Temple de Salomon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Temple de Jérusalem.
Temple de Salomon
Premier Temple de Jérusalem
בית המקדש
Jerusalem temple4.jpg

Représentation 3D du Temple

Présentation
Construction
Démolition
Commanditaire
Destination initiale
Centre culturel et spirituel du judaïsme
Sacrifices (korban)
Géographie
Pays
Région
Commune
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Israël
voir sur la carte d’Israël
Red pog.svg

Le Temple de Salomon (héb. : בית המקדש, translit. Beit HaMiqdash, « Maison de la sanctification »), également connu sous la dénomination de Premier Temple, fut, selon la Bible, le premier temple juif de Jérusalem, construit par le roi Salomon.

Sa construction fait l'objet, dans la Bible hébraïque, des chapitres 6 à 8 du premier livre des Rois et des chapitres 3 à 5 du deuxième livre des Chroniques. C'était un foyer de la vie religieuse et culturelle, et le lieu des sacrifices décrits dans la Torah sous le nom de korbanot. La Bible situe son achèvement vers le Xe siècle av. J.-C., et sa destruction par les Babyloniens en -587. Il abritait l'arche d'alliance et était couvert d'or provenant d'Ophir.

Le temple de Salomon aurait été construit dans la partie est de l'actuelle Vieille ville de Jérusalem, dans le secteur de l'Esplanade des mosquées. La partie la plus haute de l'édifice, aujourd'hui couverte par « le Dôme du Rocher » peut avoir été le sanctuaire intérieur.

Le compagnonnage et la franc-maçonnerie intègrent dans leurs rituels de nombreuses références au Temple de Salomon : le temple maçonnique en est parfois vu comme une reproduction symbolique.

Histoire selon la Bible[modifier | modifier le code]

Avant le Temple[modifier | modifier le code]

Le premier acte du Roi David en tant que roi d'Israël fut de conquérir Jérusalem (alors appelée « Jébus ») et de la déclarer capitale de son royaume. Cette ville (devenue la « Cité de David ») fut choisie pour sa « neutralité », étant située à mi-chemin des tribus du Nord et du Sud, dont la Bible fait transparaître la rivalité préexistant au schisme. De plus, selon la tradition israélite, c'était sur l'un des monts l'environnant, le mont Moria, qu'Abraham avait offert son fils Isaac en sacrifice à Dieu.

Matériaux de construction[modifier | modifier le code]

Avant sa mort, le Roi David avait rassemblé du matériel pour la construction du Temple en grande abondance sur le sommet du Mont Moria (lieu supposé où Abraham alla donner Isaac en sacrifice à Yahvé) ( 22,14, 29,4, 3,1), où il avait également acheté un terrain à Arona le Jébusite ( 24,21 et suiv.), sur lequel il réalisait des sacrifices.

Destruction[modifier | modifier le code]

Jérusalem, avec son Premier Temple, est détruite par Nabuchodonosor II en -586. Une partie de la population est exilée à Babylone. Mais la Babylonie s’effondre sous l’attaque de Cyrus II, fondateur de l’Empire perse, qui libère les prisonniers en -538 et autorise la reconstruction de l'édifice, donnant ainsi naissance au Second Temple de Jérusalem.

Exégèse biblique[modifier | modifier le code]

Dans les chapitres 6 à 8 du premier livre des Rois[1] qui racontent la construction du temple, l'auteur deutéronomiste écrit le texte alors que le temple est déjà détruit, probablement à l'époque perse et du roi Achaz, la diaspora juive prenant alors Jérusalem comme une direction de prière. Le récit qui suggère une construction par Salomon reflèterait plutôt une rénovation ou un aménagement d’un sanctuaire déjà existant[2].

Ce même passage biblique dans la Septante suggère que Salomon transforme un sanctuaire à ciel ouvert où sont vénérés conjointement probablement le dieu solaire Shamash et le dieu de l’orage YHVH[3].

Archéologie[modifier | modifier le code]

Même si aucun vestige archéologique du temple de Salomon n'a été retrouvé, la plupart des spécialistes estiment qu'il se situait sur la colline au nord de la ville de David, sur l'emplacement de l'actuel mont du Temple/Esplanade des Mosquées[4]. Cependant l'accès à la zone de son implantation supposée est impossible aux archéologues[5]. Seules les fouilles sur d'autres sites (Megiddo, Ai, Arad, Shechem, Beth-Shean ou Hazor) peuvent permettre d'imaginer ce que pouvait être un temple en ce lieu. Selon David Ussishkin, à l'époque de David et Salomon (Xe siècle av. J.-C.), Jérusalem était une petite ville ou un village qui ne pouvait abriter qu'un temple modeste situé sur le mont Moriah[6]. Il est difficile de savoir à partir de quand le temple a pu être construit, voir reconstruit à partir d'un sanctuaire plus ancien. Le plan du temple, tel qu'il est décrit dans le Premier livre des Rois, peut être rapproché de prototypes de temples syriens du IXe siècle av. J.-C.. Israel Finkelstein suggère donc que le temple a pu être édifié à cette époque, peut-être sous l'influence du royaume d'Israël alors en pleine expansion[7].

Sur trois sites, la forteresse d’Arad, Tel Beer Sheva et Lakish, on a constaté que des lieux de culte en activité à l'âge du fer ont été démantelés. Ce phénomène pourrait correspondre à une centralisation du culte au profit du temple de Jérusalem, volonté proclamée dans la Bible à l'époque des rois Ézéchias et Josias. L'interprétation des données archéologiques concernant ces réformes cultuelles ne sont cependant pas sans ambiguïté et l'idée d'une centralisation effective du culte dans le seul temple de Jérusalem reste débattue[8]

Parmi les ostraca d'Arad, l'ostracon 18 en hébreu mentionne la « maison de Yhwh » (byt yhwh). Cette expression fait peut-être référence au temple de Jérusalem[9], à moins qu'il ne s'agisse du temple local de Yahweh[10]. Un article de la Biblical Archaeology Review paru en 1997[11] relate qu'un autre ostracon « récemment apparu sur le marché des antiquités » et daté de l'âge du fer II « semble être un reçu établi à l’occasion d’un don de trois sicles d’argent au Temple de Yahweh ». Cet ostracon pourrait être une autre référence au temple de Salomon, mais une étude de 2005 estime qu'il s'agit d'un faux[12].

Une petite grenade en ivoire a aussi été mise en relation avec le temple de Salomon. Cet objet de 44 mm de haut a été repérée sur le marché des antiquités de Jérusalem en juin 1979 par André Lemaire. Sa provenance est inconnue. Elle porte une inscription fragmentaire en hébreu dont seules neuf lettres sont complètes et trois sont partielles. L'inscription en écriture paléo-hébraïque se lit « לבי...ה קדש כהנם (lby...h qdš khnm) » et peut être reconstituée « לבי[ת יהו]ה קדש כהנם (lby[t YHV]H qdš khnm) », c’est-à-dire « sacré pour les prêtres de la mais[on de Yahwe]h ». Après sa découverte, l'écriture a été datée du VIIIe siècle av. J.-C. par André Lemaire et Nahman Avigad. Elle était considérée comme un objet authentique ayant servi au culte dans le temple de Jérusalem, peut-être pour orner l'extrémité d'un sceptre[9]. Le musée d'Israël l'a acquise en 1988. Des expertises menées par l'autorité des antiquités d'Israël ont cependant conclu en 2004 et 2007 qu'il s'agissait d'un faux. La grenade serait ancienne, probablement de l'âge du bronze récent, mais l'inscription serait un ajout moderne[13],[14],[15]. Ces conclusions restent contestées par André Lemaire[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 1R 6-8 dans la Bible Segond.
  2. (de) Karl Rupprecht (de), Der Tempel von Jerusalem: Gründung Salomos oder jebusitisches Erbe'? Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft (BZAW), 144. Berlin, De Gruyter, 1977, p. 5-15
  3. (de) Othmar Keel (de), « Der salomonische Tempelweihspruch. Beobachtungen zum religions-geschichtlichen Kontext des Ersten Jerusalemer Tempel », in O. Keel et E. Zenger (éd.), Gottesstadt und Gottesgarten. Zur Geschichte und Theologie des Jerusalemer Tempels, Freiburg-Wien-Basel, Herder, 2002, p. 9-22
  4. (en) Israel Finkelstein et Amihai Mazar, The Quest for the Historical Israel : Debating Archaeology and the History of Early Israel, Brill,‎ p. 128
  5. Vaughn et Killebrew 2003, p. 71.
  6. Vaughn et Killebrew 2003, p. 113.
  7. Vaughn et Killebrew 2003, p. 98.
  8. (en) Nadav Na'aman, « The Debated Historicity of Hezekiah’s Reform in Light of Historical and Archaeological Research », dans Ancient Israel’s History and Historiography : The First Temple Period, Eisenbrauns,‎ p. 274-290.
  9. a et b (en) Nahman Avigad, « The Inscribed Pomegranate from the "House of the Lord" », The Biblical Archaeologist, vol. 53, no 3,‎ p. 157-166.
  10. (en) Lester L. Grabbe, Ancient Israel : what do we know and how do we know it?, Londres et New York, T&T Clark,‎ (ISBN 978-0-567-03254-6) p. 151.
  11. (en) Hershel Shanks, « Three Shekels for the Lord, Ancient Inscription Records Gift to Solomon's Temple », Biblical Archaeology Review,‎ .
  12. (en) Yuval Goren, Miryam Bar-Matthews, Avner Ayalon et Bettina Schilman, « Authenticity Examination of Two Iron Age Ostraca from the Moussaieff Collection », Israel Exploration Journal, vol. 55, no 1,‎ p. 21-34.
  13. (en) Yuval Goren, Shmuel Aḥituv, Avner Ayalon, Miryam Bar-Matthews, Uzi Dahari, Michal Dayagi-Mendels, Aaron Demsky et Nadav Levin, « A Re-examination of the Inscribed Pomegranate from the Israel Museum », Israel Exploration Journal, vol. 55, no 1,‎ .
  14. a et b (en) Shmuel Aḥituv, Aaron Demsky, Yuval Goren et André Lemaire, « The Inscribed Pomegranate from the Israel Museum Examined Again », Israel Exploration Journal, vol. 57, no 1,‎ .
  15. Haim Watzman, « La fausse grenade de Salomon », sur http://www.larecherche.fr (consulté le 15 mai 2015).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]