Ifrita de Kowald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ifrita kowaldi

Ifrita kowaldi

Description de cette image, également commentée ci-après

Ifrita de Kowald

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Passeriformes

Famille

Ifritidae
Schodde & Christidis, 2014

Genre

Ifrita
Rothschild, 1898

Nom binominal

Ifrita kowaldi
(De Vis, 1890)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

L'Ifrita de Kowald (Ifrita kowaldi) est une espèce de petits oiseaux insectivores, endémique aux forêts tropicales de la Nouvelle-Guinée. Il mesure jusqu'à 16,5 cm de long et il a le plumage brun avec une couronne bleue et noire. Le mâle a une raie blanche derrière l'œil, mais chez la femelle la raie est jaune. Il grimpe le long du tronc des arbres à la recherche des insectes.

L'Ifrita de Kowald est l'unique espèce du genre Ifrita, lequel était placé dans la famille des Cinclosomatidae, puis des Corvidae. Aujourd'hui il est placé dans sa propre famille, les Ifritidae.

Toxicité[modifier | modifier le code]

Ce passereau insolite appartient à l'un des deux seuls genres d'oiseaux contenant des espèces vénéneuses[1], l'autre est le genre Pitohui[1],[2], qui vient aussi de la Nouvelle-Guinée.

L'Ifrita de Kowald sécrète dans sa peau et ses plumes un poison appelé batrachotoxine[1] qui provoque un engourdissement et des picotements sur les personnes qui le touchent.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Les études phylogéniques de Jønsson et al. (2011), Aggerbeck et al. (2014) et Schodde & Christidis (2014) montrent que cette espèce est une parente éloignée des Monarchidae, des Laniidae, des corbeaux, des paradisiers et des Corcoracidae. Le Congrès ornithologique international (classification 4.3, 2014) la déplace donc dans sa propre famille, les Ifritidae[3].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après la classification de référence (version 5.2, 2015) du Congrès ornithologique international, cette espèce est constituée des sous-espèces suivantes (ordre phylogénique) :

  • Ifrita kowaldi brunnea Rand, 1940 ;
  • Ifrita kowaldi kowaldi (De Vis, 1890).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) J.P. Dumbacher, T. Spande et J.W. Daly, « Batrachotoxin alkaloids from passerine birds: A second toxic bird genus (Ifrita kowaldi) from New Guinea », PNAS, vol. 97, no 24,‎ , p. 12970-12975 (résumé, lire en ligne [PDF])
  2. (en) J.P. Dumbacher, B.M. Beehler, T.F. Spande, H.M. Garraffo et J.W. Daly, « Homobatrachotoxin in the genus Pitohui: chemical defense in birds? », Science, vol. 258, no 5083,‎ , p. 799-801 (résumé, lire en ligne [PDF]). PMID 1439786
  3. Congrès ornithologique international, version 5.2

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jønsson K.A., F. Pierre-Herni, R.E. Ricklefs & J. Fjeldså (2011), « Major global radiation of corvoid birds originated in the proto-Papuan archipelago », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 108, p. 2328-2333.
  • Schodde R. & L. Christidis (2014), « Relicts from Tertiary Australasia: undescribed families and subfamilies of songbirds (Passeriformes) and their zoogeographic signal », Zootaxa, vol. 3786, no 5, p. 501-522.
  • Aggerbeck M., J. Fjeldså, L. Christidis, P.H. Fabre & K.A. Jønsson (2014), « Resolving deep lineage divergences in core corvoid passerine birds supports a proto-Papuan island origin », Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 70, p. 272-285.