Les Cavaliers (film, 1959)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Cavaliers.

Les Cavaliers

Description de l'image  Horse Soldiers 1959.jpg.
Titre original The Horse Soldiers
Réalisation John Ford
Scénario John Lee Mahin
Martin Rackin
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Western
Sortie 1959
Durée 115 minutes (h 55)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Cavaliers (The Horse Soldiers) est un film américain réalisé par John Ford sorti en 1959.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Basé sur des faits authentiques survenus durant la Guerre de Sécession (le Raid de Grierson, du 17 avril au 2 mai 1863, qui permit à Ulysses S. Grant d'investir la place forte sudiste de Vicksburg, Mississippi), ce film conte l'histoire d'un détachement de cavalerie de l'Union, dirigé par le Colonel John Marlowe (John Wayne), qui est envoyé derrière les lignes ennemies pour détruire des voies de chemin de fer.

La troupe est menée par le rude colonel et un médecin-major (William Holden) , et tout les oppose. De plus, une belle sudiste (Constance Towers) est forcée d'accompagner les cavaliers dans cette mission des plus difficiles.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film n'a aucun lien avec le roman Les Cavaliers de Joseph Kessel et l'adaptation cinématographique qui en fut faite par John Frankenheimer, Les Cavaliers (The Horsemen) en 1971.
  • Vers la fin du tournage, Fred Kennedy, un cascadeur, vieil ami de John Ford, se tua en simulant une chute. De ce fait, la séquence finale - qui prévoyait le retour de la cavalerie en fanfare, bannière au vent - ne fut jamais tournée. John Ford laissera la fin telle que nous la connaissons aujourd'hui[1].

Critiques[modifier | modifier le code]

  • "Ce premier film de Ford sur la guerre de Sécession raconte l'histoire vraie d'un raid de la cavalerie de l'Union dans le Sud en 1863. Cela permit à Ford d'exprimer ses sentiments ambivalents : d'une part, sa loyauté envers l'Union et son respect de la discipline militaire, d'autre part, sa sympathie pour le panache des gens du Sud. S'il glorifie le Sud dans sa défaite, il exalte aussi la cavalerie nordiste et sa triomphale stratégie."[2]
  • "Episode historique reconstitué avec beaucoup de soin et surtout intéressant du point de vue documentaire. D'importants morceaux de bravoure comme l'attaque des cadets d'une école militaire sudiste et la bataille dans Newton Station sont réalisés dans un style épique qui donne une véritable impression de grandeur. Tous les personnages sont étudiés avec soin et l'interprétation leur donne un relief, une vie parfaite de vérité."[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. John Ford, Lindsay Anderson, éditions Ramsey Poche Cinéma pour la version française 1994, page 198
  2. Olivier Gamble - Guide des Films, éditions Robert Laffont, 1990
  3. Répertoire Général des Films 1960, édition Penser-Vrai, dépôt légal n°691 - 3e trimestre 1960

Lien externe[modifier | modifier le code]