Jéroboam Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jéroboam.
Jéroboam Ier
Jéroboam Ier idolâtre le veau d'or
Jéroboam Ier idolâtre le veau d'or
Titre
Roi d'Israël
-931-910[1]
Prédécesseur Salomon
Successeur Nadab, son fils
Biographie
Dynastie Maison de Jéroboam
Date de décès -910
Nature du décès Mort naturelle
Père Nebath
Mère Tserua
Enfant(s) Nadab
Entourage Prophète Achija de Silo
Religion Culte du veau d'or
Résidence Sichem
Phanuel
Roi de Juda contemporain : Roboam, Abijam, Asa

Jéroboam Ier (hébreu : יָרָבְעָם) est le fondateur du royaume d'Israël du nord et le premier roi d'Israël de -931 à -910, après le schisme mettant fin à la monarchie unifiée d'Israël.

Présentation[modifier | modifier le code]

Selon la Bible, Jéroboam sert à l'origine comme officier à la cour du roi Salomon[2]. Le prophète Achija de Silo lui annonce qu'après la mort de Salomon, le Dieu d'Israël lui donnera dix tribus à gouverner, et n'en laissera que deux à Roboam, le fils de Salomon (I Rois, XI, 29). Jéroboam s'enfuit en Égypte à la suite d'un complot dans lequel il est impliqué[2]. Il y épouse la belle-sœur du pharaon Sésac (ou Scheschouq) et y demeure caché jusqu'à la mort de Salomon[3].

Dans la Bible[modifier | modifier le code]

Son règne est évoqué dans le Premier livre des Rois.

Il est à la fois responsable d'un schisme politique et religieux entre le royaume d'Israël et le royaume de Juda. Il règne pendant 22 ans.

Règne[modifier | modifier le code]

Le jour où Roboam se rend à la cité de Sichem pour se faire proclamer roi et succéder à son père, Jéroboam le rejoint avec le peuple d'Israël et demande au nouveau roi d'être moins dur que son père. Après trois jours de délibération, Roboam refuse et déclare qu'il sera plus sévère encore[3].

Alors dix tribus d'Israël[4] se révoltent contre Roboam et sacrent Jéroboam nouveau roi d'Israël. Les deux tribus restantes, la tribu de Juda et la tribu de Benjamin, restent fidèles à Roboam et constituent ce que l'on appelle le royaume de Juda. Jéroboam choisit pour son nouveau royaume deux capitale, Sichem et Phanuel[3].

Mais au schisme politique s'ajoute un schisme religieux. Le principal lieu de culte des sujets de Jéroboam étant resté à Jérusalem, la capitale du royaume de Juda, Jéroboam fait ériger à Dan et Béthel, aux deux extrémités de son royaume, des veaux d'or, qu'il fait mettre en place en tant que symboles de Dieu[3].

Craignant que son peuple ne migre vers le sud[2], Jéroboam organise un nouveau sacerdoce et enjoint la population à ne plus aller au culte au temple de Salomon, mais plutôt de se convertir à l'idolâtrie et d'apporter des offrandes aux sanctuaires qu'il vient d'ériger, renforçant ainsi l'indépendance politique du royaume d’Israël vis-à-vis de Jérusalem, du Temple et des prêtres. Cette politique sera ensuite suivie par presque tous les rois d’Israël[3].

Un jour, alors que Jéroboam brûle des offrandes sur l'autel de Béthel, le prophète Ahia lui annonce que pour sa punition, Dieu ne laissera pas le royaume d'Israël à sa postérité et que Josias, futur roi de Juda, éradiquera ce culte des idoles. Jéroboam continue jusqu'à sa mort malgré cet avertissement. Son fils Nadab lui succéde[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Thiele. Comme de nombreuses dates concernant les personnages bibliques de cette époque, celles-ci sont approximatives, et peuvent faire l'objet de débats entre exégètes. Cf. Rois de Juda
  2. a, b et c Histoire visuelle de la Bible, National Geographic, Les Nouveaux Essentiels,‎ octobre 2013, 512 p. (ISBN 9782822900331)
  3. a, b, c, d, e et f Encyclopédie Larousse du XXe siècle, Paris, 1932
  4. Les tribus de Ruben, Siméon, Issacar, Zabulon, Dan, Nephthali, Gad, Asher, les deux demi-tribus issues de Joseph : Manassé et Éphraïm, et une partie de la Tribu de Lévi (tribu sacerdotale sans territoire).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :