Retable Oddi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Retable Oddi
Image illustrative de l'article Retable Oddi
Artiste Raphaël
Date 1502 - 1503
Technique Huile sur bois transférée sur toile
Dimensions (H × L) 267 × 163 cm
Localisation Musées du Vatican, Vatican, Rome (Italie)

Le Retable Oddi (en italien : Pala degli Oddi) est une peinture religieuse attribuée à Raphaël conservée aux Musées du Vatican.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'œuvre a été commandée en l'an 1502 par Maddalena degli Oddi (d'où le nom de l'œuvre) pour l'église San Francesco al Prato à Pérouse.

En 1797, lors des invasions napoléoniennes elle a été emmenée à Paris où la peinture a été transférée sur toile.

En 1815, elle est restituée à l'Italie et transférée au Vatican où le pape Pie VII décida de la confier à la Pinacothèque vaticane.

Dessin préparatoire, Oxford

Concernant l'œuvre, il existe divers dessins préparatoires :

Sujet[modifier | modifier le code]

L'œuvre représente un épisode de la « Vie de la Vierge Marie » traité dans l'iconographie chrétienne et nommé le Couronnement de la Vierge ;

Outre le Couronnement, un deuxième registre expose un autre épisode de la Vie de la Vierge, celui de son Assomption.

Le thème du l'Assomption est conjoint à celui de la Madonna della Cintola. En effet, saint Thomas au centre tend entre ses mains la ceinture reçue comme don par Marie, c'est-à-dire la relique du Sacro Cingolo, vénérée à Prato, comme preuve de son élévation au ciel avec son corps (et ses vêtements).

Sont présentes les fleurs dans le tombeau ayant remplacé son corps monté au ciel.

Description[modifier | modifier le code]

Le tableau est ici divisé en deux registres, typiques de l'école du Pérugin, maître de Raphaël.

  • En haut, dans la partie céleste, au format cintré (centinata), a lieu le couronnement proprement dit de la main du Christ en présence de quatre anges musiciens, d'une paire de putti, allongés sur des petits nuages, ainsi qu'une nuée de chérubins ailés.
  • En bas, dans la partie terrestre, se trouve le tombeau ouvert de Marie ainsi que les onze apôtres qui avaient assistés, émerveillés, à sa montée au ciel, avec saint Thomas tenant la sainte ceinture.

Du sarcophage ouvert, placé en diagonale, sortent des fleurs (lys blancs et roses), ayant remplacé son corps.

Analyse[modifier | modifier le code]

Pérugin s'était spécialisé avec des compositions similaires comme dans le Retable de Monteripido, datant de la même époque. Par comparaison on relève certaines avancées dans le langage de Raphaël qui tente de ressouder les deux zones sans toutefois supprimer la césure centrale et en insistant sur les expressions des divers personnages mais avec des limites définies di insistenza accademica (« insistance académique »).

Prédelle[modifier | modifier le code]

La prédelle, toujours à sa place, est composée de trois pièces mesurant 27 × 150 cm chacune. Lors du transfert, elles furent placées sur une toile unique, puis divisées et encadrées.

Y sont représentées trois scènes, de gauche à droite : une Annonciation, une Adoration des mages, une Présentation au temple

Raphael - The Annunciation (Oddi altar).jpg The Adoration of the Magi - Rafael.jpg Raphael Presentation in the Temple.jpg

Annonciation, Adoration des Mages, Présentation au temple les trois panneaux de la prédelle.

Le modèle des scènes est inspiré de la prédelle du Retable de Fano du Pérugin. La lumière est néanmoins plus cristalline et l'ouverture au paysage plus important.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierluigi De Vecchi, Raffaello, Rizzoli, Milan, 1975.
  • Paolo Franzese, Raffaello, Mondadori Arte, Milan, 2008 (ISBN 978-88-370-6437-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]