Máté Zalka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Máté Zalka (23 avril 1896, Tunyogmatolcs, Hongrie - 11 juin 1937, Huesca, Espagne) est le pseudonyme d'un hongrois qui fut écrivain et combattant révolutionnaire internationaliste. Son véritable nom était Béla Frankl.

Il a été tué sur le front de l'Aragon pendant la guerre civile espagnole, alors que, sous le nom de general Lukács, il commandait la XIIe brigade internationale.

Máté Zalka, sur un timbre postal hongrois de 1961

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils d'un aubergiste juif[1],[2] de l’extrême Est de la Hongrie, le jeune Bela étudie à l’école Polgári Iskola de la ville proche, Mátészalka.

À 18 ans il ment sur son âge et s'engage dans la cavalerie de l'Empire austro-hongrois.

La ligne de front austro-italienne de l'Isonzo (au nord du port italien de Monfalcone, au-dessus de Trieste) a été l'enjeu de 12 batailles en 1915-17

Pendant la Première Guerre mondiale, il est sous-officier des hussards et combat sur le front de l'Isonzo [3].

Envoyé sur le front oriental en 1917, Zalka est blessé à Lutsk (Ukraine), capturé, et interné dans un camp de prisonniers de guerre [4], où il est converti au communisme.

En 1918, pendant la Guerre civile russe, dans la région de Khabarovsk, Zalka est à la tête d'une unité de Gardes rouges formée presque exclusivement d'ex-prisonniers hongrois; il lutte contre l'Armée Blanche et se signale par ses méthodes expéditives [5].

En 1920, Zalka combat contre les Polonais pendant le guerre Russo-Polonaise (bataille de Kiev), participe à la libération de Krasnoïarsk, et devient membre du parti communiste russe (tendance bolchevique).

De 1921 à 1923, il commande un régiment de cavalerie appartenant à la Tchéka puis au GPU. En Ukraine et en Crimée, Zalka combat les adversaires des bolcheviks, en particulier les anarchistes partisans de Nestor Makhno [6].

Théâtre et littérature[modifier | modifier le code]

De 1925 à 1936, Zalka travaille au Courrier diplomatique, progresse dans la hiérarchie du PC, est membre du bureau de l'Association internationale des écrivains révolutionnaires [7], écrit des romans basés sur ses souvenirs de guerre (voir le chapitre "Œuvres littéraires").

Il est aussi pendant quelques années directeur du Théâtre de la Révolution à Moscou (aujourd'hui appelé Théâtre Maïakovsky)[8].

Guerre d'Espagne[modifier | modifier le code]

Hiver 36-37, Espagne : Máté Zalka avec des officiers de l'état-major républicain, sans doute pendant le siège de Madrid (Zalka commandait alors la XII° B.I.) . Photo extraite du "Journal de voyage en Espagne" de Mikhaïl Koltsov . Noter l'aspect renfrogné de l'officier à droite (les consignes de Staline étaient : "ne pas divulguer la présence des soviétiques en Espagne") - et l'aspect bizarre de l'officier au 2° plan, à gauche : s'agit-il d'un exemple de plus de l'habileté des retoucheurs de photos soviétiques ?

En novembre 1936, Zalka, sous le pseudonyme de "general Lukács" commande la XIIème Brigade internationale et défend la capitale pendant la bataille de Madrid (8 au 23 novembre 1936). El general Lukács, qui a comme adjoint l'ex- russe blanc Alexey Eisner, acquiert alors une grande popularité parmi ses hommes et la population espagnole.

Par la suite, la XII° BI sous le général Lukács s’illustre encore lors de la bataille de Jarama (6 au 27 février 1937) et de la bataille de Guadalajara (8 au 23 mars 1937), qui arrête la progression de Franco sur Madrid.

Au début de 1937, Lukács est envoyé sur le front aragonais, et placé à la tête d’un assemblage d’unités diverses (assemblage qui deviendra un corps d’élite, la "45ª División del Ejército Popular de la República"). Alors que les nationalistes débutent la campagne de Biscaye, Lukács doit lancer une attaque de diversion sur la ville de Huesca, qui est aux mains de l’ennemi depuis le début de la guerre civile.

Le 11 juin, au lieu-dit Monte Fragón [9], un obus atteint de plein fouet la voiture de Lukács alors que, de retour d’une inspection du front, elle passe le col d’Estrecho-Quinto. Il est tué, ainsi que son chauffeur ; le commissaire politique de la XII° BI, Gustav Regler, qui accompagnait Lukácz, est grièvement blessé[10].

La ville de Huesca, occupée par les franquistes, se trouve à l'est de Logroño. L'offensive républicaine sur Huesca ne détourna pas les nationalistes de leur but : écraser les poches de résistance de la Biscaye.

Rappelé en urgence de Valence pour remplacer Lukacs à la tête de la XII° BI, le général Kleber ne pourra pas emporter Huesca. Les nationalistes sont certes peu nombreux mais ils sont bien armés et bien retranchés, alors que les attaquants républicains sont démoralisés, les unités anarchistes sont méfiantes et traumatisées par les récentes journées de mai à Barcelone (3 au 8 mai 1937). De plus l’incoordination dans le commandement (le général républicain Sebastián Pozas est théoriquement en charge) est totale.

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Zalka a écrit plusieurs livres inspirés de son expérience de guerre (Première Guerre mondiale, Guerre civile russe), en mettant l’accent sur la fraternité entre les peuples, l’absurdité et l'injustice de la guerre impérialiste mondiale.

Rattrapage, son 1er livre (écrit en russe) paraît en 1924 ; puis sortent Raid de cavalerie, en 1929 - Les Pommes, en 1934 – et en 1937 Doberdò [11], roman de guerre paru après le départ de Zalka pour l’Espagne.

En 1941, certains de ses écrits sont incorporés à un ouvrage de circonstance intitulé : Следуй за мной! ("Suivez-moi !").

Selon Arnold D. Harvey, "dans le cadre de la littérature hongroise d'entre les 2 guerres mondiales, les livres inspirés par la guerre écrits par Máté Zalka, Géza Gyóni (en), Aladár Kuncz, et Lajos Zilahy sont à rapprocher de ceux de Rodion Markovits (en)" [12], un des plus grands écrivains hongrois parmi les intellectuels austro-hongrois devenus révolutionnaires entre 1914 et 1925, au milieu de l'écroulement d'un monde.

Mémoire[modifier | modifier le code]

Tombe de Máté Zalka à Budapest

Zalka est mentionné plusieurs fois par Ernest Hemingway (ils avaient établi des liens d'amitié) dans Pour qui sonne le glas, et dans sa nouvelle Under the ridge ("Sous la crête") écrite en 1939).

Máté Zalka avait reçu l'ordre du Drapeau rouge, et, à titre posthume, l' Orden de la Liberación de España[13].

La dépouille de Zalka est longtemps restée en Espagne, puis a été transférée par son neveu (qui avait combattu lui aussi pendant la Guerre Civile Espagnole) dans le carré des braves du cimetière de Budapest.

Ilya Ehrenbourg a écrit : "Lukacz m'a souvent dit : La guerre est un terrible gâchis [14].

L'école Polgári Iskola de Mátészalka, qui avait été nommée "École Máté Zalka", a perdu ce nom après la chute du communisme.

Selon WP magyar, un petit collège nommé Zalka Máté Fiúkollégium a existé à la périphérie de Budapest, dans le IX° District, rue Gönczy Pál. Il a fermé en 2001.

Une école technique militaire de Budapest a été nommée d'après lui.

