard[46] sont utilisés par les formations médicales. Les formations en odontologie sont regroupées rue Garancière dans le sixième arrondissement[47], et les formations en sciences humaines cliniques rue de Paradis[48].

Ces sites disposent de ressources propres comme des bibliothèques : une de 280 places sur le site Villemin[49] et une de 576 places à Bichat pour l'UFR de médecine, et une de 98 places[50] pour celle d'odontologie.

Enseignements et recherche[modifier | modifier le code]

Formations[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2010, l’université Paris Diderot propose 19 mentions de licence, 7 mentions de licence professionnelle, 155 diplômes universitaires/interuniversitaire, un diplôme d’ingénieur, un diplôme universitaire de technologie et un diplôme de recherche technologique[51].

En 2006, le domaine Lettres et sciences humaines a délivré 1 037 licences, 848 masters et 81 doctorats; le domaine Sciences et techniques 711 licences, 687 masters et 274 doctorats; le domaine Médecine et odontologie 48 masters et 214 doctorats; et le domaine Sciences économiques et gestion 52 licences[52]. Dans le cadre du plan « Réussite en Licence », l'université a déclaré avoir investi 4,5 millions d'euro (dont 2,1 millions provenant de la dotation gouvernementale) pour renforcer l'encadrement, la méthodologie, le suivi pédagogique et l'allongement des horaires des bibliothèques[53].

La licence générale est délivrée dans 4 domaines qui se déclinent en mentions, puis en spécialités : Arts-Lettres-Langues (4 mentions), Droit–Économie-Gestion (1 mention), Sciences Humaines et Sociales (5 mentions) et Sciences, Technologie, Santé (9 mentions)[54]. Lors de leur évaluation par l'AERES, 13 de ces mentions ont obtenu la notation A ou A+, 5 la notation B et une la mention C[55],[n 2]. L’université délivre également 7 mentions de licence professionnelle[54].

Le master est délivré dans 3 domaines qui se déclinent en mentions, puis en spécialités et éventuellement en parcours : Sciences et technologies (4 mentions, 16 spécialités[56]), Sciences de la vie, de la santé et de l’écologie (11 mentions, 36 spécialités[57]) et Sciences humaines et sociales (13 mentions, 50 spécialités[58]). Selon une enquête menée en 2010 par le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, 93 % des diplômés de 2007 occupaient un emploi 30 mois après l'obtention de leur diplôme, dont 91 % en Sciences humaines et sociales et 97 % en Sciences, technologies et santé[59].

Échanges internationaux[modifier | modifier le code]

En 2007-2008, l’université compte 5 152 étudiants étrangers (soit 21 % de sa population étudiante)[60], dont 25 % inscrits dans une formation en sciences, 29 % en santé, 46 % en lettres, langues et sciences humaines. 874 d'entre eux sont doctorants[61] et 927 sont scolarisés dans le cadre d'accords bilatéraux (dont 331 en Erasmus)[60]. L'année suivante, ce chiffre monte à 1 159 étudiants (dont 782 américains)[62]. Parmi cette population entrante, ceux issus d'un échange Erasmus représentent sur la période 2003-2008 entre 0,52 et 0,74 % des étudiants de l'université, plaçant l'établissement entre la 52e et la 61e place des universités françaises pour ce type d'accord[63].

L'université a passé 1 104 accords d'échange avec 293 institutions étrangères dans 53 pays, dont 188 avec des universités européennes[64]. En 2007-2008, 378 étudiants de l'université ont effectué par Erasmus des séjours d'études à l’étranger (212 en Europe, 113 en Amérique, 38 en Asie, 8 en Océanie et 7 en Afrique)[60]. La mobilité concerne aussi les enseignants-chercheurs : l'équivalent de 161 mois d’invitation a été alloué aux composantes et aux laboratoires en 2008-2009[61].

Aux échanges académiques s'ajoutent des visites ponctuelles de personnalités étrangères, comme l'inauguration en 2007, par le premier ministre de Corée du Sud, d'un « jardin coréen » dans un patio des Grands Moulins[65].

