Saint Michel terrassant le démon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint Michel terrassant le démon
Grand saint Michel
Image illustrative de l'article Saint Michel terrassant le démon
Artiste Raphaël
Date 1518
Type Huile sur bois transférée sur toile
Dimensions (H × L) 268 × 160 cm
Localisation Musée du Louvre, Paris (France)
Numéro d'inventaire INV 610

Saint Michel terrassant le démon ou Le Grand saint Michel est une peinture à l'huile (268 × 160 cm) de Raphaël, réalisée dans la période 1518, conservée au Musée du Louvre, Paris. Le tableau est daté et signé sur la bordure de la tunique « RAPHAEL URBINAS.MD XVIII » dans la période romaine de l'artiste.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'œuvre a été commanditée en 1518 par le pape Léon X (Jean de Médicis) pour être offert à François Ier, roi de France, à l'occasion du mariage de Laurent de Médicis, neveu du pape, avec Madeleine de la Tour d'Auvergne[1].

Un contemporain de Raphaël, Sebastiano di Venezia, a écrit à Michel-Ange en juillet 1518 pour se plaindre de la coloration du tableau et du contraste exagéré entre les deux parties[2].

Le travail serait de la main de Giulio Romano, qui, selon l'historien de l'art, Eugene Muntz avait tendance à forcer sur l'utilisation du noir afin d' « obtenir un effet plus puissant »[2]. Afin de corriger les problèmes de coloration, la peinture fut restaurée en 1530 par Le Primatice[2],[3]. Après une restauration supplémentaire en 1685, il a été transféré sur une toile en 1753.

Les premières informations concernant cette œuvre la situent à Fontainebleau puis dans le Cabinet du Roi au Louvre, aux Tuileries et à Versailles (Chambre du Roi).

Le Grand saint Michel devient le symbole de la puissance royale.

Un peu plus d'une décennie auparavant (1505), Raphaël avait réalisé le Petit saint Michel dont le combat oppose l'archange à un dragon (31 × 26 cm), tableau conservé également au Musée du Louvre.

Thème[modifier | modifier le code]

Le combat de l'archange saint Michel contre le Démon est évoqué dans l'Apocalypse de saint Jean (12-7). À l'issue de la lutte de l'archange contre les anges rebelles, le Démon est terrassé et précipité sur la Terre.

Dans cette œuvre, le thème de l'archange puissant et d'une grande beauté face au monstre d'une grande laideur (représentant symboliquement les ennemis de l'Église, il peut être figuré en dragon) est une flatterie à l'égard de l'Ordre de Saint-Michel, dont le roi était grand-maître et dont l'existence était le gage de l'union de la France et de l'Église, renouvelée à cette date afin de lutter contre les Turcs.

Description[modifier | modifier le code]

Au centre du tableau l'archange saint Michel, est debout en équilibre sur sa jambe droite posée sur le dos du démon prostré au bas du tableau ; l'archange qui porte une armure antique pointe sa lance, tenue des deux mains, vers le démon équipé d'étranges cornes et des ailes en peau de serpent : il se trouve la partie basse du tableau dans une zone brune de rochers alors que l'archange a, en arrière-plan, un ciel bleu clair et un vaste paysage de collines et de lacs.

Analyse[modifier | modifier le code]

Le tableau représente l'archange Michel (chef des milices célestes) dans le combat contre le démon (les ennemis de l'Église) devant un vaste paysage peut-être une allusion à la devise de l'ordre de saint Michel « Immensi tremor oceani ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le tableau fait partie des envois diplomatiques de 1518 destinés à resserrer les liens entre la France et la papauté
  2. a, b et c (en) Eugene Muntz, Raphael: His Life, Works, and Times p. 431, accès du 26 juin 2010, date, mai 2005 (original 1888)|publication,Kessinger Publishing (ISBN 9780766193963)
  3. (en) John Denison Champlin, Charles Callahan Perkins, Cyclopedia of painters and paintings date d'aacès 26 juin 2010, 1913, publication C. Scribner's sons, p. 258

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]