Jean-Marie Domenach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Domenach.

Jean-Marie Domenach (Lyon, 13 février 1922 - 5 juillet 1997[1] à Paris[2]) est un résistant, écrivain et intellectuel français catholique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Lyon en 1922, Jean-Marie Domenach étudie au lycée Saint-Marc puis entre en classe préparatoire littéraire au lycée du Parc. D'une famille originaire d'Olette en Catalogne française, son père ingénieur Louis Domenach (1888 - 1968), s'est fixé à Lyon où il était directeur technique des câbles.

En 1941-1942, il anime la résistance des étudiants de l'Université de Lyon avec son ami Gilbert Dru. Stagiaire à l'École des cadres d'Uriage, il rejoint plus tard, en août 1943 le maquis du Vercors. Il dirige en 1945 la revue des Forces françaises de l'intérieur, Aux armes !.

Secrétaire, de 1946 à 1957, de la revue personnaliste Esprit, fondée par Emmanuel Mounier, il en reprend la direction après le décès de Mounier et de son successeur Albert Béguin, de 1957 à 1976. Avec Mounier, il soutient en 1949 la parution du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir. À partir des années 1950, la revue contribue à la création d'une gauche modérée (anti-communiste) en France, soutenant en particulier les dissidents du bloc de l'Est. Les critiques à l'égard de l'URSS n'empêchent cependant pas Domenach de s'opposer à la communauté européenne de défense, se plaçant ainsi en porte-à-faux vis-à-vis du MRP démocrate-chrétien dont il est par ailleurs proche. Domenach fait connaître en France, après mai 68, Ivan Illich, et ses idées d'autonomie, d'écologie politique, de convivialité. Il introduit également l'idée de sérendipité[3].

Militant au lendemain de la guerre dans le Mouvement de la paix, Domenach lutte pour la décolonisation en Indochine et en Algérie, soutenant de Gaulle. Il témoigne en 1951 lors des procès de l'Organisation spéciale (OS), affiliée au MTLD de Messali Hadj, où la défense avait allégué la pratique de la torture pour extorquer des aveux[4].

Il crée le 8 février 1971 avec Michel Foucault et Pierre Vidal-Naquet le Groupe d'information sur les prisons. Il participa, en 1974, aux « Assises du socialisme » organisées par le Parti socialiste. En 1978, il soutient les boat-people vietnamiens, avec, notamment, Raymond Aron et Jean-Paul Sartre.

Directeur des études du Centre de formation des journalistes de 1978 à 1980, il est ensuite, de 1980 à 1987, professeur au Département des humanités et sciences sociales de l'École polytechnique, où il dispense notamment un cours intitulé « Approches de la modernité »[5].

Il y fonde en 1982 avec Jean-Pierre Dupuy, sur la base de réflexions préliminaires de Jean Ullmo, un centre de recherches en sciences cognitives et épistémologie, le CREA, dont une partie des travaux seront consacrés à la pensée de René Girard.

Il a tenu des chroniques dans plusieurs revues dont le magazine canadien Maclean's, L'Expansion, et France catholique. Il a participé au club « Politique autrement ».

Il meurt à 75 ans, le 5 juillet 1997 d’une crise cardiaque[6]. Il a été inhumé à Saint-Beauzire (Haute-Loire)[2].

Il est le père de Jean-Luc Domenach et de Nicolas Domenach.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Propagande politique, Paris, Presses universitaires de France, «Que sais-je ?» n° 448, vers 1950 (8e édition mise à jour, 1979),
  • Barrès par lui-même, Paris, Seuil, 1954
  • Le Retour du tragique, Paris, Seuil, «La condition humaine», 1967 (rééd. Seuil, «Points», 1973)
  • Emmanuel Mounier, Paris, Seuil, «Écrivains de toujours», 1972
  • Le Christianisme éclaté, avec Michel de Certeau, Paris, Seuil, 1974
  • Le Sauvage et l'ordinateur, Paris, Seuil, «Points», 1976
  • Ce que je crois, Paris, Grasset, 1978.
  • Enquête sur les idées contemporaines, Paris, Seuil, vers 1981 (rééd. Seuil, «Points», 1984)
  • Lettre à mes ennemis de classe, Paris, Seuil, 1984.
  • Des idées pour la politique, Paris, Seuil, 1988.
  • Ce qu'il faut enseigner: pour un nouvel enseignement général dans le secondaire, Paris, Seuil, 1989
  • Europe : le défi culturel, Paris, La Découverte, 1990
  • À temps et à contretemps, Paris, Éditions Saint-Paul, 1991
  • Une morale sans moralisme, Paris, Flammarion, 1992
  • La Responsabilité : essai sur le fondement du civisme. Paris, Hatier, 1994
  • Approches de la modernité, Paris, Ellipses,‎ 1995 (ISBN 2-72989-564-7) (texte de ses leçons à l'École polytechnique)
  • Le Crépuscule de la culture française ?, Paris, Plon, 1995
  • Regarder la France : Essai sur le malaise français, Paris, Éditions Perrin,‎ 1997, 204 p. (ISBN 2-26201-314-4).
  • Beaucoup de gueule et peu d'or. Journal d'un réfractaire (1944-1977), Paris, Seuil, 2001

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité personne sur le site du catalogue général de la BnF
  2. a et b D'après Claude Liscia, Le Maitron (lire en ligne), « DOMENACH Jean-Marie »
  3. D'après l'Encyclopédie de l'Agora, La sérendibité.
  4. Sharon Elbaz, L'avocat et sa cause en milieu colonial. La défense politique dans le procès de l'Organisation spéciale du Mouvement pour le triomphe des libertés en Algérie (1950-1952), Politix, 2003, Volume 16, no 62, p. 65-91
  5. JEAN-MARIE DOMENACH (1922-1997), sur le site de La Jaune et la Rouge.
  6. D'après Aimé Savard, « Rebelle par conviction », La Vie, no 2706,‎ 10 juillet 1997 (lire en ligne).

Autres sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]