Recherche[modifier | modifier le code]

Laboratoires de recherche[modifier | modifier le code]

Les laboratoires de recherche sont répartis en 102 équipes de recherche (25 en Lettres et Sciences Humaines[66], 38 en Sciences[67] et 39 en Médecine[68]), dont 80 % sont des unités mixtes avec de grands organismes comme le CNRS, l'INSERM, le CEA, l'INRIA ou l'Institut Pasteur. Environ 500 thèses[69] et 80 HDR sont délivrées par an[70]. Le taux d’enseignants-chercheurs publiants dépasse 80 %, et 72 % d'entre eux sont dans des unités classées A ou A+ par l'AERES[71]. L'université est aussi à l'origine du Prix Diderot Innovation, décerné depuis 2007 en partenariat avec le CNRS[72].

Scientométrie[modifier | modifier le code]

L’université figure dans plusieurs palmarès universitaires. En 2012, le classement académique des universités mondiales par l'université Jiao Tong de Shanghai la classe entre la 101e et la 150e place mondiale (la 45e pour les mathématiques) et entre la 4e et la 7e place en France[73]. En 2012, le classement QS World University Rankings classe l'université à la 234e place mondiale[74]. En 2012, le classement Times Higher Education World University Rankings classe l'université à la 166e place mondiale[75]. En 2012, le Ranking Web of World Universities lui attribue la 786e place au niveau mondial et la 303e au niveau européen[76].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Sociologie[modifier | modifier le code]

En 2007, l’université compte 24 737 étudiants (11 590 en premier cycle, 10 943 en deuxième cycle et 2 204 en troisième cycle[77]), dont 1,5 % en Droit-Sciences Économiques, 42,5 % en Lettres-Sciences Humaines, 26,5 % en Sciences et 29,5 % en Santé[78].

3 482 étudiants sont boursiers sur critères sociaux (proportion supérieure à la moyenne parisienne) ; la proportion de boursiers avec un échelon 5 est supérieure à la moyenne nationale[78].

Activités sportives[modifier | modifier le code]

La densité des activités physiques et sportives se témoigne par une très grande diversité des disciplines : sports de combat, sports collectifs, sports de raquettes, activités artistiques, activités aquatiques, activités de plein air[79]. À cela l'université dispose de formations qualifiantes telles que les préparations aux Brevet de surveillant de baignade[80] et au Brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique[81]. Des rencontres annuelles inter-universitaires sont organisées avec la FFSU telles qu'au judo avec la Coupe d'Automne en octobre[82]. Certaines équipes de l'université se sont notamment distinguées par leurs performances, ainsi pour la deuxième fois consécutive en 2011 l'équipe masculine de Volley-ball conserve son titre de champion de France universitaire Elite et se qualifie pour le Championnat d'Europe[83], ou encore en 2010 où elle récupère le titre de vice-champion de judo au Championnat de France Universitaire 2010 à Toulouse[84]. L'université accueille aussi depuis plusieurs années Malik Agaoua, membre de la Fédération française de judo et disciplines associées et du Comité National de Kendo[85], en tant qu'enseignant de kendo et sport chanbara[86].Il est un des membres fondateur du sport Chanbara en France

Monde associatif[modifier | modifier le code]

Les activités associatives sont portées au niveau institutionnel par un bureau de la vie étudiante, et par un vice-président étudiant, poste mis en place lors de l’application de la loi LRU. Les projets menés dans ce cadre associatif peuvent être reconnus dans le cadre des études à hauteur de trois ECTS, une seule fois dans le cadre d'un diplôme. Un financement peut être assuré par un fonds de solidarité et de développement des initiatives étudiantes pour les différents projets associatifs, qui en 2007 s'élève à 231 000 €[87], et couvre plus de 80 projets[88].

Plus de 50 associations sont actives sur le campus[88]. Elle disposent dans l’hôtel Berlier et jusqu'en 2012 d'un local situé en marge du campus rive gauche, date à laquelle elles doivent aménager dans une maison des associations, bâtiment prévu dans la deuxième phase du projet PRG[87].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
24 744[89] 24 183[90] 24 347[91] 24 810[92] 25 597[93] 25 769[94] 24 684[95] 22 973[96]
2008 2009 2010 2011 2012 - - -
24 158[97] 24 737[98] 26 394[99] 24 901[100] - - - -

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Enseignants et anciens enseignants[modifier | modifier le code]

Le Prix Nobel George Fitzgerald Smoot, enseignant de l'université.

Dans le domaine scientifique, des personnalités comme le Prix Nobel de physique 2006[101] George Fitzgerald Smoot[102],[103],[104], ou le Prix Nobel de physiologie ou médecine 1980[105] Jean Dausset ont enseigné à l'université, de même que le membre de l'Académie des sciences Jean-Michel Savéant, l'astrophysicien découvreur des anneaux de Neptune André Brahic, le recteur de l'Agence universitaire de la Francophonie Bernard Cerquiglini, ou encore le premier président du Comité consultatif national d'éthique Jean Bernard. Les départements Histoire et Sociologie ont compté nombre de chercheurs : Jean Duvignaud, Pierre Ansart, Gérard Namer, Claude Liauzu...

Plusieurs personnalités politiques ont enseigné à l'université, comme les anciens ministre français de l'Éducation nationale Claude Allègre et Luc Ferry[106], l'eurodéputé français Jean-Luc Bennahmias, ou encore le ministre estonien Jaak Aaviksoo[107].

Étudiants[modifier | modifier le code]

Plusieurs étudiants de l'université se sont illustrés dans le domaine des arts, comme le prix Médicis 1995 Pascal Bruckner, ou le réalisateur coréen Jeon Soo-il. Des journalistes comme le prix Albert-Londres 1984 Jean-Michel Caradec'h, des philosophes comme Gilles Dowek, Grand Prix de Philosophie 2007, ou encore des politiques comme l'eurodéputée allemande Evelyne Gebhardt, l’avocate Aïcha Kadhafi ont étudié à l'université, ou la ministre de l'écologie Cécile Duflot[108].

Docteurs honoris causa[modifier | modifier le code]

Lors de la cérémonie de remise des titres de docteur honoris causa le 3 avril 2003 en Sorbonne, Benoît Eurin, alors Président de l'université, décerne, en présence de Maurice Quénet, la distinction à neuf personnalités[109] : Aravind Joshi, Stephen K. Krane, Goverdhan Mehta, Edward Said, Reinhart Koselleck Henry P. McKean, Salman Rushdie, Livio Scarsi et Tatsuo Suda. Vincent Berger, président de l'université en 2011, décerne la distinction à Lee Myung-bak, président de la République de Corée[110] le 13 mai 2011.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nom d’usage dont s'est doté l'établissement par délibération de son conseil d’administration. Le précédent nom d'usage adopté en 1994 était « université Denis Diderot»
  2. L'AERES évalue les diplômes en quatre catégories, A+, A, B, et C

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Décret n°2000-250 du 15 mars 2000 portant classification d’établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel
  2. Montant d’investissement intégralement financés par le budget du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
  3. PRES Sorbonne Paris Cité - Etablissements membres, consulté sur www.sorbonne-paris-cite.fr le 15 janvier 2011
  4. a et b « Robert Mallet, Recteur de l’Académie de Paris de 1969 à 1980 », 7 à dire, journal de l'université Paris 7, mai 1990, pp. 5-8 et 23-24, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 15 juillet 2010
  5. Décret n°68-1041 du 27 novembre 1968 portant création dans l'académie de Paris de dix facultés de médecine
  6. « Jean Bernard, professeur d’hématologie clinique de l’université Paris 7 de 1970 à 1980, membre de l’Académie française », 7 à dire, journal de l'université Paris 7, mai 1990, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 15 juillet 2010
  7. « Antoine Culioli, professeur de linguistique à l’université Paris 7 de 1971 à 1992 », 7 à dire, journal de l'université Paris 7, mai 1990, pp. 9-11, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 15 juillet 2010
  8. Statuts de l'Université Paris VII approuvés par arrêté ministériel en date du 14 décembre 1970, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 6 septembre 2010
  9. arrêté du 21 mars 1970 et arrêté du 18 novembre 1970
  10. idem
  11. à partir de membres des unités de physiologie végétale et botanique, de physiologie animale, et de biologie, zoologie
  12. à partir de membres des unités d'application de la physique, d'optique et physique moléculaire, de physique des solides,et de physique théorique
  13. à partir de membres des unités de chimie physique, de chimie organique, et de chimie inorganique
  14. id.
  15. « Michel Alliot, premier président de l’université Paris 7 », 7 à dire, journal de l'université Paris 7, mai 1990, pp. 9-11, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 15 juillet 2010
  16. a, b et c « François Bruhat, professeur de mathématiques à l’université Paris 7 de 1970 à 1989 », 7 à dire, journal de l'université Paris 7, mai 1990, pp. 15-18, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 15 juillet 2010
  17. « 1994, Paris 7 choisit le nom de Denis Diderot. », Le document du mois, juillet 2006, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 15 juillet 2010
  18. « Paris Centre Universités », Journal de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, juin 2006, p. 5, consulté sur www.univ-paris1.fr le 24 janvier 2011
  19. Gilbert Béréziat, « Paris Universitas requiem in pace ; Sorbonne Universitas virtutes cernuntur in agendo. », www.gilbertbereziat.fr, 21 juin 2010, consulté le 24 janvier 2011
  20. Céline Manceau, « Universités parisiennes : l'Opération campus vaut bien quelques rapprochements », Éducpro, 18 juin 2008, consulté sur www.educpros.fr le 24 janvier 2011
  21. Véronique Soulé, « Mariages arrangés pour les facs parisiennes », Libération, 17 mars 2010, consulté sur www.liberation.fr le 11 septembre 2010
  22. Décret n° 2010-143 du 10 février 2010 portant création de l'établissement public de coopération scientifique « Université Paris Cité »
  23. Cordélia Bonal, « Universités: ce qui change au 1er janvier », Libération, 31 décembre 2010, consulté sur www.liberation.fr le 19 mai 2011
  24. Ecole d’Ingénieur Denis Diderot EIDD-Paris, plaquette de présentation, p. 2, consulté sur www.chimie.univ-paris-diderot.fr le 19 mai 2011
  25. Intervention du ministre lors de la pose de la première pierre de l'université Denis Diderot - Paris 7, consulté sur www.education.gouv.fr le 15 janvier 2011
  26. Emmanuel Davidenkoff, « Fillon invite les facs à passer à la vitesse supérieure », Libération, 1er décembre 2004, consulté sur www.liberation.fr le 9 octobre 2004
  27. Pose de la première pierre des 4 derniers bâtiments du grand campus de la Zac Rive Gauche - MESR, consulté sur www.enseignementsup-recherche.gouv.fr
  28. Les présidents de l'université Paris Diderot depuis sa création, www.univ-paris-diderot.fr, consulté le 4 février 2010
  29. Vincent Berger remplace Jean-Yves Mérindol à l'Elysée, www.letudiant.fr
  30. Lettre aux personnels de l'Université Paris-Diderot
  31. « Organigramme 2010 », sur www.univ-paris-diderot.fr
  32. a, b et c Les composantes, université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 27 février 2011
  33. Les études doctorales, université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 27 février 2011
  34. a et b 23 Ecoles doctorales, université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 27 février 2011
  35. Université Paris Diderot 2010, p. 7
  36. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur février 2009, p. 16
  37. Bibliothèque centrale, présentation, Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 14 février 2011
  38. Bibliothèques, présentation, Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 14 février 2011
  39. Autres bibliothèques, présentation, Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 14 février 2011
  40. Autres bibliothèques, Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 14 février 2011
  41. « Implantation de l'Université »
  42. « Contrat de partenariat pour la mise en œuvre de la deuxième phase de construction de l’université »
  43. Université Paris Diderot - Château-des-Rentiers, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le19 décembre 2010
  44. IUT Paris Jussieu - Contact, consulté sur www.iut.univ-paris7.fr le 23 janvier 2011
  45. Implantation de l'Université, Saint-Louis, Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 8 mai 2011
  46. Implantation de l'Université, Bichat, Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 8 mai 2011
  47. Implantation de l'Université, Garancière, Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 8 mai 2011
  48. Implantation de l'Université, Paradis, Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 8 mai 2011
  49. Bienvenue à la Bibliothèque Villemin, Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 8 mai 2011
  50. Bibliothèque de l'UFR d'odontologie Garancière, Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 8 mai 2011
