La Gioconda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le tableau de Léonard de Vinci, voir La Joconde.

La Gioconda[1] est un opéra en quatre actes d'Amilcare Ponchielli, livret d'Arrigo Boito d'après Angelo, tyran de Padoue de Victor Hugo, créé au Teatro alla Scala de Milan le 8 avril 1876.

Personnages[modifier | modifier le code]

Argument[modifier | modifier le code]

L'action se déroule à Venise au XVIIe siècle.

Enzo Grimaldi, un noble banni de Venise, revient déguisé en marin. Il est aimé par la cantatrice Gioconda, mais aime Laura, la femme du grand conseiller Alvise. Barnaba, un espion qui désire Gioconda mais qu'elle repousse, reconnait Enzo et le dénonce au conseil.

Enzo et Laura se rencontrent secrètement à bord de son navire. Gioconda les surpend mais reconnaissant en Laura celle qui avait sauvé sa mère aveugle, La Cieca, injustement accusée de sorcellerie par Barnaba, elle les avertit de l'arrivée prochaine de ce dernier pour les arrêter. Laura s'échappe et Enzo met le feu à son navire avant de s'enfuir avec Gioconda.

Alvise, ayant découvert la liaison de sa femme, la contraint à prendre un poison, mais Gioconda y substitue un somnifère et réussit à la transporter chez elle, où Enzo doit la retrouver. Pour les sauver, Gioconda promet à Barnaba de se donner à lui. Une fois Enzo et Laura enfuis, Gioconda prend le poison qui était destiné à Laura. Lorsque Barnaba arrive pour toucher sa « récompense », il la trouve agonisante ; furieux et dans un dernier geste de vengeance, il lui dit à l'oreille qu'il a fait noyer sa mère La Cieca, mais en vain : Gioconda est déjà morte.

Analyse[modifier | modifier le code]

Le même sujet avait déjà été traité par Saverio Mercadante dans son opéra Il Giuramento (1837). Boito a profondément transformé la trame de Hugo pour la rendre conforme au schéma fixé par Verdi depuis la moitié du XIXe siècle. La Gioconda fait le pont entre le drame romantique verdien (Aida et Otello), auquel il emprunte beaucoup par les mélodies et les structures (le finale du IIIe acte), et le futur opéra vériste puccinien.

C'est l'un des seuls opéras qui offre un rôle d'importance à chacun des six grands types de voix : soprano, mezzo, contralto, ténor, baryton et basse. Il a connu un grand succès et doit encore sa notoriété au grand aria pour soprano Suicidio et à son ballet, la Danse des heures, dont Walt Disney s'inspira dans son long-métrage d'animation Fantasia en 1940.

Les plus grands artistes lyriques du XXe siècle s'y sont illustrés, de Maria Callas (qui a enregistré le rôle deux fois) à Montserrat Caballé ou Renata Tebaldi pour le rôle de Gioconda, Giuseppe di Stefano ou Mario del Monaco pour celui d'Enzo, Giulietta Simionato, Ebe Stignani et Fiorenza Cossotto dans Laura, etc.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Mancini et Jean-Jacques Rouveroux, Le Guide de l'opéra, Fayard, 1986 (ISBN 2-213-01563-5).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Litt. « la joyeuse »
  2. Litt. « l'aveugle »