Le Portement de Croix (Raphaël)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Portement de Croix.
Le Portement de Croix
Image illustrative de l'article Le Portement de Croix (Raphaël)
Artiste Raphaël
Date 1516-1517 env.
Type huile sur bois transférée sur toile
Dimensions (H × L) 318 × 229 cm
Localisation Musée du Prado, Madrid (Espagne)

Le Portement de Croix[1] (en italien : Andata al Calvario soit « la montée au Calvaire ») ou souvent Lo Spasimo di Sicilia est une peinture à l'huile sur bois transférée sur toile (318 × 229 cm), datant de 1516-1517 environ, du peintre Raphaël, conservée au Musée du Prado de Madrid.

L'œuvre est signée au premier RAPHAEL URBINAS.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le retable a été commandé par le monastère olivétain de Santa Maria dello Spasimo (d'où est issu le nom du tableau) de Palerme. L'œuvre arrivée au monastère à la suite d'un naufrage à Gênes est une récupération estimée miraculeuse.

En 1622, le tableau a été acheté par le vice-roi d'Espagne Ferrando de Fonseca pour le roi Philippe IV d'Espagne.

Le tableau a été conservé à Paris de 1813 à 1822 et a été transféré sur toile avant d'être remis aux collections espagnoles.

Thème[modifier | modifier le code]

Divers éléments de l'iconographie chrétienne des stations du Chemin de Croix, alimentent le tableau des différentes versions du Portement de Croix : Jésus tombe sous la Croix, Jésus rencontre sa mère, Jésus parle au femmes de Jérusalem (les pleureuses), Simon de Cyrène l'aide à redresser la Croix, les quatre Marie le suivent dans son supplice...

Description[modifier | modifier le code]

Jésus Christ, tombé, soutient sa croix du bras droit, l'autre main posée sur un rocher dans le centre bas du tableau.

À droite, un groupe de femmes s'adresse à lui : sa mère, vêtue de bleu, les bras tendus ; une femme (Marie-Madeleine ?) plus à droite, à genoux, soutient Marie ; on distingue trois autres femmes derrière ce groupe. Comme elles portent toutes une auréole, on peut les assimiler à des figures saintes (les autres Marie entre autres).

Derrière ce groupe de femmes, remontant vers le haut de la composition, un groupe soldats, à cheval, équipés de lances est guidé par leur chef, montrant Jésus de son bâton ou rouleau.

Ils sont prolongés vers le haut du tableau par des éléments architecturaux : pilastres, bord de monuments.

Sur la gauche du Christ un soldat à pied tire de ses deux mains une corde tendue et attachée à Jésus ; derrière lui, un autre soldat équipé d'une lance la pointe vers Jésus, sa main gauche appuyée sur la Croix entrecroise celle de Simon de Cyrène qui aide Jésus à se relever. Derrière eux vers le haut un cavalier déploie une oriflamme rouge marquée de lettres grecques dorées.

Au centre exact du tableau un soldat est visible derrière son bouclier.

Le fond du tableau expose un paysage collinaire menant au Golgotha où l'on aperçoit les deux croix déjà dressées des larrons. Une procession y mène, dévoilant le reste du chemin à parcourir. Le ciel bleu est entrecoupé de nuages gris. Deux arbres encadrent le mont du Crâne, entre la bannière rouge à gauche et architecture à droite

Analyse[modifier | modifier le code]

Jésus, sur le chemin de son « Calvaire », tombant sous le poids de sa croix, provoque chez sa mère un spasme d'agonie qui donne le nom au tableau  : Lo Spasimo.

Toutes les émotions de la peinture sont concentrées à l'avant-plan et le fond est semblable à celle d'un décor de théâtre avec des groupes éloignés des personnes et des croix présageant la suite du calvaire.

L'homme sur la gauche au premier plan est semblable à une figure de la peinture de Raphaël « Le Jugement de Salomon » dans les Chambres Vaticanes, mais orienté en sens inverse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. titrage des musées - voir liens externes

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Pierluigi De Vecchi, Raffaello, Rizzoli, Milan, 1975.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Pour le nom du tableau dans les musées et les ouvrages en français :