Mikhaïl Koltsov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Nikolaï Koltsov ni Alexeï Koltsov.

Mikhaïl Efimovich Koltsov , en russe Михаил Ефимович Кольцов (de son vrai nom Mikhaïl Efimovich Friedland) né à Kiev le 12 juin (31 mai selon le calendrier julien en vigueur à l’époque) 1898 - mort en 1940 ou 1942 à Moscou est un journaliste et agitateur soviétique [1].

Il a été l’envoyé personnel de Staline en Espagne au début de la Guerre civile espagnole . Bien qu'il ait déployé une activité notoire dans le camp des républicains, il a été rappelé à Moscou en 1937 et exécuté en 1940 ou 42. Koltsov a été réhabilité en 1953, après la mort de Staline.

« Son nom est le plus grand de l'histoire du journalisme soviétique, et sa réputation était bien méritée » a écrit Ilya Ehrenbourg[2].

Plaque apposée à la mémoire de Mikhaïl Koltsov sur une maison où il a vécu, 11 Boulevard Strastnoy à Moscou

Débuts[modifier | modifier le code]

Koltsov, fils d’un cordonnier juif et frère aîné du fameux dessinateur et caricaturiste russe Boris Yefimov, participe à la révolution russe de 1917, devient membre du parti bolchevique en 1918, et combat pendant la guerre civile.

Communiste convaincu, il devient une figure connue de l’intelligentzia soviétique. Journaliste à la plume élégante et acerbe, il critique dans ses essais et satires la bureaucratie et les aspects négatifs de la société soviétique.

Koltsov comprend très tôt l'importance de la photographie et du cinéma en politique : il écrit dans Kinogazete, dirige en 1918 le département "Actualités filmées" du Commissariat du Peuple à l'Éducation, il fonde avec le photographe Arkady Shaikhet [3] le magazine Soviet Photo en 1926, il écrit pour le cinéma [4].

Koltsov a écrit une multitude d'articles, en commençant par le journal de son école, en passant par les bulletins de divers corps de l'Armée rouge pendant la guerre civile, jusqu'à la Pravda : il commence à collaborer avec l'organe du Parti communiste en 1920, et devient membre du bureau éditorial du journal.

Il crée les revues populaires et satiriques Krokodil et Chudak, et fait reparaître le journal comico-satirique Ogoniok ("Etincelle") fondé en 1899.

En 1927, Koltsov a l'idée de publier dans Ogoniok un roman-feuilleton (intitulé "Brasiers"), qui sera écrit en collaboration avec 24 autres écrivains. Mais ses collaborateurs sont peu à peu arrêtés, et quand 6 des 24 auteurs ont "disparu", la publication du roman s'arrête.

Koltsov dirige le service culturel du Ministère des Affaires Étrangères (en fait : le recrutement et l'espionnage des écrivains, savants et artistes étrangers). À ce titre il dirige la délégation soviétique au Congrès international des écrivains pour la défense de la culture, qui a lieu à Paris en 1935 [5] et à Barcelone en 1937.

Comme membre du comité de rédaction de la Pravda, il est autorisé à voyager à l’étranger (Asie, Hongrie, Allemagne, Yougoslavie) et à décrire ses expériences de voyage.

Koltsov en Espagne (août 36 à novembre 37)[modifier | modifier le code]

Il a visité l’Espagne en mai et juillet 1931, et a décrit pour la Pravda le “Printemps espagnol ”: la Seconde République espagnole venait d'être instaurée (avril 1931)

Pendant la Guerre civile espagnole, sous le nom de Miguel Martínez, il retourne en Espagne républicaine comme journaliste de la Pravda et conseiller culturel – mais surtout comme agent du NKVD , agitateur-propangandiste, conseiller technique aux armées, et espion et envoyé spécial de Staline . Il a pour mission de lutter contre les nationalistes espagnols, contre les anarchistes, les trotskystes et les marxistes anti-staliniens du POUM. Il doit aussi surveiller les conseillers et les soldats russes, d'autant plus qu'il seront au contact d'étrangers venus de toute l'Europe et même d'Amérique.

