Peqah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peqah
Peqah, d'après le Promptuarii Iconum Insigniorum (1553)
Peqah, d'après le Promptuarii Iconum Insigniorum (1553)
Titre
Roi d'Israël
-740-732[1]
Prédécesseur Peqahya, qu'il a assassiné
Successeur Osée, son assassin
Biographie
Dynastie Maison de Peqah
Date de décès -732
Nature du décès Assassinat
Père Remalyahu
Résidence Palais royal de Samarie
Rois de Juda contemporains : Ozias, Jotham, Achaz

Peqah (hébreu : פקח, Pẹqaḥ; « aux yeux ouverts »; latin : Phacee), fils de Remalyahu (ou Rémalieh)[2], est roi d’Israël pendant environ 5 ans au VIIIe siècle av. J.-C.

Présentation[modifier | modifier le code]

Peqah (ou Pekkakh ou Phacée), général du roi d'Israël Peqahya, assassine son souverain et monte sur le trône à sa place. Il règne depuis Samarie.

Il se reconnaît vassal de Rézôn II, roi de Damas, et les deux rois réunis attaquent Achaz, roi de Juda. Ce dernier se tourne vers le roi d'Assyrie Teglath-Phalasar III, auquel il donna tout l'or du temple de Salomon pour obtenir son secours. Teglath-Phalasar III prend à Peqah les villes de Galaad et de la Galilée ainsi que le territoire de la tribu de Naphtali, et en transporte la population en Assyrie vers -734. Peqah conserve le pays de Samarie, qu'il gouverne sous la suzeraineté du vainqueur. Il est assassiné vers -732 par Osée, fils d'Ela, qui lui succède[2].

Il règne de -737 à -732 selon William F. Albright ou de -740 à -732 selon Edwin R. Thiele[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Thiele. Comme de nombreuses dates concernant les personnages bibliques de cette époque, celles-ci sont approximatives, et peuvent faire l'objet de débats entre exégètes. Cf. Rois de Juda
  2. a et b Encyclopédie Larousse du XXe siècle, Paris, 1932
  3. Edwin Thiele, The Mysterious Numbers of the Hebrew Kings, (1st ed.; New York: Macmillan, 1951; 2d ed.; Grand Rapids: Eerdmans, 1965; 3rd ed.; Grand Rapids: Zondervan/Kregel, 1983). ISBN 0-8254-3825-X, 9780825438257. p 217

Voir aussi[modifier | modifier le code]