Judson Pratt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pratt.

Judson Pratt

Description de cette image, également commentée ci-après

De g. à d. : Marlon Brando, Sandra Church et Judson Pratt,
dans Le Vilain Américain (1963)

Naissance 6 décembre 1916
Hingham
Massachusetts, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 9 février 2002 (à 85 ans)
Los Angeles (Northridge)
Californie, États-Unis
Profession Acteur
Films notables Faux-monnayeurs (1956)
Les Cavaliers (1959)
La Charge de la huitième brigade (1964)
F.I.S.T. (1978)
Séries notables Texas John Slaughter (1958-1959)
Rawhide (1962-1963)
Quincy (1977-1980)

Judson Pratt est un acteur américain, né le 6 décembre 1916 à Hingham (Massachusetts), mort le 9 février 2002 à Los Angeles — Quartier de Northridge (Californie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma, Judson Pratt contribue à vingt-trois films américains, le premier (dans un petit rôle non-crédité) étant La Loi du silence d'Alfred Hitchcock (avec Montgomery Clift et Anne Baxter), sorti en 1953. Le dernier est F.I.S.T. de Norman Jewison (avec Sylvester Stallone et Rod Steiger), sorti en 1978.

Entretemps, il apparaît notamment dans Faux-monnayeurs de Jack Arnold (1956, avec Ray Danton et Grant Williams), le western Les Cavaliers de John Ford (1959, avec John Wayne et William Holden), Le Vilain Américain de George Englund (en) (1963, avec Marlon Brando et Eiji Okada), ou encore La Charge de la huitième brigade de Raoul Walsh (autre western, 1964, avec Troy Donahue et Suzanne Pleshette).

Pour la télévision, de 1950 à 1980 (année où il se retire), il collabore à quatre-vingt-six séries, dont Texas John Slaughter (quatre épisodes, 1958-1959), Rawhide (quatre épisodes, 1962-1963) et Quincy (trois épisodes, 1977-1980). S'y ajoutent six téléfilms entre 1972 et 1979.

Au théâtre enfin, Judson Pratt joue entre autres à Broadway (New York) dans quatre pièces, la première représentée en 1941. La deuxième est Billy Budd, adaptation du roman éponyme inachevé d'Herman Melville, avec Dennis King, Lee Marvin, Charles Nolte et Torin Thatcher, représentée en 1951[1]. La dernière est The Desperate Hours (en) de Joseph Hayes, mise en scène par Robert Montgomery, avec Nancy Coleman, Karl Malden et Paul Newman, représentée en 1955[2].

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Séries
Téléfilms

Théâtre à Broadway (intégrale)[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette pièce est adaptée au cinéma en 1962 (réalisation de Peter Ustinov) sous le même titre, avec Terence Stamp et Robert Ryan.
  2. La même année 1955, sort une adaptation au cinéma (réalisée par William Wyler) de cette pièce, sous le même titre original — titre français : La Maison des otages —, où Martha Scott, Fredric March et Humphrey Bogart reprennent respectivement les rôles tenus par Nancy Coleman, Karl Malden et Paul Newman.