Selon l’historien Miguel Vázquez Liñán : « La Seconde Guerre mondiale se prépare, et pour l'URSS un allié fidèle comme l'Espagne sera d'un grand secours. La machine à propagande soviétique se mêt en marche, et fait affluer les publications, les films, la littérature qui vont diffuser dans la République espagnole le modèle de construction soviétique. Les envoyés spéciaux sont une pièce maitresse de ce réseau de propagande. Ilia Ehrenburg et Mikhail Koltsov, envoyés spéciaux respectivement des Izvestia et de la Pravda sont les 2 professionnels les plus réputés que l'URSS de Staline envoie dans l'Espagne en guerre ».

« Koltsov est le journaliste le plus important : il est le plus lu en URSS, il a un contact direct avec le Kremlin, il joue un rôle politique capital. Il voyage sans entraves sur tout le territoire de la république, et tous ses compagnons l'appellent "le chef". Il définit les objectifs de la propagande soviétique en Espagne, collabore avec la presse républicaine espagnole, délivre des laisser-passers, se pose en directeur de la censure, intervient dans les opérations militaires. Tous ceux qui l'ont approché sont d'accord : il est indéfectiblement fidèle à Staline, et sera son meilleur propagandiste ».

Sur le plan politique, il traîte avec Durruti, le président de la république Manuel Azaña, Largo Caballero, Juan Negrín, et suit la ligne la plus dure du parti communiste tendance stalinienne; il est l'adversaire acharné du POUM et des anarchistes, et il passe sous silence les avancées sociales qu'ils ont pu obtenir dans les premiers mois du conflit. Sur le plan militaire, il assiste aux combats les plus durs : fin du Siège de l'Alcázar de Tolède, bataille de Guadalajara, offensive de Ségovie. Sur le plan de la propagande, il soutient les Brigades internationales, collabore aux journaux des unités combattantes (comme celui du "Quinto Regimiento") et crée le personnage mythique de l'héroïque "Général Rouge", "El Gran Capitan" (José Miaja).

Koltsov, qui est polyglotte (comme la plupart des conseillers russes) écrit aussi dans Mundo Obrero, l'organe du PCE et dirige (par-dessus la tête du communiste Antón) la Sección de Radio, Prensa y Propaganda du Commissariat politique de l'Armée du Centre [6].

Inspection en Asturies[modifier | modifier le code]

En octobre 1936, Koltsov part en avion de Madrid, et, après avoir survolé les lignes nationalistes, atterrit à Gijón en Asturies. Selon son journal de guerre, le paysage verdoyant et la pluie lui rappellent l'Angleterre, la Suisse, « plus le Donbass et une pincée de notre littoral Pacifique ». Il est là pour une visite d'inspection et pour montrer aussi au peuple de la province assiègée que la République ne l'oublie pas; il visite des mines et constate que seuls des enfants et des vieux travaillent : les adultes sont au front. Il juge les Asturiens sérieux et solides, mais mal nourris et très mal équipés. Il assiste à une offensive républicaine sur un quartier d'Oviedo. Les républicains sont écrasés par une contre-attaque venue du ciel, et les bombardiers Junker des nationalistes font la noria sans être inquiétés : aucun avion républicain ne se voit dans le ciel[7].

Après un crochet par le pays basque, Koltsov retourne à Madrid où l'attend un travail considérable : la pression des nationalistes s'accentue sur la capitale.

Bataille de Seseña[modifier | modifier le code]

Le 29 octobre 1936, Koltsov assiste à la bataille de Seseña : les tanks soviétiques T-26 récemment arrivés font leur première apparition dans la guerre. Le commandant Lister et Koltsov déplorent que les hommes des Brigades internationales qui courent après les tanks s'arrêtent après 1,5 km de progression seulement. Il faut dire que, vu l'urgence et le manque de moyens du côté républicain, aucune préparation d'action coordonnée entre les tanks et les unités d'infanterie n'a eu lieu [8]. Mais, bien que 3 T-26 aient été détruits par des cocktail Molotov lancés par des nationalistes, le raid des tanks soviétiques est un grand succès sur le plan psychologique pour les Républicains, d'autant que le même jour Séville est bombardée par des avions Katyouska (Tupolev SB) soviétiques.

Massacres de Paracuellos[modifier | modifier le code]

Hugh Thomas, (cité par Ian Gibson dans son livre Paracuellos: cómo fue) décrit Koltsov comme l’agent personnel de Staline en Espagne et affirme qu’il avait une ligne téléphonique directe avec le Kremlin. Ian Gibson le considère comme le responsable de la série de massacres de Paracuellos (2000 à 4 000 exécutions sommaires de sympathisants supposés de la droite, en novembre et décembre 1936, près de Madrid, alors que les troupes nationalistes approchaient de la capitale)[9].

L’historien Miguel Vázquez Liñán pense que Koltsov a été directement responsable de l’extermination des prisonniers enfermés dans les prisons de Madrid quand, sous prétexte d’un transfert, ils furent extraits (« sacas de presos ») des cellules puis emmenés et assassinés dans les villages de Paracuellos de Jarama et de Morata de Tajuña[10].

Selon l'historien Antony Beevor la responsabilité des massacres de Paracuellos incombe au communiste espagnol José Cazorla Maure[11] et au conseiller soviétique Mikhaïl Koltsov[12]. De nombreux auteurs ont par ailleurs souligné la participation de Santiago Carrillo à l'organisation des massacres.

En ce qui concerne Andrès Nin : Koltsov ne semble pas avoir participé à l'enlèvement par le NKVD (dans l'été 1937) et à l'exécution (après d'abominables tortures) du leader du POUM, suivis d'une campagne de désinformation l'accusant d'être un agent des fascistes et de les avoir rejoints à Salamanque ou à Berlin[13].

La responsabilité personnelle de Koltsov dans la liquidation début 1937 de José Robles Pazos, intellectuel ami de John Dos Passos, n'est pas non plus prouvée.

Le Journal de guerre en Espagne[modifier | modifier le code]

Signature de Koltsov sur un exemplaire de son livre "Journal de guerre en Espagne"

Koltsov a décrit son séjour en Espagne dans son Journal de la guerre en Espagne, publié avec grand succès en Russie en 1938 (et traduit en espagnol en 1963 et 1978).

Il y parle ainsi de l’Espagne : « Jamais nous (les Russes) n’avions eu de relations avec ce peuple lointain… ….nous ne lui avions rien appris, et n’avions rien appris de lui … …Le rayon “ Espagne ” du lecteur russe était vide et poussiéreux. On n’y trouvait que Don Quichotte, Don Juan (qu’on prononçait à la française), Séville, séguédille, Carmen, torero … …La culture de la Rome antique, la Renaissance italienne sont des civilisations exceptionnelles, qui ont fécondé l’art du monde entier, et en particulier l’art de notre pays. Mais, on ne sait pourquoi, ils nous ont en même temps caché l’Espagne (...) son peuple brillant, original, spontané »[14].

Peu de temps avant de retourner à Moscou en 1937, Koltsov défend le réalisme socialiste au "2° Congrès de Ecrivains Anti-fascistes", qui a lieu à Valencia, Madrid, Barcelone, et se termine à Paris[15]. Il y affirme : « Comment doit réagir l’écrivain au contact de la Guerre Civile ? Ceux qui affirment que l’écrivain doit combattre le fascisme avec ses armes, c'est-à-dire les mots, ont sans doute raison – mais il y a des moments où l'écrivain (je pense à certains d'entre eux) doit se changer en protagoniste de son œuvre... »[16]

Le journal de guerre de Koltsov a été publié en France, en espagnol, en 1963 : Mijail Koltsov, Diario de la guerra de España", chez Ruedo ibérico ; il a été republié en Espagne en 1978 par Editorial Akal.

À noter que Koltsov a attribué la création du terme "quinta columna" (Cinquième Colonne) non au général nationaliste Emilio Mola mais au général José Enrique Varela[17].

Procès et mort[modifier | modifier le code]

En novembre 1937 Koltsov est rappelé en URSS. Bien que son activité en Espagne ait été consacrée à la lutte dans la droite ligne des idées de Staline et que son livre ait eu du succès en Russie (Staline lui-même a dit le 12 décembre 1937 qu'il l'avait apprécié, il est arrêté et exécuté en 1940 ou 1942 par les bourreaux de Lavrenti Beria, comme d'innombrables victimes des Grandes Purges [18].

Son frère Boris Efimov a pu obtenir (à titre exceptionnel) un rendez-vous avec Vasiliy Ulrikh ; le juge-en-chef de Staline lui apprend que Koltsov « a été condamné à 10 ans de prison, sans droit au courrier » (en fait à être liquidé).

Les connexions de Koltsov avec des étrangers (en particulier pendant la Guerre civile espagnole avec des écrivains comme André Malraux, Ernest Hemingway, Claud Cockburn[19]) et la propre compagne de Koltsov, l'Allemande Maria Osten, ont certainement pesé lourd dans la balance des juges staliniens.

L'ouverture des archives du Kremlin après la perestroïka a permis de savoir ce qui était arrivé à Koltsov.

Selon Miguel Vázquez Liñán [20], Koltsov avait été reçu dès son retour par Staline, qui était entouré de 4 de ses familiers, et l’entrevue avait vite pris le ton d’un interrogatoire. Après 3 heures de questions, Staline s’était levé, avait autorisé Koltsov à se retirer, et, la main sur le cœur, goguenard, s’était incliné devant « Don Miguel Martinez », en l’assurant de "la reconnaissance des nobles espagnols » ; puis, comme Koltsov, interloqué, prenait la porte, Staline lui avait demandé s’il avait un revolver. Koltsov, cachant son trouble, lui avait répondu que oui ; et Staline avait répondu « qu’il espérait qu'il ne lui servirait pas pour se suicider ».

Selon Miguel Vázquez Liñán[21] les archives de Staline ont révélé que Koltsov avait été accusé d'anti-soviétisme par André Marty, commissaire politique et autorité supérieure des Brigades internationales en Espagne. Marty énumérait les « preuves de la traîtrise de Koltsov » dans sa lettre de dénonciation : « 1° : Koltsov, avec son perpétuel compagnon de voyage André Malraux, est entré en contact avec l’organisation trotskyste POUM. Si l’on tient compte de la sympathie ancienne de Koltsov pour Trotsky, ces contacts ne sont pas dus au hasard. – 2° : La prétendue épouse civile de Koltsov, Maria Osten (Gressneger) est (je n’en ai pas le moindre doute) agent secret de l’espionnage allemand. Je suis convaincu que nombre de nos pertes au combat sont le résultat de son travail d’espionne. »[22].

Par ailleurs, Koltsov aurait été accusé par Nikolaï Iejov, chef du NKVD et exécuteur des basses œuvres de Staline, d'avoir aidé André Malraux (on les voyait souvent ensemble en Espagne) à « espionner l'aviation russe »" ; de plus Koltsov était un intellectuel juif, comme Isaac Babel, et avait été reçu par Iejov dans sa datcha...

Selon l'article de Wikipedia ru "Кольцов, Михаил", Nikolaï Iejov et Koltsov se seraient accusés mutuellement, sous la torture, d'appartenir à un réseau d'espionnage au profit de la Grande-Bretagne, et auraient révélé les noms de plusieurs dizaines de leurs complices. Un ami de Koltsov, Alexandre Fadeïev (écrivain), aurait eu le courage d'aller démontrer à Staline lui-même que Koltsov ne pouvait en aucun cas être un traître. Staline ordonne alors à son secrétaire particulier Alexandre Nikolaïevitch Poskrebytchev de faire voir à Fadeïev le procès-verbal de l'interrogatoire de Koltsov, et ses aveux signés, et il assure que lui-même a eu de la peine à admettre la culpabilité de Koltsov, mais qu'il devait bien se rendre à l'évidence... « Et dit ce que tu as lu à ceux qui te parlent de Koltsov », conclut Staline.

Selon Alexandre Orlov Koltsov fut accusé par le NKVD d'avoir transmis des renseignements à Lord Beaverbrook, et d'avoir répandu la rumeur que Serge Orzhonokidze, Commissaire à l'Industrie Lourde, avait été liquidé, alors que selon la version officielle il était mort de maladie[23].

Peter I. Barta pense [24] que Koltsov a connu en Espagne un divorce intellectuel avec le stalinisme, et a payé de sa vie ce déviationisme.

Réhabilitation[modifier | modifier le code]

Koltsov a été réhabilité en 1953, comme de nombreuses autres victimes des purges de Staline.

Depuis 1956, ses œuvres sont à nouveau publiées. Il avait reçu les décorations Ordre du Drapeau rouge et Étoile rouge. Un appartement lui avait été attribué dans l'"Immeuble des quais"[25], immense bâtiment construit en 1931 et réservé à la nomenklatura.

Famille[modifier | modifier le code]

  • Koltsov est le frère aîné du fameux dessinateur et caricaturiste russe Boris Yefimov, né en 1900 et mort en 2008 à l'âge de 108 ans - et le cousin du célèbre journaliste et photographe soviétique Фридлянд, Семён Осипович (Semen Fridlyand , 1905-1964)
  • Koltsov a été marié 3 fois : sa 1° épouse fut la star du théâtre et du cinéma muet Vera Ioureneva (1818-1922), sa 2° épouse Elizabeth Ratmanov - et sa 3° épouse Maria Osten.
  • un fils adoptif, Hubert L'Hoste

Koltsov vu par Hemingway[modifier | modifier le code]

Ernest Hemingway décrit longuement Koltsov (qu'il appelle Karkov) dans son livre For Whom the Bell Tolls (Pour qui sonne le glas, publié en 1940) : il l'a bien connu alors que le Russe était "correspondant de la Pravda" et que lui-même travaillait pour la North American Newspaper Alliance. Un ami partisan a présenté Robert Jordan, le héros du livre, (qui « dans le civil » est professeur d’espagnol et de culture hispanique à Missoula, Montana) à Karkov, parce que : « Karkov voulait connaître des Américains, et parce qu’il était le plus grand amateur de Lope de Vega , et pensait que Fuenteovejuna était la meilleure pièce de théâtre jamais écrite »[26]... Karkov était l’homme le plus intelligent que Jordan ait jamais rencontré. Il portait des bottes de cheval noires, des culottes grises, et une tunique grise. Avec ses mains et ses pieds minuscules, sa figure et son corps boursouflés, sa façon de parler en crachotant à cause de ses mauvaises dents, il parut comique à Jordan lors de leur première rencontre. Mais il était plus intelligent, et avait plus de dignité interne et d’insolence et d’humour externes qu’aucun homme qu’il ait connu[27]. Avec l'Américain, Karkov avait d'abord été d'une politesse insultante, puis, après avoir compris que Jordan était simple et franc, il avait été soulagé, était passé à la grossièreté puis à l'insolence, et ils étaient devenus amis. Jordan avait aussi noué amitié avec la femme de Karkov (Maria Osten) , une brune maigre qui était interprète chez les tankistes, et avec la maîtresse de Karkov, une rousse plantureuse et sensuelle, « stupide, ambitieuse et loyale ». Et Hemingway ajoute « On disait que Karkov avait par ailleurs une autre femme...Karkov avait bon goût en matière de femmes. »

  • début du chapitre 32 : Karkov arrive le soir du 29 mai 1937 à son appartement du "Gaylord’s Hotel" [28] alors que sa femme reçoit des expatriés au service de la République espagnole.

L’offensive de Ségovie doit débuter dans quelques heures, et Karkov constate, exaspéré, que tout le monde est au courant des préparatifs; des femmes veulent même accompagner les troupes pour assister au combat comme à un spectacle « …et 3 des 4 femmes étaient en tenues de ville. La quatrième, mince, brune et hagarde, portait un uniforme de milicienne, de coupe sévère, avec de hautes bottes sous la jupe. Dès qu’il fut entré dans la pièce, Karkov alla à la femme en uniforme, s’inclina devant elle et lui serra la main. C’était sa femme, et il lui dit quelque chose en russe ; personne ne l’entendit, et pendant un moment l’insolence qu’il avait dans les yeux à son entrée dans la pièce le quitta. Elle s’alluma à nouveau quand il vit la tête rousse et les yeux battus de la fille bien charpentée qui était sa maîtresse; il avança tranquillement vers elle à petits pas précis, s'inclina devant elle et lui serra la main, et on ne pouvait savoir s'il parodiait la façon dont il avait salué sa femme. »[29] Ilia Ehrenburg, correspondant des Izvestia en Espagne, aborde alors Koltsov, et, enthousiaste, lui assure que La Pasionaria (Dolores Ibarruri) vient d’apporter la nouvelle que les fascistes se battaient entre eux dans la Sierra de Guadarrama [30]. Karkov se moque froidement de la Pasionaria et d'Ehrenburg, qui le traite de cynique. Puis un Hongrois en uniforme, un général commandant une division, parle gaiement avec Karkov. Mais ils sont tous deux inquiets : tout le monde sait qu’une offensive doit se déclencher à l’aube; en particulier un certain Richard, un officier allemand (il s'agit de Richard Staimer) en a parlé sans retenue. Le Hongrois critique « ce Richard, cet intriguant, ce ..... d'Allemand. Celui qui a donné à ce mauvais baiseur du dimanche le commandement d'une brigade devrait être fusillé. Peut-être que toi et moi on devrait être fusillés. C'est une possibilité, dit en riant le général. Inutile de le suggèrer, en tous cas. »... « C'est une chose dont je n'ai jamais aimé parler », dit Karkov[31], qui sort du salon et va s'étendre quelques heures avant de partir pour le front.

