Grand Prix automobile d'Allemagne 1953

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix d'Allemagne 1953

Tracé de la course

Drapeau Nürburgring

Données de la course
Nombre de tours 18
Longueur du circuit 22,810 km
Distance de course 410,580 km
Résultats
Vainqueur Drapeau : Italie Giuseppe Farina,
Ferrari,
h 2 min 25 s 0
(vitesse moyenne : 135,047 km/h)
Pole position Drapeau : Italie Alberto Ascari,
Ferrari,
min 59 s 8
(vitesse moyenne : 136,906 km/h)
Record du tour en course Drapeau : Italie Alberto Ascari,
Ferrari,
min 56 s 0
(vitesse moyenne : 137,779 km/h)

Le Grand Prix d'Allemagne 1953 (XVI Grosser Preis von Deutschland), disputé sous la réglementation Formule 2 sur le Nürburgring le 2 août 1953, est la trentième épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la septième manche du championnat 1953.

Contexte avant le Grand Prix[modifier | modifier le code]

Le championnat du monde[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix d'Allemagne constitue la septième épreuve du championnat du monde 1953, disputé pour la deuxième année consécutive sous la réglementation formule 2 (moteurs deux litres atmosphériques) suite au désengagement des principaux constructeurs de F1 à la fin de la saison 1951. Depuis deux ans, cette formule est totalement dominée par Ferrari, qui dispose avec la 500 F2 d'une monoplace très homogène et d'une fiabilité remarquable. Hormis les 500 miles d'Indianapolis, épreuve courue sous une réglementation spécifique, Ferrari a été victorieux dans toutes les manches du championnat du monde depuis 1952 et Alberto Ascari est en passe de remporter un second titre consécutif. La marque Maserati, grâce aux pilotes argentins Juan Manuel Fangio et José Froilán González, s'est montrée cette année un concurrent redoutable sur les circuits rapides, mais n'a pu à ce jour s'imposer.

Le circuit[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nürburgring.

Développant près de 23 km et comptant 176 virages sur un terrain très accidenté, la boucle nord du Nürburgring est considérée comme l'un des tracés les plus sélectifs du championnat. Cette piste a été avant-guerre le théâtre d'affrontements spectaculaires, les monoplaces développant alors près de 500 chevaux, et le record du tour est toujours détenu par le pilote allemand Hermann Lang, qui accomplit un tour à 138,66 km/h de moyenne au volant de sa Mercedes lors du Grand Prix de l'Eifel 1939.

Monoplaces en lice[modifier | modifier le code]

  • Ferrari 500 "Usine"
Ferrari 500 F2.
La Ferrari 500 F2, invaincue en championnat depuis deux saisons.

Pour sa deuxième saison, la Ferrari 500 F2 continue à exercer une domination absolue sur le championnat du monde des conducteurs. Cette monoplace, équipée d'un quatre cylindres en ligne développant environ 180 chevaux à 7500 tr/min[1], a pour atouts une souplesse remarquable, un très bon freinage et une excellente motricité, son châssis bénéficiant d'un pont De Dion, contrairement à sa principale rivale, la Maserati. Alberto Ascari et Giuseppe Farina bénéficient de la dernière évolution à deux carburateurs double corps, procurant plus de puissance à bas régime, tandis que Mike Hawthorn et Luigi Villoresi disposent des habituelles versions à quatre carburateurs[2]. Épaulant les quatre voitures d'usine, Jacques Swaters et Louis Rosier pilotent des versions clients de la Ferrari 500, légèrement moins puissantes car bridées à 6500 tr/min[3]. Le pilote allemand Kurt Adolff est quant à lui engagé sur un ancien modèle, la Ferrari 166 de l'Écurie Espadon.

  • Maserati A6SSG "Usine"

Avec son six cylindres développant 190 chevaux à 7500 tr/min[4], la A6SSG (ou A6GCM « Interim ») est la monoplace la plus puissante du plateau. En revanche, son pont arrière rigide la pénalise en motricité, un sérieux handicap sur les circuits sinueux tels le Nürburgring. Les deux pilotes de pointe de l'équipe, Juan Manuel Fangio et José Froilán González, parviennent à la mener à la limite et sont passés très près de la victoire à Spa-Francorchamps et à Reims. L'usine aligne trois voitures pour Fangio, Felice Bonetto et Onofre Marimon. Accidenté le week-end précédent aux essais du Grand Prix de Lisbonne[5] au volant de sa Lancia D23, González a dû déclarer forfait. Emmanuel de Graffenried a engagé son A6SSG personnelle, préparée par la Scuderia Platé.

