Manfred Ier de Sicile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manfred.
Manfred 1er
Le couronnement de Manfred, dans la Nuova Cronica de Giovanni Villani
Le couronnement de Manfred, dans la Nuova Cronica de Giovanni Villani
Fonctions
Roi de Sicile
1258 – 1266
Gouvernement Monarchie
Prédécesseur Conradin
Successeur Charles Ier de Sicile
Biographie
Nom de naissance de Hohenstaufen (fils illégitime)
Date de naissance 1232
Lieu de naissance Venosa, Royaume de Sicile
Date de décès 26 Février 1266
Lieu de décès Bataille de Bénévent
Nationalité Sicilienne
Père Frédéric II du Saint-Empire
Mère Bianca Lancia
Conjoint Béatrice (fille d'Amédée IV de Savoie), Hélène (fille de Michel II d'Épire)
Enfant(s) 4
Entourage Michel II Doukas, Conrad IV
Religion Christianisme
Résidence Palerme

Manfred Ier de Sicile (né vers 1232 à Venosa, dans l'actuelle région de Basilicate - mort en 1266 à Bénévent), roi de Sicile en 1258, souvent désigné sous le nom de Manfred de Hohenstaufen, était le fils illégitime de l'empereur Frédéric II et de Bianca Lancia, ou Lanzia, qui semble avoir été mariée à l'empereur juste avant sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frédéric semble avoir considéré Manfred comme légitime, et de par sa volonté le nomma prince de Tarente et représentant en Italie de son demi-frère, le roi des Romains Conrad IV. Bien que seulement âgé de dix-huit ans, Manfred agit fidèlement et avec zèle dans l'exécution de cette tâche, et quand Conrad vint en Italie méridionale en 1252, son autorité fut rapidement et généralement reconnue.

Lorsque Conrad mourut en mai 1254, Manfred, après avoir refusé de rendre la Sicile au pape Innocent IV, accepta la régence au nom de Conradin, le jeune fils de Conrad. Mais la force des partisans du pape dans le royaume de Sicile rendit la position du régent si périlleuse qu'il décida d'ouvrir des négociations avec Innocent. Par un traité signé en septembre 1254, la Pouille passa sous l'autorité du pape, que Manfred conduisit personnellement dans sa nouvelle possession.

En 1258, profitant d'une rumeur annonçant la mort de Conradin, Manfred se fit couronner roi de Sicile à Palerme, le 10 août de cette année. La rumeur était infondée, mais le nouveau roi, soutenu par la voix populaire, n'abdiqua pas, et précisa aux envoyés de Conradin la nécessité d'un chef local. Mais le pape, pour qui l'alliance avec les sarrasins était une offense grave, déclara l'annulation du couronnement de Manfred et l'excommunia.

Il soutint son beau-père Michel II Doukas d'Épire, lors de son conflit avec l'Empire de Nicée, par l'envoi d'un contingent, mais celui-ci fut vaincu par l'armée de Michel VIII Paléologue à la bataille de Pélagonia en 1259.

Manfred mourut le 26 février 1266 à la bataille de Bénévent, vaincu par son rival Charles Ier d'Anjou.


Ses contemporains apprécièrent le caractère noble et magnanime de Manfred, renommé pour sa beauté physique et ses qualités intellectuelles. Manfred était le frère du poète Enzio.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Manfred convola deux fois. Sa première épouse fut Béatrice, fille Amédée IV de Savoie avec qui il eut une fille, Constance, devenue épouse de Pierre III d'Aragon.Ses petits-enfants aragonais régnèrent à nouveau sur la Sicile après les Vêpres siciliennes.

Sa seconde épouse fut Hélène, fille de Michel II d'Épire. Elle mourut en prison en 1271. Elle lui avait donné une fille Béatrice qui fut la première épouse de Manfred IV de Saluces et des enfants mâles qui moururent en prison à Naples.

Légende noire[modifier | modifier le code]

Manfred, ennemi de la papauté, fut accusé de nombreux méfaits. Il fut accusé d'avoir assassiné son père Frédéric II par étouffement, d'avoir empoisonné son frère Conrad IV, et, plus justifié, d'avoir usurpé le trône sicilien de son neveu Conrad V dit Conradin.

Littérature[modifier | modifier le code]

Manfred et son destin tragique ont trouvé un écho dans diverses œuvres littéraires ou picturales. Dante Alighieri le met en scène dans le Chant III du Purgatoire de la Divine Comédie.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Précédé par Manfred Ier de Sicile Suivi par
Conradin
Armoiries Manfred de Sicile.svg
Rois de Sicile
Charles Ier d'Anjou