Les Paul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l'article concernant la guitare électrique, voir Gibson Les Paul.

Les Paul

Description de cette image, également commentée ci-après

Les Paul en live à l'Iridium Jazz Club à New York le 21 octobre 2008.

Informations générales
Nom de naissance Lester William Polfuss
Naissance 9 juin 1915
Waukesha, Wisconsin
Décès 13 août 2009 (à 94 ans)
White Plains, New York, États-Unis
Activité principale guitariste
Activités annexes inventeur
Instruments guitare électrique
Années actives 1928 à 2009
Site officiel lespaulonline.com

Lester William Polfuss, plus connu sous le nom de Les Paul, né le 9 juin 1915 à Waukesha (Wisconsin) et mort le 13 août 2009 à White Plains (New York), était un guitariste et inventeur américain qui a joué un rôle important dans le développement des guitares électriques à corps plein (solidbody), les techniques d'enregistrement multipiste et divers systèmes d'effets spéciaux sonores tels que les chambres d'écho et de réverbération.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Avant que Lester William Polfuss adopte « Les Paul » comme nom d'artiste, sa propre mère l'appelait simplement « Polfuss ». Son intérêt pour la musique débute à l'âge de 8 ans, lorsqu’il reçoit un harmonica en cadeau. À neuf ans, sa mère lui fait prendre des cours de piano, mais selon sa biographe Mary Alice Shaughnessy[1], son professeur le renvoie à la maison après quelques leçons, avec un mot pour sa mère disant : « Chère Madame Polfuss, votre garçon Lester n'apprendra jamais la musique, gardez votre argent. S'il vous plaît ne me l'envoyez plus, pour aucune leçon. »

Vers l'âge de douze ans, après une brève tentative pour apprendre à jouer du banjo, il commence la guitare sur un instrument acheté d'occasion pour 5 dollars, avec l'argent qu'il a gagné en triant des pommes de terre. A l'âge de treize ans, Les Paul est déjà un musicien semi-professionnel[2]. À 17 ans, il entre dans le Rube Tronson's Cowboys, un orchestre régional de musique country. Peu de temps après, il quitte l'école et devient musicien professionnel.

De St-Louis à New York[modifier | modifier le code]

Durant les années 1930, Les Paul est d'abord engagé dans le Wolverton's Radio Band, orchestre de la station de radio KMOX à Saint-Louis dans le Missouri. Il s'installe ensuite à Chicago, où il commence une carrière de musicien de studio. Dans le même temps, il joue et enregistre de la musique style hillbilly sous le pseudonyme de Rhubarb Red, il joue du jazz à la station de radio W.I.N.D et accompagne à l'occasion des artistes de blues sous le nom de « Les Paul ». En 1938, il quitte Chicago pour New York, où il est engagé avec son trio comme musicien vedette dans l'émission de radio Fred Waring's Pennsylvanians. À cette époque, les stations de radio emploient beaucoup de musiciens et d'orchestres, la plupart des émissions musicales étant réalisées en direct.

« La bûche »[modifier | modifier le code]

Vers la fin des années 1930, Les Paul n'est pas très satisfait des guitares électriques alors disponibles. Ce sont des guitares jazz acoustiques électrifiées, difficiles à amplifier sans engendrer d'importants problèmes de larsen. Inventif et bricoleur, il se lance dans toutes sortes d'expérimentations pour trouver des solutions viables à l'amplification des guitares. Il avoue volontiers avoir « massacré » un grand nombre de guitares pour mener à bien ses expériences.

Il est possible que Les Paul ait eu connaissance de la « poêle à frire » (frying pan), prototype de guitare électrique à corps plein (solidbody) pourvu d'un microphone magnétique, créé 10 ans plus tôt. Il semble qu'il ait compris rapidement qu'une des causes majeures du larsen est due au montage du micro directement sur la caisse de résonance des guitares à caisse creuse (hollow body). En 1941, il s'adresse à la compagnie Epi qui produit et commercialise les guitares Epiphone, afin d'utiliser leurs ateliers le dimanche pour poursuivre ses expérimentations[3]. Il parvient à produire un prototype rudimentaire de type solidbody, connu par la suite sous le nom de The Log (« La Bûche »). Le corps est composé d'un simple bloc de bois de pin d'une section d'environ 4x4 pouces, la « bûche » sur laquelle il fixe un manche venant d'une guitare de Gibson L5, deux micros magnétiques, un chevalet métallique et une sorte de cordier intégrant un système pour faire varier la tension des cordes à l'aide d'un levier (principe du vibrato). Pour essayer de donner à cet étrange assemblage une forme de guitare, il découpe en deux la caisse d'une guitare Epiphone, et fixe les deux moitiés comme des « ailes » de chaque côté de la « bûche ». Vers 1946, il rencontre Maurice Berlin, le président de CMI (Chicago Musical Instrument), propriétaire de la compagnie Gibson, afin d'étudier le potentiel commercial de son instrument, il lui est répondu : « Ce n'est rien d'autre qu'un manche à balai avec un micro dessus[4],[1]. »

Magnétophone multipiste[modifier | modifier le code]

Les Paul, janvier 1947 (photo : William P. Gottlieb).

En 1943, Les Paul décide soudainement de quitter New York pour s'installer à Los Angeles, où il forme un nouveau trio. Au concert d'inauguration du festival Jazz at the Philharmonic de Los Angeles en juillet 1944, il accompagne Nat King Cole, au pied levé, en remplacement de son guitariste attitré. Cette même année, il commence une collaboration avec Bing Crosby qu'il accompagne dans les émissions de radio et avec qui il enregistre plusieurs disques. Le morceau It's Been a Long, Long Time est no 1 aux États-Unis fin 1947[5]. Crosby est très intéressé par les expériences de Les Paul, concernant les techniques d'enregistrement sonore, et il le soutient financièrement.

Peu de temps après la Seconde Guerre mondiale, Crosby est impressionné par une démonstration que lui fait Jack Mullin avec un magnétophone (prise de guerre) modifié pour le compte de la petite compagnie Ampex. Il le nomme chef ingénieur du son, et investit 50 000 dollars, une fortune à l'époque, pour permettre à Ampex de développer et commercialiser ces magnétophones. Quand Les Paul peut enfin disposer d'un des tout premiers Ampex Model 200, il rajoute des têtes d'enregistrement et de lecture créant ainsi le premier magnétophone multipistes.

En 1948, il est victime d'un grave accident de la route. Pour sauver son bras gauche, les chirurgiens doivent l'immobiliser à l'aide de broches. Les Paul demande à ce qu'on fixe son bras à un angle de 90 degrés, ce qui lui permet de continuer à jouer de la guitare[6].

Duo avec Mary Ford[modifier | modifier le code]

En 1949, William Lester Polfus (son patronyme a perdu un « S ») épouse Colleen Summers, une chanteuse ayant pour nom de scène Mary Ford. À partir de 1950, Paul réalise avec elle une série d'enregistrements en utilisant la technique du re-recording avec le magnétophone multipistes qu'il a mis au point. Dans les années 1950, le duo occupe une place primordiale dans la sphère « music business », grâce à ses émissions de radio et télévision et ses succès discographiques. Ils obtiennent deux no 1 dans le classement des meilleures ventes de disques aux États-Unis, en 1951 avec How High the Moon, et en 1953 avec Vaya con Dios (May God Be with You). À la fin de la décennie, avec la déferlante du Rock 'n' Roll aux Etats-Unis d'Amérique, le duo se voit un peu relégué à l'arrière-plan du monde du spectacle. En 1963, le duo se dissout : Les Paul et Mary Ford se séparent, puis divorcent en 1964.

Les Paul et Gibson[modifier | modifier le code]

En 1952, Gibson lui propose un contrat commercial le liant à la compagnie afin de faire la promotion de la nouvelle et première guitare solidbody de la marque. Selon les termes du contrat, elle devait porter son nom, la Gibson Les Paul. Selon Shaughnessy[1] qui rapporte les mots de Les Paul, sa contribution technique a été très peu importante, mais ce contrat a en revanche fait sa fortune. En 1961, lorsque Gibson commercialise un tout nouveau modèle de « Les Paul », la Gibson SG, ayant une apparence totalement différente, Les Paul demande à Gibson de retirer son nom marqué sur la tête de la guitare. Peu de temps après, Les Paul rompt sa collaboration avec Gibson suite à une dispute, mais les guitares Les Paul conservent leur nom.

En 1975, Les Paul est victime d'une crise cardiaque et d'une commotion cérébrale. Il se retire à Mahwah dans le New Jersey, dans un immense complexe de studios et d'ateliers où il peut continuer ses expérimentations. Il apparait pour trois titres (Brazil, How high the moon, Running & hiding) lors du concert donné à Séville pendant l'exposition universelle de 1992. Si son œuvre a été marquée par l'influence de Django Reinhardt[7],[8], il a lui-même fortement influencé d'autres artistes, tels que les guitaristes Slash et Jeff Beck[9].[réf. souhaitée]

Décès[modifier | modifier le code]

Les Paul meurt le 13 août 2009 à l'âge de 94 ans, de complications dues à une pneumonie[10]. Il est enterré au cimetière Prairie home de Waukesha.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Mary Alice Shaughnessy, Les Paul: An American Original, William Morrow & Co Inc.,‎ 1993, 347 p. [détail de l’édition] (ISBN 0-688-08467-2)
  2. Biographie de Les Paul sur LesPaulOnline.com, consulté le 04/04/2014.
  3. André Duchossoir, Gibson Electrics vol. 1, Chatillon, Éditions Médiapresse,‎ 1981, 190 p. [détail des éditions] (ISBN 2-9036-4800-X)
  4. (en) « It's nothing but a broomstick with a pickup on it »
  5. (en)List of number-one hits (United States)
  6. Philippe Auclair, article pp. 1356-1358 dans le Dictionnaire du rock, sous la direction de Michka Assayas, Robert Laffont, 2001.
  7. Djangology: An appreciation of the great Django Reinhardt (en anglais) GuitarAficionado.com, publié le 16/05/2013, consulté le 04/04/2014.
  8. Interview de Les Paul (en anglais) à propos de sa rencontre avec Django Reinhardt, theBluegrassSpecial.com, publiée en mars 2010, consulté le 04/04/2014.
  9. Guitar Legends: Slash Remembers Friend and Mentor Les Paul, A Total Fuckin' Maverick, L.A. Weekly, publié le 14/08/2009, consulté le 04/04/2014.
  10. « Mort de la légende de la guitare, Les Paul », sur lemonde.fr (consulté le 13 août 2009)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :