Ochozias (Juda)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ochozias.
Ochozias
Ochozias, d'après le Promptuarii Iconum Insigniorum (1553)
Ochozias, d'après le Promptuarii Iconum Insigniorum (1553)
Titre
Roi de Juda
-863-841[1]
Prédécesseur Joram, son père
Successeur Athalie, sa mère
Biographie
Dynastie Maison de David
Date de décès -841
Lieu de décès Megiddo
Nature du décès Mortellement blessé[2] ou assassiné[3]
Père Joram
Mère Athalie
Fratrie Josheba
Conjoint Tsibya
Enfant(s) Joas
Religion Culte de Baal
Résidence Palais royal de Jérusalem
Rois d'Israël contemporains : Joram, Jéhu

Selon la Bible, Ochozias ou Achazia (en hébreu אֲחַזְיָהוּ (’Aḥazyāhû)[4], en grec ᾿Οχοζίας (Ochozias)[5], en latin Ahazias[6]), fils de Joram et d'Athalie, a été roi de Juda durant un an, au milieu du IXe siècle av. J.-C.. La Bible le présente comme un roi impie.

Il ne doit pas être confondu avec son parent Ochozias, roi d'Israël.

Nom et traductions[modifier | modifier le code]

Dans le texte en hébreu et dans la Vulgate, le fils et successeur de Joram sur le trône de Juda est appelé principalement Achazia. Mais il est aussi nommé Joachaz (יְהוֹאָחָז (Yehô’āḥāz) en hébreu) en 2 Chroniques 21,17 et en 2 Chroniques 25,23[Note 1], et Azaria (עֲזַרְיָהוּ (ʿAzaryāhû) en hébreu) en 2 Chroniques 22,6[4].
Dans la Septante, il est nommé Ochozias, sauf en 2 Chroniques 25,23, où il est nommé Joachaz (᾿Ιωάχαζ (Iôachaz)) comme en hébreu[5].
Les traductions en langues vernaculaires suivent tantôt l'hébreu, tantôt le grec. Certaines l'appellent uniquement Ochozias ou Achazia.

Biographie[modifier | modifier le code]

On dispose de deux sources explicites concernant Ochozias : la Bible[7] et la stèle de Tel Dan (voir infra).

Source biblique[modifier | modifier le code]

Ochozias est le fils de Joram, descendant du roi David, et d'Athalie, de la maison israélite d'Omri. Selon le Chroniste[Note 2], sous le règne de son père, des envahisseurs philistins et arabes massacrèrent ses frères, tous plus âgés que lui. La mère de son fils Joas s'appelait Tsibya, et était originaire de Beersheba[8] : on peut supposer qu'elle était son épouse.

Il accéda au trône à l'âge de 22 ans[Note 3]. Sa mère et sa famille maternelle semblent avoir eu une certaine influence sur lui. Il maintint l'alliance avec Israël qui avait été conclue lors du mariage de ses parents, et favorisa le culte de Baal.

Il rejoignit son parent Joram, roi d'Israël, dans une expédition contre Hazaël, roi de Damas, mais ils furent battus. Joram, blessé dans la bataille de Ramoth en Galaad, se retira à Yizréel pour y être soigné. Lorsque Ochozias vint pour lui rendre visite, il fut pris dans la révolution de palais durant laquelle Jéhu prit le pouvoir et mit à mort Joram. Selon le Deuxième livre des Rois, Ochozias fuit, mais il fut blessé et parvint à Megiddo, où il mourut, et d'où ses serviteurs transportèrent son corps à Jérusalem pour y être inhumé avec ses ancêtres[9]. Mais selon le Chroniste, Ochozias s'enfuit à Samarie, où il fut capturé et où Jéhu lui-même l'exécuta ; il ne put être enterré à Jérusalem qu'en mémoire des mérites de son grand-père Josaphat[10].

Mentions postérieures[modifier | modifier le code]

Le décès d'Ochozias fut accompagné du massacre de toute sa famille[Note 4], par Jéhu[11] et par sa mère Athalie, qui lui succéda[12]. Seul Joas fut sauvé par Josheba, sœur d'Ochozias, et régna après Athalie.

Ochozias est un des seuls rois de Juda qui soit omis dans la généalogie de Jésus selon Matthieu[13].

Source archéologique[modifier | modifier le code]

Le nom d'Ochozias sur la stèle de Tel Dan

Il est généralement admis que le nom d'Ochozias apparaît partiellement sur la stèle de Tel Dan, datée du VIIIe ou IXe siècle av. J.-C. (avant -733) et découverte en 1993 et 1994.[réf. nécessaire]

L'auteur de l'inscription sur cette stèle a affirmé avoir tué un roi « de la maison de David » et un roi d'Israël, vraisemblablement Ochozias et Joram. L'auteur le plus probable de ce monument est le roi araméen Hazaël. Or selon la Bible, ces deux rois ont été tués par Jéhu, même si ce coup d'état eut lieu dans lors d'une guerre entre eux et Hazaël. Mais, bien que l'inscription soit un témoignage contemporain de cette époque, il est possible que, pour diverses raisons, un roi se soit attribué cette victoire. Aujourd'hui on ne sait pas si c'est Jéhu qui a tué les deux rois, comme la Bible le rapporte, ou Hazaël.[réf. nécessaire]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses dates concernant les personnages bibliques de cette époque, celles-ci sont approximatives, et peuvent faire l'objet de débats entre exégètes.