  • Gordini T16 "Usine"

Très agiles, les petites Gordini T16, équipées d'un six cylindre en ligne développant environ 160 chevaux), pourraient espérer un classement honorable sur ce circuit accidenté, à condition que la fiabilité soit au rendez-vous. Mais le manque de préparation et la pénurie de pièces de rechange[6] rendent toutefois improbable une telle issue. Trois voitures ont été engagées, pour les pilotes habituels Jean Behra, Maurice Trintignant et Harry Schell.

  • Connaught A "Usine"

Comme à Silverstone, Connaught a engagé trois « Type A », à moteur quatre cylindres Lea Francis alimenté par injection[7] et développant environ 150 chevaux[4] pour Roy Salvadori, Kenneth McAlpine et le Prince Bira. L'Écurie Belge dispose d'un modèle identique piloté par Johnny Claes.

  • Cooper "Usine"

Stirling Moss aligne sa Cooper Special à moteur Alta (environ 160 chevaux), officiellement engagée par l'usine. Deux T23 privées à moteur six cylindres Bristol d'une puissance de l'ordre de 150 chevaux sont également présentes pour Alan Brown et Rodney Nuckey.

  • Veritas
Veritas Meteor.
Veritas est la marque la plus représentée, ici une Veritas Meteor semblable à celle que pilote l'espoir allemand Hans Herrmann.

Comme l'an passé, les Veritas sont les plus représentées du plateau, avec huit voitures engagées par des écuries ou pilotes privés. On trouve quatre monoplaces Veritas Meteor et quatre spiders RS, toutes équipées d'un six cylindres d'environ 140 chevaux[4].

  • AFM, BMW & EMW

Trois AFM, deux BMW spéciales et une EMW (nouveau nom pour les voitures produites dans l'ancienne usine BMW d'Eisenach) complètent le plateau. Elles sont toutes équipées d'un moteur dérivé de la fameuse BMW 328 et conduites par des pilotes locaux, dont le célèbre Hans Stuck, pilote officiel d'Auto Union avant-guerre.

Coureurs inscrits[modifier | modifier le code]

Liste des pilotes inscrits[8]
no  Pilote Écurie Constructeur Châssis Moteur Pneumatiques
1 Drapeau : Italie Alberto Ascari Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 P
2 Drapeau : Italie Giuseppe Farina Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 P
3 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 P
4 Drapeau : Italie Luigi Villoresi Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 P
5 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati A6SSG Maserati L6 P
6 Drapeau : Argentine José Froilán González Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati A6SSG Maserati L6 P
7 Drapeau : Italie Felice Bonetto Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati A6SSG Maserati L6 P
8 Drapeau : Argentine Onofre Marimon Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati A6SSG Maserati L6 P
9 Drapeau : France Jean Behra Equipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
10 Drapeau : France Maurice Trintignant Equipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
11 États-Unis Harry Schell Equipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
12 Drapeau : Belgique Johnny Claes Écurie Belge Connaught Connaught A Lea Francis L4 E
14 Drapeau : Thaïlande Prince Bira Connaught Engineering Connaught Connaught A Lea Francis L4 D
15 Drapeau : Royaume-Uni Roy Salvadori Connaught Engineering Connaught Connaught A Lea Francis L4 D
16 Drapeau : Royaume-Uni Kenneth McAlpine Connaught Engineering Connaught Connaught A Lea Francis L4 D
17 Drapeau : Suisse Emmanuel de Graffenried Privé Maserati Maserati A6SSG Maserati L6 P
18 Drapeau : Belgique Jacques Swaters Écurie Francorchamps Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 E
19 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Cooper Car Company Cooper Cooper Special Alta L4 D
20 Drapeau : France Louis Rosier Écurie Rosier Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 D
21 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Hans Stuck Privé AFM AFM 6 Bristol L6 D
22 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Wolfgang Seidel Privé Veritas Veritas RS Veritas L6 D
23 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Willi Heeks Privé Veritas Veritas Meteor Veritas L6 D
24 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Theo Helfrich Privé Veritas Veritas RS Veritas L6 D
26 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Oswald Karch Privé Veritas Veritas RS Veritas L6 D
28 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Theo Fitzau Helmut Niedermayr AFM AFM 6 BMW L6 D
29 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Hans Klenk Privé Veritas Veritas Meteor Veritas L6 D
30 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Ernst Loof Privé Veritas Veritas Meteor Veritas L6 D
31 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Hans Herrmann Hans Klenk Veritas Veritas Meteor Veritas L6 D
32 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Erwin Bauer Privé Veritas Veritas RS Veritas L6 D
34 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Kurt Adolff Écurie Espadon Ferrari Ferrari 166 Ferrari V12 P
35 Drapeau : Allemagne Edgar Barth EMW Rennkollectiv EMW EMW R2 EMW L6 D
36 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Rudolf Krause Dora Greifzu BMW BMW Greifzu BMW L6 D
37 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Ernst Klodwig Privé BMW BMW Heck BMW L6 D
38 Drapeau : Royaume-Uni Alan Brown Equipe anglaise Cooper Cooper T23 Bristol L6 D
40 Drapeau : Royaume-Uni Rodney Nuckey Privé Cooper Cooper T23 Bristol L6 D
41 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Günther Bechem Privé AFM AFM 6 BMW L6 D

Qualifications[modifier | modifier le code]

Trois sessions de qualifications ont été prévues, les jeudi, vendredi et samedi précédant la course. Très peu de pilotes sont en piste les deux premiers jours, froids et pluvieux[5]. Nette amélioration le samedi, où les conditions de piste se révèlent idéales. C'est une nouvelle fois Alberto Ascari, triple vainqueur de l'épreuve, qui se montre le plus rapide. Le leader de la Scuderia Ferrari, avec un meilleur temps en 9 min 59 s 8, est le seul à franchir la barre des dix minutes au tour. Dans l'équipe Maserati, en l'absence de José Froilán González blessé, seul Juan Manuel Fangio est capable de tirer le maximum de la vive A6SSG sur ce difficile circuit. Il parvient à devancer les autres pilotes Ferrari, se qualifiant second à près de quatre secondes de la pole position, reléguant ses coéquipiers Felice Bonetto et Onofre Marimon à plus de trente-sept secondes ! On note également la très belle performance de Maurice Trintignant sur la modeste Gordini T16, qui réalise le cinquième temps absolu, devançant la Ferrari officielle de Luigi Villoresi.

Parmi les nombreux pilotes locaux, la meilleure performance est à mettre à l'actif d'Hans Herrmann, quatorzième sur sa Veritas Meteor, qui concède tout de même une minute à Alberto Ascari. Plus décevantes sont les performances des Ferrari privées du pilote belge Jacques Swaters et du Français Louis Rosier, qui sur des monoplaces certes moins bien préparées mais semblables à celle du champion du monde, sont relégués à 79 et 87 secondes. Certains spectateurs irrespectueux se permettront d'évoquer « l'omnibus de Clermont » à chaque passage du pilote auvergnat[9] !

