Néflier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Néflier du Japon.

Le Néflier ou Néflier commun (Mespilus germanica L.) est une espèce de petits arbres fruitiers de la famille des Rosacées, parfois cultivée pour ses fruits à pépins consommés blets : les nèfles. Cet arbre très rustique ne doit pas être confondu avec le Néflier du Japon des pays chauds, à fruits jaunes et charnus.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Les fruits sont appelés des nèfles ou parfois des mesles.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom scientifique provient du latin mespilum, -a, mot emprunté au grec mespilon ; ce mot serait formé des mots grecs mesos et pilos, balle, en référence à la forme hémisphérique du fruit.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un arbuste ou un petit arbre à port assez étalé, de 5 à 6 m de haut, à tronc et rameaux tortueux et présentant une écorce écailleuse.

Les feuilles simples, alternes, sont de forme elliptique, un peu aiguës au sommet, et irrégulièrement dentelées. De couleur vert pâle, elles sont glabres à leur face supérieure et un peu tomenteuses en dessous.

Les fleurs blanches ont 3 cm de diamètre environ. Elles apparaissent tardivement, vers la fin mai.

Les fruits, de 2 à 3 cm de diamètre (4 à 6 cm chez les variétés à gros fruits), ont une forme de petite poire, ou de toupie aplatie, et portent les sépales persistants à leur sommet. Sur le plan botanique, ce fruit est une fausse drupe (en fait, un piridion), analogue aux pommes, poires, coings. En effet la partie charnue résulte essentiellement du développement du réceptacle floral qui enveloppe complètement à maturité les cinq carpelles et repoussant à son sommet les sépales persistants.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Distribution[modifier | modifier le code]

L'espèce est spontanée en Asie occidentale et centrale (Turquie, Caucase, Iran, Irak, Turkménistan) ainsi qu'en Europe du Sud-Est (Macedoine, Crimée, Serbie, Bulgarie, Grèce, Italie)[8]. Elle est aussi cultivée et naturalisée dans la plupart des pays tempérés[8].

Le néflier est assez commun en Belgique et en France, ainsi que dans la région méditerranéenne [réf. nécessaire].

Le Néflier et l'homme[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Histoire[modifier | modifier le code]

Malgré son nom latin, le néflier n'est pas originaire d'Allemagne mais d'Asie Mineure où il est cultivé depuis l'an 1000 av. J.-C. Il fut ramené en Europe par les Romains et figura ensuite parmi les espèces recommandées par Charlemagne dans le capitulaire De Villis.

Culture[modifier | modifier le code]

Espèce peu exigeante quant au sol, elle craint cependant l'excès d'humidité. Très rustique, elle supporte les fortes gelées, en dessous de -20 °C, cependant les fruits peuvent en pâtir, et nécessite de la chaleur pour la maturation de ses fruits.

Le néflier se cultive généralement en demi-tige. Les porte-greffes utilisables, selon les conditions de sol, sont le poirier franc, le cognassier, le sorbier ou l'aubépine. Il semblerait que la greffe se développe mieux sur aubépine (Crataegus oxyantha) que sur les semis de néflier.[réf. nécessaire]

La récolte des fruits intervient assez tard, généralement en octobre (au début de l'été dans le Sud de la France), après les premières gelées. Les fruits doivent être conservés plusieurs semaines dans un local aéré, jusqu'à l'amollissement ou blettissement de la pulpe qui les rend consommables. Il supporte mal la taille annuelle car n'ayant qu'une fleur à chaque extrémité des jeunes rameaux, couper fait perdre la récolte sur cette brindille ; un élagage tous les dix ans est considéré suffisant.[réf. nécessaire]

Le néflier est sensible au feu bactérien.[réf. nécessaire]

Propagation[modifier | modifier le code]

La germination naturelle des graines contenues dans les osselets est lente et capricieuse en raison de leur enveloppe assez dure et imperméable. Elle nécessite au moins deux hivers de stratification pour se ramollir. De plus, les cultivars ne sont pas fidèlement reproduits.

Les propagateurs professionnels trempent les graines quelques instants dans l'acide sulfurique pour accélérer leur germination. Les amateurs peuvent plus simplement scarifier légèrement le tégument brun puis laisser tremper huit à dix jours les graines dans un bol d'eau. On peut ensuite semer et les graines lèvent généralement dans le mois qui suit.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le néflier est cultivé comme arbre fruitier (voir nèfle).

Le bois de néflier a un grain très fin et peut se polir. Il est dense et se fend peu, qualités qui l'ont fait rechercher pour les manches d'outils et de fléaux. Au Pays basque il se fabrique un bâton de marche ornementé appelé makhila, dont le bois de néflier nécessite avant d'être travaillé par l'artisan, une durée de séchage entre dix et vingt années selon la solidité recherchée.

Il est parfois cultivé comme arbre d'ornement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tropicos, consulté le 17 octobre 2014
  2. Référence The Plant List : Crataegus germanica (L.) Kuntze (Nom accepté: Mespilus germanica L.) Non valide (en) (consulté le 17 octobre 2014)
  3. a, b et c INPN, consulté le 17 octobre 2014
  4. a, b, c, d et e Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  5. Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  6. a et b Voir définition donnée par le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française.
  7. Le néflier d'Allemagne sur le site de l'association Fruits Oubliés Lozère, consulté le 17 octobre 2014.
  8. a et b GRIN, consulté le 17 octobre 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Crataegus germanica :

Autres liens externes[modifier | modifier le code]