Oiseau toxique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un oiseau toxique est un oiseau qui utilise des toxines pour se défendre des prédateurs qui, par adaptation, ont appris à ne pas les chasser. Aucune espèce d'oiseau connue n'inocule de manière active du venin : ils ne sont donc pas venimeux ; mais certains oiseaux sont connus pour être vénéneux au toucher ou par ingestion. L'oiseau concentre généralement des toxines provenant des animaux ou des plantes dont il se nourrit, généralement des insectes venimeux.

Espèces connues[modifier | modifier le code]

Certaines espèces du genre Pitohui[1] (Pitohui bicolore et le Pitohui variable d'une part[2],[3], et le Pitohui huppé et le Pitohui noir dans une moindre mesure[3]), mais aussi le Pitohui châtain à l'état de traces[3] et l'Ifrita de Kowald[3] concentrent de la batrachotoxine notamment dans leur peau et leurs plumes.

L’Oie-armée de Gambie est vénéneuse par ingestion et concentre un poison dans ses tissus provenant d'un coléoptère de la famille des Méloidés dont elle se nourrit[4].

La Caille des blés est aussi connue pour être toxique à ingérer durant certaines de ses migrations.[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dietrich Mebs (trad. Max Goyffon), Animaux venimeux et vénéneux [« Venomous And Poisonous Animals »], Tec&Doc,‎ avril 2006, 345 p. [détail des éditions] (ISBN 2743008172 et 9782743008178)
  2. (en) J.P. Dumbacher, B.M. Beehler, T.F. Spande, H.M. Garraffo et J.W. Daly, « Homobatrachotoxin in the genus Pitohui: chemical defense in birds? », Science, vol. 258, no 5083,‎ 30 octobre 1992, p. 799-801 (résumé, lire en ligne [PDF]). PMID 1439786
  3. a, b, c et d (en) J.P. Dumbacher, T. Spande et J.W. Daly, « Batrachotoxin alkaloids from passerine birds: A second toxic bird genus (Ifrita kowaldi) from New Guinea », PNAS, vol. 97, no 24,‎ 21 novembre 2000, p. 12970-12975 (résumé, lire en ligne [PDF])
  4. Darren Naish, « Death by toxic goose. Amazing waterfowl facts part II », ScienceBlogs,‎ 19 juin 2010 (consulté le 2010-06-28)