Ettore Bastianini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ettore Bastianini

Naissance 24 septembre 1922
Sienne, Drapeau de l'Italie Italie
Décès 25 janvier 1967
Sirmione, Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale artiste lyrique
baryton (voix)
Style Opéra

Ettore Bastianini (né à Sienne le 24 septembre 1922 et mort à Sirmione le 25 janvier 1967) commença sa carrière comme basse chantante à Ravenne en 1945 dans le rôle de Colline de la Bohème de Puccini. Au début, il eut beaucoup de mal à trouver dans quelle tessiture se situait sa voix. Son professeur, Ricciana Bettarini lui assurera une formation de baryton.

Bastianini a suscité sa première interprétation internationale lors d'un voyage avec une troupe italienne au Caire durant l'hiver 1947. Ettore chanta Rigoletto, le Barbier de Séville et Lucia di Lammermoor de Donizetti. Il revint en Italie pour y donner quelques concerts à Forlì, Ferrace et Florence. Le 24 avril 1948, il débuta à la Scala de Milan pour y chanter le rôle de Tirésias dans Œdipe roi de Igor Stravinski (livret de Jean Cocteau) aux côtés de Suzanne Danco et Ginno Penno. Il confiait à des amis son souhait d'interpréter le répertoire de baryton qui lui convenait mieux au niveau vocal. Le 17 janvier 1952, il a fait ses débuts dans son nouveau registre dans le rôle de Germont mais sans succès. Après un travail intense, il revint à l'Opéra en juillet et rechanta Germont face à la Violetta de Virginia Zeani à Bologne et ce fut un énorme succès. Il fut engagé immédiatement par le Théâtre de Florence pour y chanter la Dame de Pique de Tchaïkovski.

Invité à Hambourg en 1953, il chanta la même année pour la première fois avec Maria Callas à Florence Lucia di Lammermoor, puis interpréta le Barbier de Séville, le prince Andrei dans Guerre et Paix de Prokofiev. Bastianini est, enfin, félicité pour son magnifique timbre de voix.

Il revint à la Scala de Milan pour y chanter Eugène Onéguine de Tchaïkovski. Tous les grands rôles lui sont ouverts : Germont dans la Traviata, le Conte di Luna dans Le Trouvère, Marcello dans La Bohème, Gérard dans André Chénier de Umberto Giordano, Enrico dans Lucia di Lammermoor, Amonasro dans Aida , Rodrigo dans Don Carlos, Renato dans Un bal masqué, Severo dans Poliuto de Gaetano Donizetti.

Un magnifique Germont de la Traviata est resté inoubliable lors de cette soirée du 28 mai 1955 aux côtés de Maria Callas et de Giuseppe Di Stefano à la Scala de Milan sous la direction de Giulini. Les trois solistes sont, ce soir-là, au sommet de leur art et offrent des moments inégalables gravés sur un disque live (Cetra LO 028 2LP) et réédité en CD. Le 7 décembre 1957, il interpréta un Bal Masqué avec Maria Callas, Giuseppe Di Stefano et Giulietta Simionato. Au cours de cette soirée, Bastianini a donné des performances vocales superbes et l'ovation du public fut énorme.

Il a participé à de nombreux enregistrements d'opéras de Verdi avec Renata Tebaldi, Callas… On remarquera un Rigoletto extraordinaire avec Renata Scotto et Alfredo Kraus, un impressionnant Iago enregistré avec Jon Vickers en Otello.

Malheureusement sa carrière, qui faisait de lui un véritable baryton verdien, fut tragiquement interrompue en raison d'un cancer du larynx, diagnostiqué aux États-Unis en 1961 ; il luttera durant les cinq dernières années de sa vie avec une énergie farouche pour s'éteindre à l'âge de 44 ans le 25 janvier 1967 à Sirmione des suites de sa maladie, qui avait métastasé au cerveau. Il repose à Sienne, sa ville qu'il aimait tant, et dont une rue porte son nom, au cœur de la "contrada della Pantera" où il était né. En 1963 il avait remporté, en tant que capitaine, le célèbre "Palio di Siena".

À signaler cette scène de l'acte III de La Force du destin de Verdi avec Mario Del Monaco dans le rôle d'Alvaro et Bastianini dans celui de Carlo où, au cours d'une bataille, Carlo sauve l'un des combattants - Alvaro - et signe un pacte de fraternité avec Alvaro. Celui-ci lui remet un portrait en lui demandant de le détruire, tout ceci dans un duo superbe réunissant le « fort ténor » qu'était Mario del Monaco à Bastianini.

Liens externes[modifier | modifier le code]