Gordini
La Gordini T16 pilotée par Trintignant, cinquième des qualifications.
Résultats des qualifications
Pos. no  Pilote Écurie Temps Écart
1 1 Drapeau : Italie Alberto Ascari Ferrari 9 min 58 s 8  
2 5 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Maserati 10 min 03 s 7 + 3 s 9
3 2 Drapeau : Italie Giuseppe Farina Ferrari 10 min 04 s 1 + 4 s 3
4 3 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Ferrari 10 min 12 s 6 + 12 s 8
5 10 Drapeau : France Maurice Trintignant Gordini 10 min 21 s 7 + 21 s 9
6 4 Drapeau : Italie Luigi Villoresi Ferrari 10 min 22 s 8 + 23 s 0
7 7 Drapeau : Italie Felice Bonetto Maserati 10 min 40 s 8 + 41 s 0
8 8 Drapeau : Argentine Onofre Marimon Maserati 10 min 41 s 0 + 41 s 2
9 9 Drapeau : France Jean Behra Gordini 10 min 45 s 7 + 45 s 9
10 11 États-Unis Harry Schell Gordini 10 min 46 s 2 + 46 s 4
11 17 Drapeau : Suisse Emmanuel de Graffenried Maserati 10 min 46 s 6 + 46 s 8
12 19 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Cooper 10 min 48 s 3 + 48 s 5
13 15 Drapeau : Royaume-Uni Roy Salvadori Connaught 10 min 57 s 5 + 57 s 7
14 31 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Hans Herrmann Veritas 10 min 59 s 8 + 1 min 0 s 0
15 14 Drapeau : Thaïlande Prince Bira Connaught 11 min 02 s 1 + 1 min 2 s 3
16 16 Drapeau : Royaume-Uni Kenneth McAlpine Connaught 11 min 07 s 3 + 1 min 7 s 5
17 38 Drapeau : Royaume-Uni Alan Brown Cooper 11 min 08 s 7 + 1 min 8 s 9
18 23 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Willi Heeks Veritas 11 min 18 s 0 + 1 min 18 s 2
19 18 Drapeau : Belgique Jacques Swaters Ferrari 11 min 18 s 9 + 1 min 19 s 1
20 40 Drapeau : Royaume-Uni Rodney Nuckey Cooper 11 min 22 s 1 + 1 min 22 s 3
21 28 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Theo Fitzau AFM 11 min 23 s 4 + 1 min 23 s 6
22 20 Drapeau : France Louis Rosier Ferrari 11 min 27 s 4 + 1 min 27 s 6
23 21 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Hans Stuck AFM 11 min 37 s 2 + 1 min 37 s 4
24 35 Drapeau : Allemagne Edgar Barth EMW 11 min 40 s 8 + 1 min 41 s 0
25 12 Drapeau : Belgique Johnny Claes Connaught 11 min 45 s 5 + 1 min 45 s 7
26 36 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Rudolf Krause BMW 11 min 49 s 5 + 1 min 49 s 7
27 34 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Kurt Adolff Ferrari 11 min 53 s 1 + 1 min 53 s 3
28 24 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Theo Helfrich Veritas 11 min 56 s 3 + 1 min 56 s 5
29 22 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Wolfgang Seidel Veritas 11 min 59 s 3 + 1 min 59 s 5
30 41 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Günther Bechem AFM 12 min 13 s 3 + 2 min 13 s 5
31 30 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Ernst Loof Veritas 12 min 16 s 8 + 2 min 17 s 0
32 37 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Ernst Klodwig BMW 12 min 24 s 6 + 2 min 24 s 8

Grille de départ du Grand Prix[modifier | modifier le code]

Grille de départ du Grand Prix et résultats des qualifications[5],[10]
1re ligne Pos. 4 Pos. 3 Pos. 2 Pos. 1
Drapeau : Royaume-Uni
Hawthorn
Ferrari
10 min 12 s 6
Drapeau : Italie
Farina
Ferrari
10 min 04 s 1
Drapeau : Argentine
Fangio
Maserati
10 min 03 s 7
Drapeau : Italie
Ascari
Ferrari
9 min 59 s 8
2e ligne Pos. 7 Pos. 6 Pos. 5
Drapeau : Italie
Bonetto
Maserati
10 min 40 s 8
Drapeau : Italie
Villoresi
Ferrari
10 min 22 s 8
Drapeau : France
Trintignant
Gordini
10 min 21 s 7
3e ligne Pos. 11 Pos. 10 Pos. 9 Pos. 8
Drapeau : Suisse
Graffenried
Maserati
10 min 46 s 6
Drapeau des États-Unis
Schell
Gordini
10 min 46 s 2
Drapeau : France
Behra
Gordini
10 min 45 s 7
Drapeau : Argentine
Marimon
Maserati
10 min 41 s 0
4e ligne Pos. 14 Pos. 13 Pos. 12
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Herrmann
Veritas
10 min 59 s 8
Drapeau : Royaume-Uni
Salvadori
Connaught
10 min 57 s 5
Drapeau : Royaume-Uni
Moss
Cooper
10 min 48 s 3
5e ligne Pos. 18 Pos. 17 Pos. 16 Pos. 15
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Heeks
Veritas
11 min 18 s 0
Drapeau : Royaume-Uni
Brown
Cooper
11 min 08 s 7
Drapeau : Royaume-Uni
McAlpine
Connaught
11 min 07 s 3
Drapeau : Thaïlande
Bira
Connaught
11 min 02 s 1
6e ligne Pos. 21 Pos. 20 Pos. 19
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Fitzau
AFM
11 min 23 s 4
Drapeau : Royaume-Uni
Nuckey
Cooper
11 min 22 s 1
Drapeau : Belgique
Swaters
Ferrari
11 min 18 s 9
7e ligne Pos. 25 Pos. 24 Pos. 23 Pos. 22
Drapeau : Belgique
Claes
Connaught
11 min 45 s 5
Drapeau : Allemagne
Barth
EMW
11 min 40 s 8
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Stuck
AFM
11 min 37 s 2
Drapeau : France
Rosier
Ferrari
11 min 27 s 4
8e ligne Pos. 28 Pos. 27 Pos. 26
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Helfrich
Veritas
11 min 56 s 3
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Adolff
Ferrari
11 min 53 s 1
Drapeau : Allemagne
Krause
BMW
11 min 49 s 5
9e ligne Pos. 32 Pos. 31 Pos. 30 Pos. 29
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Klodwig
BMW
12 min 24 s 6
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Loof
Veritas
12 min 16 s 8
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Bechem
AFM
12 min 13 s 3
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Seidel
Veritas
11 min 59 s 3
10e ligne Pos. 34 Pos. 33
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Karch
Veritas
pas de temps
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Bauer
Veritas
pas de temps

