Gruyères (Ardennes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gruyère.
Gruyères
Le château à l'entrée septentrionale du village
Le château à l'entrée septentrionale du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Arrondissement de Charleville-Mézières
Canton Canton de Signy-l'Abbaye
Intercommunalité Communauté de communes des Crêtes Préardennaises
Maire
Mandat
Bernard Blaimont
2014-2020
Code postal 08430
Code commune 08201
Démographie
Population
municipale
74 hab. (2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 38″ N 4° 36′ 09″ E / 49.7106, 4.6025 ()49° 42′ 38″ Nord 4° 36′ 09″ Est / 49.7106, 4.6025 ()  
Altitude Min. 211 m – Max. 306 m
Superficie 5,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gruyères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gruyères

Gruyères (prononcé [gry.jɛʁ ] ou [grɥi.jɛʁ ]) est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé dans une région couramment appelée les crêtes pré-ardennaises.

Il est au creux d'une petite vallée. L'altitude du village se situe à 211 m, la croix de St-Arnould se situant à une altitude de 306 m.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Grueriae au IXe siècle .

Ce nom peut provenir de de Gruerie, un droit royal sur les surfaces boisées.Une autre hypothèse est une étymologie issue de passage migratoire de grues[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une présence romaine semble attestée par des traces de voies et de camps militaires[2]. La voie romaine Reims Castrice Cologne, passe en limite de territoire, dans les bois de Gruyères, Fagnon, Basse Ecogne, Bois de Saint Arnoult[3].

L'église est consacrée à saint Arnould, qui aurait été enterré, selon la légende, sur le bord de la voie romaine[4]. Le village fait partie du comté de Castrice[5], puis du comté de Chiny. Le comte de Chiny y aurait bâti une résidence de chasse vers l'an 1000. La charte de fondation de l'abbaye royale Saint-Nicolas de Septfontaines en 1136 cite un don de terres à Gruyères[6].

Il se trouve réuni au comté de Rethel en 1293[6]. Ce territoire est ensuite transmis de familles en familles, et est une possession des Pouilly lors de la Révolution de 1789.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gruyères Blason De gueules au cygne d’argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1996 élu mars 2001 Bernard Blaimont DVD  
mars 2001 réélu mars 2008 Bernard Blaimont DVD  
mars 2008 en cours Bernard Blaimont[7] DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 74 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
70 97 97 115 128 125 129 138 142
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
143 118 110 106 97 98 90 85 66
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
74 53 75 55 48 60 46 40 34
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 -
44 49 52 51 62 60 68 74 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Gruyères
  • Le dolmen de la Table des Fées. Sa localisation n'a pu être définie avec précision malgré les recherches effectuées par l'abbé Sery dans les années 1960. Il ouvrit plusieurs lieux de fouilles, mais sans pouvoir prouver le lieu précis. Il y a une histoire orale sur ces pierres : les pierres des fées. Elle raconte que les prêtresses se retrouvaient au dolmen de la table des fées lors des pleines lune pour pratiquer des rituels. La localisation se trouve dans la zone de la forêt des Ivis, près du fond des Aiviers à côté de la ferme d'Écogne (une ferme isolée à un kilomètre de Gruyères).
  • Un site mérovingien au lieu-dit Tombeau des Romains. Le chemin du Tombeau des Romains est, en partant de Gruyères, en direction de Fagnon, dans la forêt de Froidemont non loin de la croix de St-Arnould. Il suit une partie de la voie romaine très visible à cet endroit.
  • Le lavoir, construit en 1872, et la fontaine[10].
  • La croix de St Arnould qui est située non loin du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le général de Mecquenem : il se maria avec sa cousine au château de Gruyères en 1851.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Éditions Droz, 1990, p.343 - (ISBN 978-2-600-02883-7) Ouvrage en ligne
  2. Abel Hugo, France pittoresque: ou description pittoresque, topographique et statistique des départements et colonies de la France, Éditions Delloye, Paris, 1835, p.169 - Ouvrage en ligne
  3. Photographies des traces de la voie romaine
  4. Edmond Sénemaud, Revue historiques des Ardennes, Volume 5, 1867 - Ouvrage en ligne
  5. François-Xavier Masson, Annales ardennaises, Éditions Lelaurin, Mézières, 1861 - Ouvrage en ligne
  6. a et b Jean Séry, Histoire de l'abbaye royale de Notre-Dame de Septfontaines en Thiérache, 1970
  7. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  10. Article du 25 juillet 2009 de Julien Tilmant sur le site du journal l'Union - Article en ligne
  11. « Château de Gruyères », base Mérimée, ministère français de la Culture


Liens externes[modifier | modifier le code]