La Madone Terranuova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Madone Terranuova
Image illustrative de l'article La Madone Terranuova
Artiste Raphaël
Date Vers 1504 - 1505
Technique huile sur bois de peuplier
Dimensions 87 cm de diamètre
Localisation Gemäldegalerie, Berlin (Allemagne)

La Madone Terranuova ou La Vierge et l'Enfant avec le petit saint Jean et un autre saint enfant (en italien : Madonna Terranuova) est une peinture religieuse de Raphaël. Le tableau est actuellement exposé à la Gemäldegalerie (Berlin).

Histoire[modifier | modifier le code]

Peinte vers l'an 1504 - 1505, la Madone Terranova est une œuvre de jeunesse du peintre. Son titre est dû au nom des ducs de Terranuova qui en furent propriétaires jusqu'en 1854, date à laquelle le tableau fut cédé au musée berlinois.

Thème[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une Sainte Famille, une figure récurrente de l'iconographie chrétienne, soit la présence de la Vierge Marie, de l'Enfant Jésus, du petit saint Jean ; le quatrième personnage saint (car il porte une auréole) n'est pas connu.

Description[modifier | modifier le code]

Le tableau au format tondo représente Marie assise, occupant verticalement le tableau, tenant l'Enfant Jésus semi allongé sur ses genoux ; orienté vers la gauche, il tient et déroule de ses mains un phylactère que le petit saint Jean reçoit dans sa main droite, la gauche tenant son roseau à croix ; le mot AGNVS est visible.

Sur la droite, un autre enfant apparaît se découpant devant un parapet sombre. Le parapet, qui se déroule aussi à gauche, sépare la scène du premier plan du paysage du fond, de rochers escarpés et d'arbres à droite, de tours et de fortifications d'une ville à gauche. Le ciel lumineux dans l'axe occupé par la Vierge l'entoure d'une aura ; il s'assombrit vers le haut du tableau.

Tous les personnages portent une auréole elliptique et fine, dorée.

Analyse[modifier | modifier le code]

Le petit personnage de droite équilibre et renforce la composition en triangle (dite aussi « en pyramide ») et attire l'attention par sa présence inhabituelle (autant par son identité inconnue).

Le croisement vif des gestes et regards des personnages, étudiés dans leurs postures naturelles rappellent les œuvres de Léonard de Vinci qui eut une grande influence sur le jeune Raphaël au début de sa période florentine.

Le décor de l'arrière-plan renvoie aussi à Léonard. Le paysage est plus complexe et étudié que ceux des précédentes Madones.

Attribution[modifier | modifier le code]

L'attribution à Raphaël est unanime. Le tableau est l'une des œuvres qui ouvrent la série des Madones de l'artiste lors de son séjour florentin, influencé par Léonard de Vinci.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierluigi De Vecchi, Raffaello, Rizzoli, Milan, 1975.
  • Paolo Franzese, Raffaello, Mondadori Arte, Milan, 2008 (ISBN 978-88-370-6437-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • x