Marie de Bourbon-Montpensier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie de Bourbon et La Princesse de Montpensier.
Marie de Bourbon-Montpensier
Dessin posthume de la duchesse de Montpensier.
Dessin posthume de la duchesse de Montpensier.
Titre
Duchesse de Montpensier, princesse de Dombes
27 février 16084 juin 1627
(19 ans, 3 mois et 8 jours)
Prédécesseur Henri de Montpensier
Successeur Anne-Marie-Louise d'Orléans
Duchesse consort d’Orléans
6 août 16264 juin 1627
(9 mois et 29 jours)
Prédécesseur Catherine de Médicis
Successeur Marguerite de Lorraine
Biographie
Dynastie Maison de Montpensier
Date de naissance 15 octobre 1605
Lieu de naissance Château de Gaillon (France)
Date de décès 4 juin 1627 (à 21 ans)
Lieu de décès Palais du Louvre, Paris (France)
Père Henri de Montpensier
Mère Henriette-Catherine de Joyeuse
Conjoint Gaston d’Orléans
Enfant(s) Anne-Marie-Louise d'Orléans

Marie de Bourbon-Montpensier
Consorts d’Orléans

Marie de Bourbon-Montpensier[1], duchesse de Montpensier, née le 15 octobre 1605 et décédée le 4 juin 1627, était une princesse du sang, fille des époux richissimes Henri de Bourbon-Montpensier et Henriette-Catherine de Joyeuse.

Membre de la seconde maison de Montpensier, Marie est une éphémère duchesse d’Orléans par son mariage avec Gaston de France en 1626. C’est aussi la mère de la « Grande Mademoiselle ».

Famille[modifier | modifier le code]

Anne-Marie-Louise, fille de Marie de Montpensier.

La princesse Marie de Montpensier est la fille unique d’Henri de Montpensier (1573-1608), duc de Montpensier et dauphin d’Auvergne et d’Henriette-Catherine de Joyeuse (1585-1656), duchesse de Joyeuse et princesse de Joinville.

Par son père, qui appartient à la seconde maison de Montpensier (branche cadette de la maison de Bourbon-Vendôme), Marie a pour ancêtre Jean VIII de Bourbon-Vendôme. Jean est l’ancêtre qu’elle partage avec son beau-père le roi Henri IV, ce qui la rend princesse du sang — comme tous les autres membres aînés de la maison de Bourbon depuis l’accession au trône de France de la famille, en 1589.

Du côté maternel, Marie appartient à la maison de Joyeuse, famille ducale depuis 1581, date à laquelle Anne de Joyeuse, mignon d’Henri III passe de vicomte à duc de Joyeuse. Par sa proximité avec le trône de France et dans un contexte de guerres de religion, la famille est l’une des familles les plus influentes et puissantes de France.

Le 6 août 1626, à Nantes, Marie épouse son cousin éloigné Gaston d’Orléans (1608-1660), fils du défunt Henri IV et frère unique de Louis XIII. De ce mariage naît une enfant :

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Marie de Montpensier naît au château de Gaillon (aujourd’hui situé dans le département de l’Eure), dans la province de Normandie, le 15 octobre 1605.

Connue avant son mariage en tant que « Mademoiselle de Montpensier », Marie était l’enfant unique du duc et de la duchesse de Montpensier. À l’âge de deux ans, la princesse est fiancée au second fils d’Henri IV, le duc d’Orléans, celui que certains historiens appellent Nicolas-Henri de France, mais l’alliance n’est pas conclue puisque ce dernier meurt en 1611 à l’âge de quatre ans. Finalement, elle est fiancée à un autre duc d’Orléans, le frère du précédent, Gaston de France (1608-1660), héritier présomptif du trône de France.

À la mort de son père Henri, en 1608, Marie devient suo jure duchesse de Montpensier, un des duchés les plus anciens de France ; ancien comté qui avait été élevé en duché-pairie en 1539. Marie descendant d’ailleurs en voie directe et masculine de Saint Louis, mais aussi des Valois, comme le roi Jean II de France.

Conspiration de Chalais[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Troisième maison d’Orléans.
Les portraits de Monseigneur le duc d’Orléans, frère unique du Roi, et de Madame la duchesse de Montpensier, mariés le 6 d’août 1626 (estampe).

Héritière d’une fortune et d’une maison séculaires, un dessein royal naît en 1626, sous l’impulsion du cardinal de Richelieu et du roi Louis XIII, qui consistait à marier Gaston de France à la duchesse de Montpensier, alors que Gaston avait à l’égard de Marie une profonde aversion.

Dès lors, une conspiration, celle « de Chalais » émerge suite à ce projet. Il s’agissait en réalité d’une opposition entre les princes féodaux, partisans de Gaston d’Orléans, d’un côté et, d’un autre, de Louis XIII et de son principal ministre Richelieu, qui lançaient les premières réformes centralisatrices en France. Un gentilhomme apprécié du roi, un certain Henri de Talleyrand (1599-1626), comte de Chalais, était la pierre angulaire du complot dirigé par une princesse pro-féodale. Le but était d’aboutir à l’assassinat de Richelieu et d’obtenir une possible abdication de Louis XIII en faveur de son frère cadet Gaston. Le « secret » n’étant pas resté secret, les autorités en sont rapidement averties. Pour se sauver, Gaston entre rapidement dans la confession et dévoile ses complices et notamment le comte de Chalais. N’ayant aucun prestige familial du fait de sa naissance, le comte de Chalais est le seul à être exécuté à Nantes, le 19 août 1626, d’où le nom de la conspiration.

Mariage et décès[modifier | modifier le code]

Finalement, au prix d’une vie, suite à la conspiration, Gaston de France finit par se marier à la duchesse le 19 août 1626, à Nantes, le jour de la mort du comte de Chalais. En présence de la reine Anne d’Autriche, du roi et de la reine-mère Marie de Médicis, le mariage est considéré comme « le plus triste mariage jamais vu…[2] » par des membres de la famille du marié. De cette union, Anne-Marie-Louise est la seule enfant du couple puisque Marie décède six jours après la naissance de cette dernière des suites des couches, à l’âge de vingt-et-un ans, le 4 juin 1627 au palais du Louvre. Marie de Montpensier est enterrée à la nécropole royale de Saint-Denis, au nord de Paris.

La fille unique du couple ayant hérité de la fortune de sa mère immédiatement après sa mort, elle devient par la suite une des personnes les plus riches du royaume et est considérée, à la mort de son père, comme la plus riche femme d'Europe. À la mort de cette dernière, en 1693, l’ensemble de la fortune est transmise après avoir été réintroduite au domaine royal à Philippe Ier (1640-1701), duc d’Orléans, frère cadet de Louis XIV.

Ancêtres[modifier | modifier le code]

Titres et honneurs[modifier | modifier le code]

  • 13 octobre 1605 — 27 février 1608 : Son Altesse la princesse Marie de Montpensier
  • 27 février 1608 — 6 août 1626 : Son Altesse la duchesse Marie de Montpensier
  • 6 août 1626 — 4 juin 1627 : Son Altesse royale la duchesse Marie d’Orléans, duchesse de Montpensier[3]

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Membre de la maison de Bourbon, elle est aussi dénommée « Marie de Bourbon », ou, encore « Marie de Montpensier » par son appartenance à la seconde maison de Montpensier. Dans sa jeunesse, la princesse est appelée « Mademoiselle de Montpensier ».
  2. (en) Nancy Mitford, Daughter of France: The life of Anne Marie Louise d’Orléans, duchesse de Montpensier 1627-1693
  3. (en) La famille royale de France : titres et coutumes, section portant sur les princes du sang.