Notker le Bègue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Notker.
Notker le Bègue
Image illustrative de l'article Notker le Bègue
Atelier de Saint-Gall, Xe siècle
Naissance vers 840
Décès 6 avril 912 
Vénéré à Abbaye de Saint-Gall
Béatification 1512
Vénéré par Église catholique romaine

Église Orthodoxe

Fête 7 avril
Attributs bâton; habit bénédictin, livre dans une main et bâton dans l'autre avec lequel il frappe le Diable
Saint patron Musiciens, également invoqué contre le bégaiement

Notker le Bègue (en latin Notker Balbulus ), ou Notker de Saint-Gall, né vers 840, mort le 6 avril 912, est un moine de l'abbaye bénédictine de Saint-Gall, musicien, écrivain, poète, surtout connu pour ses travaux musicaux, et également considéré comme l'auteur des Gesta Karoli Magni, recueil d'anecdotes sur la vie de Charlemagne dont certaines bénéficient encore d'une assez grande notoriété.

Biographie[modifier | modifier le code]

Notker est issu d'une famille aisée de la région de Saint-Gall, probablement à Jonschwil, sur la Thur, au sud de Wil (Elgg est évoqué par d'autres sources). Il étudie à l'école monastique de Saint-Gall, où enseignent Iso et Moengall (ancien abbé de Bangor), dont il commente les textes. Il y devient l'ami de Tuotilo.

Devenu moine à Saint-Gall, il y acquiert une renommée comme professeur. Il est également cité comme bibliothécaire en 890 et comme maître d'hôtes de 892 à 894[1].

Ekkehard IV, biographe des moines de Saint-Gall, fait son éloge et le dit « délicat de corps mais pas d'esprit, hésitant par la langue mais pas par l'esprit, avançant avec courage dans les domaines du divin, instrument du Saint Esprit sans égal en son temps ».

Il rédige son œuvre littéraire essentiellement entre 880 et 888[2].

Il meurt en 912.

Il est béatifié en 1512.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notker est surtout connu pour ses travaux musicaux réunis en un Liber Ymnorum : séquences et tropes, parmi lesquels des poèmes mnémotechniques servant à retenir la succession des degrés chantés, en plain-chant, pendant un mélisme, notamment pour l'Alleluia. On ne sait pas exactement lesquels de ces "hymnes" compilés sont de sa plume. L'hymne Media Vita lui fut ainsi attribuée de façon erronée à la fin du Moyen Âge.

Ekkehard IV parle de cinquante séquences dont Notker serait l'auteur. Il doit à cela d'avoir été longtemps considéré comme l'inventeur de la séquence, nouveauté de la liturgie religieuse de son temps, mais cette théorie a été depuis remise en cause, bien qu'il ait introduit le genre en Germanie. La coutume consistant à prolonger l'Alleluia de la Messe avant l'Évangile, en modulant par une suite de tons, existait en effet déjà. Notker apprit comment faire correspondre les syllabes d'un texte en latin aux tons de cette variation, ce qui devint la séquence, ou "jubilation"[3]. De 881 à 887, Notker dédia un recueil de telles pièces à l'évêque Liutward de Verceil, sans qu'on sache lesquels étaient de lui.

Il complète également la Chronique de Erchanbert, et laisse un martyrologe, une Vita sancti Galli (vie de saint Gall en forme de prosimetrum, ainsi qu'une Notatio de viris illustribus (sorte d'introduction à la littérature théologique) et divers opuscules.

On lui attribue désormais la Vie de Charlemagne (Gesta Karoli Magni), dédiée à Charles le Gros, dont l'auteur se désigne comme "moine de Saint-Gall" (Monachus Sangallensis). Quelques autres indications que donne l'auteur sur lui-même rendent vraisemblable l'attribution de l'œuvre à Notker. Il s'agit en réalité d'un recueil d'anecdotes, conservé de manière incomplète, et qui reflète une vision idéalisée de Charles, hagiographique plus qu'historique. L'ouvrage comprend une introduction et deux livres : le premier rassemble 22 anecdotes sur la piété de Charlemagne, le second 10 anecdotes sur des opérations militaires. Un troisième livre annoncé sur la vie privée de l'empereur n'a pas été écrit ou n'a pas été conservé.

Éditions de ses écrits[modifier | modifier le code]

  • Gesta Karoli Magni, édition de Hans F. Haefele in Monumenta Germaniae Historica, Scriptores rerum germanicarum, Nova series, XII, Berlin, 1959 (consultable sur Digital MGH)
  • Opera Omnia, édition de Jacques Paul Migne dans Patrologie Latine, t. 131 (extraits)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • W. von den Steinen, Notker der Dichter und seine geistige Welt, Berne, 1948 (réédité en 1978)
  • Richard Hoppin, Medieval Music, New York, Norton, 1978, pages 155-156.
  • Lewis Thorpe, Two Lives of Charlemagne
En français
  • Arthur Kleinklausz, Charlemagne, Hachette, Paris, 1934 (réédition : Tallandier, Paris, 1977) : étude de Notker et de la Vie de Charlemagne dans l'introduction, consacrée aux sources de l'histoire de Charlemagne, pages 45-47 (il accepte l'identification de Notker au moine de Saint-Gall)
  • Monique Goullet, "Notker de Saint-Gall", dans Claude Gauvard, Alain de Libera, Michel Zink (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF, 2002.
  • Georges Minois, Charlemagne, Perrin, Paris, 2010 : étude de Notker et de la Vie de Charlemagne dans le chapitre II (sources de l'histoire de Charlemagne) ; il accepte l'identification de Notker au moine de Saint-Gall.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notker le bègue (v. 840-912) sur musicologie.org
  2. Monique Goullet, "Notker de Saint-Gall", Op. Cit
  3. L'origine de ce terme est incertaine.