Louis III de Montpensier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis III.

Louis III de Bourbon, duc de Montpensier

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Montpensier.

Titre

Duc de Montpensier, prince de Dombes, dauphin d'Auvergne, vicomte de Brosse et sire de Beaujeu

1539 — 1582

Prédécesseur Louise
Successeur Henri
Biographie
Titulature Prince du Sang
Dynastie Maison de Montpensier
Naissance 10 juin 1513
Moulins (France)
Décès 23 septembre 1582 (à 69 ans)
Champigny (France)
Père Louis II de Bourbon
Mère Louise de Bourbon
Conjoint Jacqueline de Longwy
Catherine de Guise, duchesse de Montpensier
Description de l'image  Armoiries Montpensier Moderne.svg.


Louis III de Bourbon-Vendôme, duc de Montpensier (10 juin 1513 Moulins - 23 septembre 1582 Champigny) était un prince de sang français.

Il compta parmi les chefs de l'armée royale pendant les guerres de religion et se fit remarquer par son intransigeance religieuse. Il mourut à l'âge de 69 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était fils de Louis de Bourbon, prince de la Roche-sur-Yon, et de Louise de Bourbon, duchesse de Montpensier. Par sa mère, il était neveu du connétable de Bourbon, dont les biens avaient été confisqués par François Ier après sa trahison.

Sous les ordres du duc Anne de Montmorency, il défendit en 1536 la Provence, puis l'Artois contre Charles Quint.

Il épousa en 1538 Jacqueline de Longwy, comtesse de Bar-sur-Seine, fille de Jean IV de Longwy, baron de Pagny, et de Jeanne d'Orléans, sœur illégitime de François Ier. À l'occasion de son mariage, le roi de France rendit à sa mère les terres de son grand-père Gilbert de Bourbon-Montpensier, le comté de Montpensier (érigé en duché pour l'occasion), les comtés de Forez, de Beaujeu et des Dombes. En 1543, il recevra le dauphiné d'Auvergne.

Il prit part ensuite à de nombreuses guerres contre Charles Quint. Il combattait encore à Saint-Quentin en 1557 où son cheval fut tué sous lui et où il fut fait prisonnier.

Il devait profiter de l'influence de son épouse Jacqueline de Longwy sur la reine Catherine de Médicis. Durant l'été 1560, Louis est fait gouverneur de Touraine, d'Anjou et du Maine[1],[2]. En août 1560, il est chargé d'y réprimer les désordres suscités par les révoltes protestantes[3].

Jacqueline de Longwy éprouvait des sympathies pour le protestantisme que son époux réprouvait. En 1561, devenu veuf et ayant hérité de sa mère, décédée la même année, du duché de Montpensier, il se fit un des plus violents adversaires des Huguenots. Il alla jusqu'à persécuter ses enfants. Il s'y montra tellement cruel qu'il se fit haïr de ses propres capitaines. En 1563, il reconquiert Angoulême et Cognac.

En 1569, il participa à la bataille de Jarnac, fut nommé gouverneur de Bretagne et épousa, en 1570, Catherine de Lorraine (1552-1596), sœur d'Henri de Guise et de Charles de Mayenne. Il contribua à l'escalade du massacre de la Saint-Barthélemy. Il combattit encore les protestants en 1575 dans le Poitou, y commettant de nouvelles exactions.

Descendance[modifier | modifier le code]

De son premier mariage, il aura :

Titres[modifier | modifier le code]

Il fut duc de Montpensier, le 15e prince souverain de Dombes et vicomte de Brosse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Duquesne, Dictionnaire des gouverneurs de province, Éd. Christian, Paris, 2003, p. 19.
  2. Dans une lettre du 8 juin 1562 : « Louis de Bourbon Duc de Montpensier pair de France gouverneur et lieutenant général pour le roy en ses pays d'Anjou Touraine et le Maine (s'adresse) aux maire, échevins conseillers manans et habitans de la ville et cité d'Angers (pour leur annoncer qu'il établit le capitaine et gouverneur Jehan Depuy Gaillard) à la surete et deffence de la dite ville (et ainsi) les empescher d'estre pour ladvenir reduictz a la servitude et tyrannie des heretiques et rebelles audit sieur roy (...) », archives municipales d'Angers, cote BB 29.
  3. Lucien Romier, La conjuration d'Amboise, Paris, 1923, p. 233.

Liens externes[modifier | modifier le code]