Montabot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Montrabot.
Montabot
L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Canton Percy
Intercommunalité Intercom du bassin de Villedieu
Maire
Mandat
Charlie Cochard
2014-2020
Code postal 50410
Code commune 50334
Démographie
Gentilé Montabolais
Population
municipale
286 hab. (2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 05″ N 1° 07′ 31″ O / 48.934722, -1.125278 ()48° 56′ 05″ Nord 1° 07′ 31″ Ouest / 48.934722, -1.125278 ()  
Altitude Min. 85 m – Max. 272 m
Superficie 11,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Montabot

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Montabot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montabot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montabot

Montabot est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 286 habitants[Note 1] (les Montabolais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le centre-Manche, en Pays saint-lois. Son bourg est à 5,5 km à l'est de Percy, à 6,5 km au sud-ouest de Tessy-sur-Vire et à 14 km au nord-est de Villedieu-les-Poêles[1].

Deux routes départementales se rejoignent dans le bourg : la D 98 et la D 208 qui partagent une section le long de l'église. La D 98 permet à l'ouest de retrouver Percy et rejoint à l'ouest la D 28 menant à Tessy-sur-Vire. Vers le sud, la D 208 rejoint cette même D 28 pour atteindre Le Chefresne et va au nord vers Beaucoudray. Le territoire est en outre parcouru par les D 258, D 452 et D 455 permettant de relier ces différentes communes ou autres lieux-dits. L'A84 peut être atteinte par Pont-Farcy (sortie 39) à 7 km à l'est ou par La Colombe (près de Villedieu-les-Poêles, sortie 38) à 10 km au sud-ouest.

Le territoire communal est partagé en deux par une ligne de crêtes qui va du mont Robin (276 m) à l'ouest au lieu-dit les Hauts Vents à l'est. Il s'agit d'une ligne de partage des eaux entre les bassins de la Vire au nord par l'intermédiaire du ruisseau de Beaucoudray (limite avec la commune de Beaucoudray), et de la Sienne au sud par la Gièze qui prend sa source au sud du territoire[2], sous le nom de ruisseau Castel, en limite avec Le Chefresne[3].

Les deux points culminants (272/273 m) se situent à deux endroits opposés de la ligne de crêtes. Le premier à l'ouest, sur un sous-sommet du mont Robin près du lieu-dit la Butte, l'autre à l'est, sur une colline au nord de la Gigonnière. Le point le plus bas (85 m) correspond à la sortie du ruisseau de Beaucoudray du territoire, au nord-est. Le territoire présente donc un dénivelé de 188 m entre ces deux derniers endroits distants d'à peine plus d'un kilomètre[4]. La commune est bocagère.

Les lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire, la Richerie, le Hamel au page, le Hamel Tellier, la Mancellière, la Durandière, la Martinière (au nord), le Hamel Faby, la Léverie, l'Hôtel Riché, l'Ozannerie, le Sapin, les Hauts Vents, la Touraille, la Cannière, le Verbisson, la Gigonnière, la Jugannière, l'Herbinière, la Giffardière, la Hullerie, la Vauterie (à l'est), le Bourg, le Hamel Bossard, la Motte, le Rambu, le Bosq, le Vieux Presbytère, la Bergerie, le Hamel Talbot (au sud), la Foulnière, les Mares, la Pâture, les Aubrais, la Bossardière, le Hamel Godard, le Val Hubert, la Butte, la Pointerie (à l'ouest), la Rondellière, le hamel Delaunay, le Hamel Perron, les Coursières, les Monts et le Marais[5].

Communes limitrophes de Montabot[6]
Percy Beaucoudray Tessy-sur-Vire
Percy Montabot[6] Gouvets
Percy,
Le Chefresne
Le Chefresne Gouvets,
Margueray

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'après René Lepelley, le toponyme Montabot serait une transposition de Mont-Thabor, nom d'un site biblique[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
v. 1860  ? Bernadin-Casimir Bossard[8]    
 ?  ? Albert Gogo SE Agriculteur
1959 1989 Georges Hervy SE Charpentier-menuisier
1989 mars 2001 Jean-Louis Dandine    
mars 2001 en cours Charlie Cochard[9] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 286 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Montabot[10]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Montabot a compté jusqu'à 818 habitants en 1836.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
706 726 795 765 794 818 778 817 790
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
760 715 683 669 658 628 633 603 525
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
541 564 572 525 537 560 546 514 541
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
450 395 352 329 290 272 284 286 286
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame du XVIe siècle.
  • Pentes du mont Robin. Son sommet est sur la commune voisine de Percy.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Hyacinte Le Page, illuminé né à Coutances vers 1842, fils d'un horloger. Entré au séminaire, il avait dû renoncer à une carrière ecclésiastique pour troubles mentaux. Il s'était ensuite retiré comme ermite au Montabot, en exerçant accessoirement la profession d'horloger apprise sans doute de son père. Il se prétendait pape et était appelé dans le pays le « pape de Montabot ».

« Il y avait bâti de ses propres mains une très modeste demeure puis un oratoire et, enfin, une chapelle de dimensions plus vastes, qui devait comprendre sept pans, en mémoire des sept plaies de Notre Seigneur et des sept douleurs de la Sainte Vierge et qui à sa mort était inachevée. Le Pape possédait un petit harmonium sur lequel il avait fixé un ophicléide, dans lequel il soufflait cependant que sur le clavier il composait des cantiques ou des chants à la gloire du Christ, de sa sainte Mère et de Saint Joseph.

Il y avait encore une imprimerie de fortune, à l'aide de laquelle il imprimait ses prières et ses mandements. »

— Souvenirs de Maurice Lesage, procureur général près la Cour des comptes (1887-1963).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, afin de permettre les comparaisons entre communes selon une périodicité de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999, de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, outre les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement, que les années 2006, 2011, 2016, etc. et la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Gieze (I7030600) » (consulté le 7 mai 2012)
  3. Montabot sur Géoportail.
  4. Le nord du territoire de Montabot sur Géoportail.
  5. Le territoire de Montabot sur Géoportail.
  6. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  7. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), lien notice BnF?), p. 178
  8. Annuaire du département de la Manche, 33e année, 1861, p 242
  9. a et b « Montabot (50410) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 10 mai 2014)
  10. Date du prochain recensement à Montabot, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011