  • Milieu du chapitre 42 : Quelques heures plus tard, à l’aube, Karkov arrive sur le front à San Isidro, près du sommet de la Sierra de Guadarrama. Il y trouve Massart, commissaire politique connu pour son incompétence en matière militaire et sa tendance à éliminer expéditivement tous ceux qu'il soupçonne d'être des espions ou des déviationistes [32] , et s’oppose à lui : « Tovaritch Massart, dit Karkov de sa voix poliment dédaigneuse et chuintante; et il sourit, montrant ses mauvaises dents. Massart se leva. Il n'aimait pas Karkov, mais Karkov, émanant de la Pravda et en relation directe avec Staline, était en ce moment un des 3 hommes les plus importants d'Espagne... ...Tovaritch Massart, dit Karkov, je vais savoir à quel point tu es vraiment intouchable... Je me demande s'il n'est pas possible de changer le nom de cette usine de tracteurs »[33]. Et pendant que Karkov se vante de recevoir des lettres de toute la Russie, lettres dans lesquelles des petites gens lui demandent de dévoiler des abus choquants, Massart pense à-part-lui : « d’accord Karkov, là tu m’as bien eu; mais avec tout ton pouvoir, et tout, tu vas voir ce qui va t’arriver. »

Sources[modifier | modifier le code]

