Joas (Juda)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joas.
Joas
Joas, d'après le Promptuarii Iconum Insigniorum (1553)
Joas, d'après le Promptuarii Iconum Insigniorum (1553)
Titre
Roi de Juda
-835-796
Prédécesseur Athalie, sa grand-mère
Successeur Amasias, son fils
Biographie
Dynastie Maison de David
Date de naissance vers -884
Lieu de naissance Jérusalem
Date de décès -796
Nature du décès Assassiné
Sépulture Ville de David
Père Ochozias
Mère Tsibya
Conjoint Joaddan
Enfant(s) Amasias
Religion Judaïsme
Résidence Palais royal de Jérusalem
Rois d'Israël contemporains : Jéhu, Joachaz, Joas

Selon la Bible, Joas ou Jehoash (en hébreu יְהוֹאָשׁ (Yehôʾāsh) : « Donné par le Seigneur » ou יוֹאָשׁ (Yôʾāsh)[1],[Note 1], en grec ᾿Ιωὰς (Ioas)[2], en latin Ioas[3]), fils d'Ochozias, a été roi de Juda durant 40 ans, à la fin du IXe siècle av. J.-C. et au début du VIIIe siècle av. J.-C., après la chute d'Athalie.

Il ne doit pas être confondu avec Joas, roi d'Israël, d'autant que les règnes des deux Joas se chevauchent.

Biographie[modifier | modifier le code]

La seule source explicite dont on dispose sur Joas est la Bible[4].

Joas était le fils d'Ochozias et d'une femme nommée Tsibya, originaire de Beersheba[5]. La mère de son fils et successeur Amasias s'appelait Joaddan et était originaire de Jérusalem[6] : il est probable qu'elle soit une des deux épouses qui, selon le Chroniste[Note 2], lui donnèrent une descendance[7].

Accession au trône et action de Joad[modifier | modifier le code]

Après la mort de son père Ochozias et alors qu'il n'était encore qu'un nourrisson, sa tante Josheba sauva Joas du massacre général de sa famille ordonné par Athalie en le cachant, avec sa nourrice, dans le temple de Salomon ; il fut ainsi, semble-t-il, le seul survivant de tous les descendants de David[8].

Son oncle, le Grand Prêtre Joad, époux de Josheba, le présenta au peuple quand il avait sept ans, le couronna, l'oignit et le fit proclamer roi. Athalie fut prise au dépourvu quand elle entendit le peuple crier : « Vive le roi ! » ; elle se montra dans le Temple pour combattre ce coup d'État mais Joad ordonna qu'on l'en expulsât et qu'on la mît à mort au palais royal[9]. Puis il fit renouveler l'alliance avec Dieu, tuer Matthan, prêtre de Baal, et amener l'enfant au trône.

Règne personnel[modifier | modifier le code]

Tant que vécut Joad, Joas resta fidèle à Dieu et à la Loi. Il organisa la collecte de fonds pour restaurer le Temple de Salomon, endommagé et appauvri sous le règne d'Athalie[10]. Alors qu'il avait d'abord chargé les prêtres et lévites de la collecte, confronté à la lenteur de ceux-ci, il les déchargea de cette mission et fit placer un tronc à l'entrée du Temple, ce qui permit de financer la restauration.

Mais selon le Chroniste, après la mort de son bienfaiteur, Joas se détourna de l'influence sacerdotale, ce qui provoqua dans le peuple un relâchement religieux (délaissement du Temple, culte des idoles). Zacharie, fils de Joad, transmit au peuple et au roi les remontrances divines, mais il fut exécuté sur l'ordre de Joas[11].

Joas fut ensuite confronté à une attaque araméenne, et se vit contraint de verser à Aram un tribut.
Selon le Livre des Rois, il versa à Hazaël, roi de Damas, les trésors du Temple et du palais amassés depuis Josaphat, pour qu'Aram renonce à attaquer Jérusalem[12].
Mais selon le Chroniste, l'armée araméenne, pourtant inférieure en nombre, vainquit l'armée de Joas et extermina les officiers de Juda. Le Chroniste présente l'attaque araméenne comme un châtiment divin suite à l'infidélité religieuse du peuple et du roi[13]. Il mentionne aussi un tribut imposé à Joas, mais sans le lier à l'attaque araméenne[14].

Affaibli par cette attaque, Joas fut victime d'un complot entre ses serviteurs et/ou ses officiers, qui l'assassinèrent[15]. Selon le Chroniste, il le tuèrent pour venger Zacharie, accomplissant ainsi les dernières paroles de ce dernier[16]. Il fut enterré dans la Ville de David[17].

Mentions postérieures[modifier | modifier le code]

Littérature rabbinique[modifier | modifier le code]

L'extermination de la descendance mâle de David était considérée comme la rétribution divine pour la responsabilité de David dans l'extermination des prêtres par Doëg l'Édomite sur ordre de Saül. Joas a échappé à la mort comme le prêtre Abiathar avait survécu[18]. Joas était caché, selon Eléazar ben Azarya, dans une des chambres derrière le Saint des Saints, ou, selon Samuel ben Nahman, une des chambres supérieures du Temple[19].

Bien qu'un fils de roi n'ait pas besoin de recevoir l'onction, il fut fait exception dans le cas de Joas, comme pour Salomon et Sédécias, chacun d'entre eux étant contesté[20]. Il est fait mention, en particulier, de la couronne placée sur la tête de Joas, ajustée exactement au chef royal, montrant ainsi que Joas était apte à régner[21].

Joas fut assassiné par deux de ses serviteurs, dont l'un était fils d'un ammonite et l'autre d'une moabite[22], car Dieu avait dit : « Que les descendants des deux familles ingrates punissent Joas l'ingrat »[23]. Ironiquement, Moab et Ammon étaient les deux fruits des amours incestueuses de Loth et de ses filles[24].

Autres[modifier | modifier le code]

Il est un des quatre rois omis par la généalogie de Jésus selon Matthieu[25], les trois autres étant Ochozias, Amasias et Joachim. Par le biais du meurtre de Zacharie, on fait cependant allusion à lui en Matthieu 23,35, ce meurtre étant le dernier qui soit raconté dans la Bible hébraïque[26].

La tragédie Athalie de Racine, librement inspirée des récits bibliques, raconte l'avènement de Joas.

En 2001 fut publiée une inscription de provenance non indiquée, connue sous le nom d'Inscription du Temple, qui avait l'air d'être un procès-verbal de réparations faites au Temple de Salomon pendant le règne de Joas. Après des expertises scientifiques poussées, les autorités archéologiques israéliennes ont déclaré qu'il s'agissait d'un faux et ont engagé des poursuites contre l'auteur.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Comme toutes les dates concernant les personnages et épisodes bibliques, celles-ci peuvent faire l'objet de débats entre exégètes.

Joas aurait régné de -837 à -800 (Albright[27]), de -835 à -796 (Thiele[28]), ou de -842 à -802 (Galil[29]).

Albright et Thiele supposent que les années du règne de Joas sont décomptées à partir de la chute d'Athalie[Note 3]. Selon Galil, au contraire, l'histoire d'Athalie et de Joas ayant été écrite par les vainqueurs, proches du milieu sacerdotal, il est peu probable qu'ils aient compté les années de règne de Joas à partir de la chute d'Athalie, ce qui aurait revenu à reconnaître Athalie comme légitime[30]. Galil propose donc de faire débuter les quarante années de règne de Joas à la mort de son père Ochozias.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En hébreu, Joas est nommé alternativement Yoash et Yehoash dans tout le Deuxième livre des Rois. Il est toujours nommé Yoash dans les Livres des Chroniques.
  2. On appelle « Chroniste » l'auteur des deux Livres des Chroniques.
  3. Selon Thiele, Joas est le dernier roi de Juda dont les années de règne soient décomptées selon la méthode de non-accession.

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Jehoash of Judah » (voir la liste des auteurs)
  • Attention, dans le chapitre XII du 2e Livre des Rois, il peut y avoir un décalage d'un verset entre les diverses traductions de la Bible. La numérotation utilisée ici est celle qu'on trouve dans la traduction Segond telle qu'elle est dans Wikisource. La traduction Crampon ne suit pas la même numérotation.
  1. Bible en hébreu
  2. Site internet Myriobyblos (Bible en grec)
  3. Site internet Biblos.com
  4. Dans la Bible, la vie et le règne de Joas sont racontés en 2 Rois 11–12 et en 2 Chroniques 22,10–24,27 . Joas, roi de Juda, y est aussi mentionné en 2 Rois 13,1.10, et en 2 Rois 14,1.3.13.17.23 ; ainsi qu'en 1 Chroniques 3,11 et en 2 Chroniques 25,23.25.
  5. 2 Rois 12,1
  6. 2 Rois 14,2 et 2 Chroniques 25,1
  7. 2 Chroniques 24,3
  8. 2 Rois 11,1–3 et 2 Chroniques 22,10–12
  9. 2 Rois 11
  10. Seul le Chroniste l'affirme explicitement (2 Chroniques 24,7).
  11. 2 Chroniques 24,17–22
  12. 2 Rois 12,17–18
  13. 2 Chroniques 24,23–24
  14. 2 Chroniques 24,27
  15. 2 Rois 12,20–21 et 2 Chroniques 24,24–26
  16. 2 Chroniques 24,25, en lien avec 2 Chroniques 24,22
  17. 2 Rois 12,21
  18. Sanh. 95b (traduction anglaise) - Cf. 1 Samuel 22,17–23
  19. Cantique Rabba I, 68
  20. Lévitique Rabba X, 8 : « Un roi fils de roi n'est pas oint. Pourquoi dans ce cas a-t-on oint Salomon ? A cause d'Adonias. Pourquoi Joas ? A cause d'Athalie »
  21. Ab. Zarah 44a - Cf. 2 Rois 11,12
  22. 2 Chroniques 24,26
  23. Yalk., Ex. 262
  24. Genèse 19,30–38
  25. Matthieu 1,8
  26. La Bible de Jérusalem, Éd. du Cerf,‎ 2009 (ISBN 978-2-204-06063-9), p. 1718, note e concernant Matthieu 23,35
  27. (en) William F. Albright, « The Chronology of the Divided Monarchy of Israel », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, no 100,‎ 1945
  28. (en) Edwin R. Thiele, The Mysterious Numbers of the Hebrew Kings, Kregel Academic,‎ 1994, 256 p. (ISBN 0-8254-3825-X, lire en ligne), p. 215 ; 217-218
  29. (en) Gershon Galil, The Chronology of the Kings of Israel & Judah, Brill,‎ 1996, 180 p. (ISBN 90-04-10611-1, lire en ligne)
  30. G. Galil, op. cit., p. 47-48

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]