Photos[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Russian Jewish Encyclopedia Surnames starting with the letter Z
  2. Perez, Wendell Aycock «The Spanish Civil War in Literature», p. 82. Voir aussi le § "Liens externes"
  3. Zalka rapportera ses expériences du front italien dans son roman Doberdò. Noter la convergence de sa trajectoire avec celle du jeune Ernest Hemingway, dont il sera l'ami en Espagne 20 ans plus tard, en 1936-37 : tous 2 ont combattu sur le front austro-italien, été blessés en 1918, et ont débuté une carrière d'écrivain après la Grande Guerre. Sur Doberdò del Lago, voir la note no 11
  4. comme les prisonniers de guerre Bela Kun, Jaroslav Hasek
  5. méthodes expéditives qui, selon WP en, "ne sont pas inférieures à celle de l' Ataman Semionov"
  6. combat qui, selon WP en, "s'accompagne de sévères répressions contre les populations locales (selon Zaleski K.A.: "Stalin's Empire. Biographical encyclopaedic dictionary" Moscow. 2000")"
  7. dont l' Association des écrivains et artistes révolutionnaires est une branche française
  8. Les articles de WP es, de, et en sont d'accord avec cette notion, mais l'article de WP ru "Московский академический театр им. Вл. Маяковского" ne mentionne pas Zalka comme directeur du théâtre...L'article de WP en(rédigé semble-t-il par la nièce de Zalka) signale que pendant son séjour en camp de prisonniers, Zalka a dirigé le théâtre du camp…
  9. voir Cronología de las Brigadas Internacionales sur http://www.sbhac.net/Republica/Fuerzas/EPR/EprM/CronologiaBBII.htm
  10. Gustav Regler voir "Bibliographie". Il est connu que Regler et André Marty se haïssaient ; selon certaines sources, le NKVD aurait fait sauter la voiture où se trouvaient un militaire trop populaire et trop efficace, ayant servi sous Trotsky dans les années 1920 (Lukács) et un déviationniste (Regler)… Selon WP català, c'est un avion nationaliste qui a mitraillé la voiture de Lukacs… Par ailleurs, selon certaines sources, le fait que Zalka ait commandé en Espagne sous un autre pseudonyme signifie qu'il était envoyé "en enfant perdu" sur ce front…
  11. témoin de la violence des combats à Doberdò del Lago : le cycle de crues et décrues du lac de Doberdò a disparu, sans doute parce que le fond de la cuvette karstique qui constitue le lac (polje) a été déstabilisé par les explosions lors de la Première Guerre mondiale (et aussi lors des bombardements du port voisin de Monfalcone, au printemps 1944)
  12. Arnold D. Harvey, A Muse of Fire: Literature, Art and War, Continuum International Publishing Group|The Hambledon Press, London, 1998, p. 250. ISBN 1-85285-168-6. Parmi les 5 écrivains mentionnés, Markovitz et Zalka étaient Juifs.
  13. Enciclopedia Jronos -Biografía de Máté Zalka
  14. Ilya Ehrenbourg, Les gens, les années de la vie, p. 483

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • THOMAS, Hugh, Historia de la Guerra Civil Española. Círculo de Lectores, Barcelona, 1976. ISBN 84-226-0874-X.
  • Ramón Salas Larrazábal, Historia del Ejército Popular de la República. La Esfera de los Libros S.L. ISBN 84-9734-465-0
  • Beevor, Antony, La Guerra Civil Española, 2005, editorial Barcelona Crítica ISBN 848432981X
  • Rossianov O. : Máté Zalka, Moskva Khudozhestvennaya literatura, 1964.
  • Gustav Regler: Das Ohr des Malchus. Eine Lebensgeschichte. Kiepenheuer & Witsch, Köln 1985, ISBN 3-462-01702-0 (Nachdr. d. Ausg. Köln 1958), Seite 371, 396, 400, 413
  • Ilya Ehrenbourg: "Menschen, Jahre, Leben. Memoiren", Bd. 2, (p. 479 à p. 485)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]