  51. La formation universitaire à Paris Diderot en chiffres, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 15 janvier 2011
  52. Recensement des diplômes délivrés par les Universités à l'issue de l'année universitaire 2005-2006, ministère de l'enseignement supérieur, consulté sur www.pleiade.education.fr le 25 mai 2011
  53. L'Université Paris Diderot a mis en place un plan ambitieux pour la réussite en licence, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 27 mai 2011
  54. a et b Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 22
  55. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 23
  56. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 47
  57. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 53
  58. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 61
  59. Taux d'insertion professionnelle des diplômés de master de 2007, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, consulté sur www.enseignementsup-recherche.gouv.fr le 14 février 2010
  60. a, b et c Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur février 2009, p. 51
  61. a et b Université Paris Diderot 2010, p. 16
  62. Université Paris Diderot 2010, p. 15
  63. Programme Erasmus, Classement français des universités françaises les plus performantes par année académiques, agence Europe-Éducation-Formation France, juillet 2010, p. 1, consulté sur www.europe-education-formation.fr le 21 février 2011
  64. Accords d'échange, www.univ-paris-diderot.fr, consulté le 27 mai 2011
  65. Inauguration des premiers bâtiments du nouveau campus Paris Rive Gauche
  66. Laboratoires de Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales à Paris Diderot, Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 8 mai 2011
  67. Laboratoires de Sciences à Paris Diderot, Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 8 mai 2011
  68. Laboratoires de Médecine à Paris Diderot, Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 8 mai 2011
  69. Soutenances de thèses à Paris Diderot
  70. Chiffres de la recherche à Paris Diderot
  71. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur février 2009, p. 8
  72. Prix Diderot Innovation, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 27 mai 2011
  73. (en) « Academic Ranking of World Universities - University of Paris Diderot (Paris 7) », sur le site de l'Academic Ranking of World Universities (consulté le 28 août 2012).
  74. (en) « Université Paris Diderot - Paris 7 », sur le site QS Top Universities (consulté le 5 mars 2013).
  75. (en) « The World University Rankings 2012-2013 », sur le site du Times Higher Education (consulté le 5 mars 2013).
  76. (en) « Details of Université Denis Diderot Paris VII », sur le site du Ranking Web of World Universities (consulté le 5 mars 2013).
  77. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 41
  78. a et b Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur février 2009, p. 5
  79. <Activités de loisirs proposées aux étudiants et personnels de l’Université, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr 28 mai 2011
  80. BSB - Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 28 mai 2011
  81. BNSSA - Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 28 mai 2011
  82. JUDO 2010/2011, consulté sur www.sport-u-idf.com le 28 mai 2011
  83. Service des Sports - L'équipe masculine de Volley, championne de France universitaire 2011, conserve son titre et est qualifiée pour le championnat d'Europe, 23 mai 2011, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 28 mai 2011
  84. Judo - Université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 28 mai 2011
  85. Membres de la commission Sport Chanbara - CN KENDO, consulté sur chanbara.cnkendo-da.com le 28 mai 2011
  86. Sport Chanbara - Université Paris Diderot - Paris 7, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 28 mai 2011
  87. a et b Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur février 2009, p. 23
  88. a et b Guide des associations étudiantes 2010-2011, université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 14 février 2011
  89. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  90. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  91. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  92. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  93. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  94. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  95. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  96. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  97. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  98. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  99. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 15 juin 2012
  100. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  101. Lauréats du prix Nobel de physique 2006
  102. « Le prix Nobel américain George Smoot travaille désormais pour Paris Diderot », Actualités de l'Université Paris Diderot, 2 février 2010
  103. « Le Nobel Georges Smoot embauché à Paris-7 », sciences.blogs.liberation.fr, 2 février 2010
  104. « Les leçons du recrutement d'un Prix Nobel américain à Paris-Diderot, par Vincent Berger », Le Monde, 15 février 2010
  105. Lauréats du prix Nobel de médecine 1980
  106. Philippe Jacqué, « Avec la loi sur l'autonomie, Luc Ferry ne peut plus sécher ses cours », Le Monde, 7 juin 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 7 juin 2011
  107. (en) Jaak Aaviksoo, Minister of Defence, The governement of the republic os Estonia, consulté sur www.valitsus.ee le 4 février 2010
  108. Isabelle Maradan, « Les 20 ans de Cécile Duflot : « Mes études n’ont fait que renforcer mes convictions » », sur letudiant.fr
  109. Liste des docteurs honoris causa de l'université Paris Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 23 janvier 2011
  110. Remise du titre de Docteur Honoris Causa - Unviersité Paris Diderot, 18 mai 2011, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 19 mai 2011

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles plus généraux[modifier | modifier le code]

Système éducatif français > Études supérieures en France > Université en France

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 8 juin 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.