Voif aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (es) "Mijail Koltsov: corresponsal soviético en la Guerra Civil Española", Razón y palabra
  2. (en) Ehrenburg, Ilya , Memoirs 1921-1941 , New York, the University Library, Grosset & Dunlap, 1974, p. 378.
  3. le photographe Arkady Shaikhet qui deviendra célèbre pour sa technique du "reportage artistique" sur l'URSS en construction (voir http://www.nailyaalexandergallery.com/exhibition/arkady-shaikhet )
  4. en particulier pour le film "Un cas simple" , 1933 (russe : Простой случай, Prostoy sluchay) dirigé par Vsevolod Poudovkine et Mikhaïl Doller(selon l'article de WP en "A simple case")
  5. il profitera de ce voyage pour renforcer les liens de Louis Aragon avec l'URSS (selon l'article de WP fr Louis Aragon, chapitre "Lintellectuel engagé", § "La fidélité au stalinisme")
  6. voir des affiches sur Carteles republicanos de la Guerra Civil Española
  7. Jesus Alller, Las jornadas asturianas de Mijail Koltsov, lne.es
  8. Steven J. Zaloga, Soviet Tank Operations in the Spanish Civil War
  9. (es) Paracuellos, 7 de noviembre de 1936, Agentes de Stalin indujeron la matanza de presos sacados de las cárceles de Madrid, Jorge M. Reverte, El País, 5 novembre 2006, (Paracuellos : le 7 novembre 1936, des agents de Staline dirigèrent le massacre de prisonniers extraits des prisons de Madrid)
  10. « directamente responsable del exterminio de los presos de Madrid cuando, con pretexto de un traslado, fueron asesinados en los pueblos de Paracuellos del Jarama y Morata de Tajuña ». Mijail Koltsov: corresponsal soviético en la Guerra Civil Española, razonypalabra.org. Miguel Vázquez Liñán cite l’ouvrage de José Luis Alcofar Nassaes: Los asesores soviéticos (los mejicanos) en la Guerra Civil Española, Barcelona, Dopesa, 1971, p. 11
  11. José Cazorla Maure : des JSU (Jeunesses Socialistes Unies) , adjoint puis suppléant de Santiago Carrillo à la commission "Ordre Public" de la Junta de Defensa de Madrid (selon les articles de WP es "Junta de Defensa de Madrid" et "matanzas de Paracuellos"
  12. Anthony Beevor, The Spanish Civil War, 1999, p 133
  13. mort d'Andreu Nin : WP en cite comme responsables de l'exécution Iossif Grigoulevitch et Vittorio Vitali, et WP es incrimine Alexandre Orlov . Claudio Albertani, dans Vittorio Vidali, Tina Modotti, el stalinismo y la revolución sur le site de la Fundación Andreu Nin (voir http://www.fundanin.org/albertani3.htm#) énumère les noms des agents du NKVD qui ont éliminé les POUMistes : « Slutzki et Orlov, secondés par Vittorio Vidali, Antonov-Ovseenko, Togliatti, Codovilla, Stepanov, Wenceslao Roces » mais ne cite pas Koltsov. Peut-être que les stalinistes durs ont reproché à Koltsov sa « tièdeur vis-à-vis du POUM », et que cela fut une des causes de son rappel à Moscou à l'automne 1937
  14. Mijail Koltsov, Diario de la guerra española, Madrid, Editorial Akal, 1978, p. 196.
  15. Mijail Koltsov: corresponsal soviético en la Guerra Civil Española
  16. « ¿Cómo debe reaccionar el escritor al entrar en contacto con la guerra civil en España? Sin duda alguna tienen razón los que opinan que el escritor debe combatir al fascismo con el arma que mejor domina, es decir, con la palabra. (...) Pero hay instantes en que el escritor -me refiero a algunos- se ve obligado a convertirse en protagonista de su obra, cuando no puede confiarse a unos personajes de ficción, aunque los haya inventado él mismo. Sin eso el hilo de su arte se rompe, siente que sus personajes han avanzado, mientras que él se ha quedado rezagado. Pero, indudablemente, los escritores deben participar en la lucha, antes que nada, como escritores ... » in Diario de la guerra española, p.469.
  17. selon les articles "José Enrique Varela" et "Quinta Columna" de WP es, qui citent : Mijail Koltsov, Diario de la guerra de España, Barcelona, 2009, ed. Planeta, p. 208
  18. Michel Dreyfus écrit dans Le siècle des communismes, p 448. : « Le sort réservé aux Russes - et à des non Russes - partis en Espagne à leur retour à Moscou est connu : exécutés par fournées de 100, ou déportés au Goulag comme Kleber. Leur sort était probablement scellé avant leur départ : pour eux l'Espagne n'avait représenté qu'un sursis. »
  19. Claud Cockburn (1904-1981) : écrivain-journaliste anglais de tendance marxiste, Cockburn était un muckraker qui écrivait dans son propre journal The Week et s'était engagé dans le "Quinto Regimiento" des Brigades internationales pour pouvoir décrire la guerre de l'intérieur. George Orwell, dans son livre Hommage à la Catalogne sur les Journées de mai à Barcelone (début mai 1937) , écrit que Cockburn était inféodé aux staliniens qui écrasaient le POUM et les anarchistes
  20. qui donne comme source Novye Izvestia, 10-1-1998
  21. traduction de la fin de l'article de Miguel Vázquez Liñán : « Il y a quelques années, des documents des archives personnelles de Staline ont été publiées. Le journaliste Boris Sopelniak a commenté un de ces documents, avec l'aide du frère de Koltsov : il apparaît clairement que André Marty a dénoncé Koltsov »
  22. « 1.Koltsov, junto a su constante compañero de viaje Malraux entró en contacto con la organización trotskista POUM . Si tenemos en cuenta la antigua simpatía de Koltsov por Trotski, estos contactos no son casuales. 2. La llamada esposa civil de Koltsov, María Osten (Gressgener) es, y de esto no me cabe la menor duda, agente secreto de los servicios de inteligencia alemanes. Estoy convencido de que muchos desaparecieron durante los combates como consecuencia de su trabajo de espía ».
  23. Alexander Orlov : The Secret History of Staline's Crimes (New York, Random House) p. 59
  24. dans The Writing of History : Authors meet on the Soviet-Spanish border par Peter I. Barta., in The Spanish Civil War in Literature édité par Janet Pérez et Wendell Haycock, 1990, Texas Tech University Press, ISBN 0-89672-196-5, voir http://books.google.fr/books?id=TL7fBA1uqWoC&pg=PA82&lpg=PA82&dq=mate+zalka+jewish&source=bl&ots=LfgSMEV4L2&sig=w6hfdrd2hkzCX7t-Bku-1oYYCds&hl=en&ei=ahuES8DXJ5SilAfkrvWMAg&sa=X&oi=book_result&ct=result&redir_esc=y#v=onepage&q=mate%20zalka%20jewish&f=false
  25. voir l'article de WP en "House on the Embankment"
  26. Hemingway savait-il que la 1° épouse de Kolstov, Vera Ioureneva avait remporté un grand succès alors qu'elle jouait dans Fuenteovejuna en 1919 ?
  27. « Karkov wanted to know Americans, and because he was the greatest lover of Lope de Vega in the world and thought Fuente Ovejuna was the greatest play ever written.... ...Karkov was the most intelligent man he had ever met. Wearing black riding boots, grey breeches, and a grey tunic, with tiny hands and feet, puffily fragile of face and body, with a spitting way of talking through his bad teeth, he looked comic when Robert Jordan first saw him. But he had more brains and more inner dignity and outer insolence and humour than any man that he had ever known »
  28. L'Hôtel Florida (Madrid); place del Callao, où Karkov avait aussi une chambre. Y étaient aussi logés les correspondants de guerre polonais, anglais, américains ainsi que les chefs de la mission soviétique et où, selon Hemingway lui-même, alcools et victuailles abondaient
  29. « People were sitting and standing about and talking together as in any drawing-room and the men and the women were drinking vodka, whisky and soda and beer from the small glasses filled from great pitchers. Four of the men were in uniforms. The others wore wind-breakers or leather jackets and three of the four women were dressed in ordinary street dresses while the fourth, who was haggardly thin and dark, wore a sort of severely cut militiawoman’s uniform with a skirt with high boots under it. When he came into the room, Karkov went at once to the woman in the uniform and bowed to her and shook hands. She was his wife and he said something to her in russian that no one could hear and for a moment the insolence that had been in his eyes as he entered the room was gone. Then it lighted again as he saw the mahogany-colored head and the love-lazy face of the well-constructed girl who was his mistress, and he strolled with short, precise steps over to her and bowed and shook her hand in such a way that no one could tell it was not a mimicry of his greeting to his wife. »
  30. en fait, il s’agit de l’annihilation par les Blancs d’une bande de partisans qui devait aider Robert Jordan à dynamiter un pont, pièce stratégique maîtresse de l’offensive de Ségovie
  31. ""the intriguing German .... of a Richard. Whoever gave that Sunday "függler" command of a brigade should be shot. Perhaps you and me should be shot too. It is possible, the General laughed. Don’t suggest it though. - That is a thing I never like to talk about, Karkov said."
  32. Hemingway s'est inspiré d'André Marty pour son personnage de Massart. Les soldats espagnols, écrit Hemingway, disent que Massart est fou, et désobéissent à ses ordres quand il condamne des Espagnols à mort
  33. « Tovaritch Massart, said Karkov in his politely disdainful lisping voice and smiled, showing his bad teeth. Massart stood up. He did not like Karkov, but Karkov, coming from Pravda and in direct communication with Stalin, was at this moment one of the three most important men in Spain.... ...Tovaritch Massart, Karkov said, I am going to find out just how untouchable you are… …I would like to know if it could not be possible to change the name of that tractor factory. ». Hemingway, en décrivant Massart-André Marty, mentionne qu'en URSS des usines ont reçu son nom, signe que le vieux militant communiste était bien en cour

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'article de Wikipedia deutsch contient une bibliographie détaillée de et sur Mikhaïl Kostov.

Les livres de Koltsov édités en allemand sont entre autres (et les titres, dates, et lieux de publication sont intéressants à noter ) : "Und richten sie die Gewehre" ("Le droit des fusils") Berlin, Verlag der Jugendinternationale 1932 - "Guadalajara : eine Niederlage des Faschismus" ("La bataille de Guadalajara, un effondrement du fascisme"), Zürich, Verlag Freie Schweiz 1937 - "Spanisches Tagebuch" ("Journal (de la guerre) d'Espagne") ; Berlin: Militärverlag der DDR 1986 - "Die Rote Schlacht" ("La saignée rouge") , Berlin, Militärverlag der DDR 1960.

Liens externes[modifier | modifier le code]