Ochozias aurait régné en -842 (Albright[14]), en -841 (Thiele[15]), ou de -843 à -842 (Galil[16]).

Leslie McFall a suggéré une corégence entre Ochozias et son père Joram[17], due à la maladie de ce dernier, contractée un an avant sa mort[18]. Cette hypothèse est cohérente avec la gravité de la maladie de Joram, et expliquerait la contradiction entre 2 Rois 8,25 et 2 Rois 9,29. Selon la première de ces références, le règne d'Ochozias aurait débuté la douzième année du règne de Joram, quand la deuxième le fait débuter la onzième année du même règne. La première référence renverrait donc au début du règne solitaire, et la deuxième au début de la corégence. De son côté, Edwin Thiele explique cette contradiction par un changement de méthode de calcul des durées de règne dans le royaume de Juda[Note 5]. L'hypothèse de McFall amènerait à réduire à quelques mois la durée de règne solitaire d'Ochozias.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 2 Chroniques 25,23, Ochozias est mentionné sous le nom de Joachaz comme père de Joas, et le grand-père d'Amasias, rois de Juda ; or le roi d'Israël contemporain d'Amasias s'appelle aussi Joas et est fils et successeur de Joachaz : il s'agit donc vraisemblablement d'une confusion.
  2. On appelle « Chroniste » l'auteur des deux Livres des Chroniques.
  3. Lors de son accession au trône, il était âgé de 22 ans selon 2 Rois 8,26, mais de 42 ans selon 2 Chroniques 22,2. Cette dernière donnée est cependant incompatible avec celles concernant son père : celui-ci, qui régna au maximum 13 ans, est lui-même monté sur le trône à l'âge de 32 ans. Son père étant donc décédé au plus tard à l'âge de 45 ans, Ochozias n'a pu lui succéder à l'âge de 42 ans.
  4. A l'exception notable, bien sûr, de sa mère. Les différents passages sont peu cohérents les uns avec les autres quant aux auteurs et aux victimes des massacres : voir les références, ainsi que 2 Chroniques 21,17.
  5. Voir la chronologie du règne de Joram.

Références[modifier | modifier le code]

Attention, dans le chapitre XII du 2e Livre des Rois, il peut y avoir un décalage d'un verset entre les diverses traductions de la Bible. La numérotation utilisée ici est celle qu'on trouve dans la traduction Segond telle qu'elle est dans Wikisource. La traduction Crampon ne suit pas la même numérotation.

  1. Selon Thiele. Comme de nombreuses dates concernant les personnages bibliques de cette époque, celles-ci sont approximatives, et peuvent faire l'objet de débats entre exégètes. Cf. Rois de Juda
  2. 2 Rois 9,27–29
  3. 2 Chroniques 22,6b–9
  4. a et b Bible en hébreu
  5. a et b Site internet Myriobyblos (Bible en grec)
  6. Site internet Biblos.com
  7. Dans la Bible, la vie d'Ochozias est racontée en 2 Rois 8,24–29 et en 2 Rois 9,16–29 , ainsi qu'en 2 Chroniques 21,17 et en 2 Chroniques 22,1–9 . Ochozias y est aussi mentionné en 2 Rois 10,13, en 2 Rois 11,1–2 , en 2 Rois 12,18, en 2 Rois 13,1 et en 2 Rois 14,13 ; ainsi qu'en 1 Chroniques 3,11, en 2 Chroniques 22,10–11 , et en 2 Chroniques 25,23.
  8. 2 Rois 12,1
  9. 2 Rois 9,22–28
  10. 2 Chroniques 22,5–9
  11. 2 Rois 10,12–14 et 2 Chroniques 22,8
  12. 2 Rois 11,1–2 et 2 Chroniques 22,10–11
  13. Matthieu 1,2–16
  14. (en) William F. Albright, « The Chronology of the Divided Monarchy of Israel », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, no 100,‎ 1945
  15. (en) Edwin R. Thiele, The Mysterious Numbers of the Hebrew Kings, Kregel Academic,‎ 1994, 256 p. (ISBN 0-8254-3825-X, lire en ligne), p. 83-87 ; 215 ; 217-218
  16. (en) Gershon Galil, The Chronology of the Kings of Israel & Judah, Brill,‎ 1996, 180 p. (ISBN 90-04-10611-1, lire en ligne)
  17. (en) Leslie McFall, « A Translation Guide to the Chronological Data in Kings and Chronicles », Bibliotheca Sacra, vol. 148,‎ 1991, p. 3-45 (lire en ligne)
  18. 2 Chroniques 21,18–19

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]