Rhipiduridae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Rhipiduridae sont une famille de passereaux constitué de deux genres regroupant 49 espèces de rhipidures : Rhipidura, comprenant 48 espèces et Lamprolia, genre récent et monotypique.

Position systématique[modifier | modifier le code]

Longtemps considérés comme des muscicapidés, les membres de cette famille ont été intégrés par Sibley dans celle des corvidés (au sens large). Dans la classification de référence (version 2.2, 2009) du Congrès ornithologique international, ils sont considérés comme une famille à part entière.

Diverses études phylogéniques[1] ont montré que Chaetorhynchus papuensis est un parent éloigné de Lamprolia victoriae, et qu'ensemble ils forment une sous-famille dans le clade des Rhipiduridae. En conséquence, le Congrès ornithologique international (classification 4.3, 2014) déplace cette espèce dans la famille des Rhipiduridae.

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

D'après la classification de référence (version 5.2, 2015) du Congrès ornithologique international (ordre phylogénique) :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Schodde R. & L. Christidis (2014), « Relicts from Tertiary Australasia: undescribed families and subfamilies of songbirds (Passeriformes) and their zoogeographic signal », Zootaxa, vol. 3786, no 5, p. 501-522.
  • Nyári A.S., B.W. Benz, K.A. Jønsson, J. Fjeldså & R.G. Moyle (2009), « Phylogenetic relationships of fantails (Aves: Rhipiduridae) », Zool Scripta, vol. 38, p. 553-561.
  • Irestedt M., J. Fuchs, K.A. Jønsson, J.I. Ohlson, E. Pasquet & P.G.P. Ericson (2008), « The systematic affinity of the enigmatic Lamprolia victoriae (Aves: Passeriformes) –an example of avian dispersal between New Guinea and Fiji over Miocene intermittent land bridges », Mol. Phy. Evol., vol. 48, 1218-1222.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Irestedt et al. (2008), Jønsson et al. (2011), Norman et al. (2009), Nyári et al. (2009) et Schodde & Christidis (2014), cf. bibliographie des articles concernés.