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Près de deux cent mille spectateurs assistent à la course[9], par un temps chaud et ensoleillé. La plupart des concurrents vont effectuer la totalité du parcours sans ravitailler. C'est la Maserati de Juan Manuel Fangio qui effectue le meilleur départ. Le champion argentin aborde la courbe sud devant les Ferrari d'Alberto Ascari et Mike Hawthorn. Depuis la troisième ligne, Emmanuel de Graffenried (Maserati) a effectué un superbe envol, et vire en quatrième position, devant Giuseppe Farina (Ferrari), Maurice Trintignant (Gordini), Luigi Villoresi (Ferrari) et Felice Bonetto (Maserati)[11]. Sur ce circuit très sinueux, privilégiant la souplesse du moteur et les qualités de motricité et de freinage, la monoplace d'Ascari est nettement supérieure à la Maserati : le champion du monde attaque immédiatement Fangio, qu'il dépasse après une dizaine de kilomètres, creusant tout de suite un écart important. Bien parti et tournant dans le rythme de Farina et Villoresi, Trintignant ne profite pas longtemps de sa beau début de course : après environ sept kilomètres, une dent de couronne de pont casse, provoquant l'abandon immédiat de la meilleure Gordini[6]. À la fin du premier tour, Ascari compte déjà onze secondes d'avance sur Fangio, lui-même talonné par Hawthorn, alors que Farina, Villoresi et Bonetto, qui ont débordé Graffenried, comptent déjà plus de vingt-sept secondes de retard sur le leader.

Hawthorn parvient à dépasser Fangio durant le deuxième tour, pour le gain de la seconde place, sans toutefois parvenir à le distancer, les deux hommes se livrant à un duel sans répit, à bonne distance toutefois d'Ascari qui continue à augmenter son avance. Celle-ci va culminer à environ quarante secondes peu avant la fin du cinquième tour, lorsque dans la ligne droite, à l'approche de Tiergarten la roue avant droite de la Ferrari de tête se détache brusquement. Le champion italien, qui roule alors à plus de 230 km/h, fait alors preuve d'une admirable maîtrise : il parvient à contrôler sa monoplace en perdition, puis à négocier les 1500 mètres restant sur trois roues et un tambour de frein, regagnant son stand dans une gerbe d'étincelles ! La réparation va durer plus de quatre minutes, et lorsqu'il repart sous les acclamations du public, Ascari se retrouve alors en neuvième position[12].

Hawthorn et Fangio, toujours roues dans roues, mènent désormais la course, mais sont désormais directement menacés par Farina, qui a nettement haussé le rythme. À la fin du septième tour, il a rejoint les hommes de tête. Au début du huitième, il déborde Fangio et quelques kilomètres plus loin dépasse Hawthorn et s'empare de la première place. Le jeune Britannique se fait également doubler par Fangio quelques instants après. Quant à Ascari, qui enchaîne les records du tour, il est remonté en septième position et s'apprête à attaquer Graffenried. À mi-distance, Farina a porté son avance à plus de onze secondes sur Fangio, qui a distancé Hawthorn d'environ treize secondes. Villoresi, quatrième, compte plus d'une minute de retard, tandis qu'Ascari, remonté à la cinquième place, s'arrête une nouvelle fois au stand, le tambour de frein endommagé ne lui permettant pas de continuer dans de bonnes conditions. Ferrari fait alors arrêter Villoresi, les deux pilotes échangeant leurs montures. Reparti quatrième, Ascari va alors tourner à un rythme de qualification; il effectue son douzième tour en 9 min 56 s, améliorant de près de quatre secondes le temps de la pole position, s'approchant des 138 km/h de moyenne. Son écart sur Hawthorn, qui le précède, est tombé à moins de deux minutes; reprenant une seconde au kilomètre à son coéquipier britannique, Ascari peut encore espérer une troisième place. Le treizième tour est accompli en dix minutes, le quatorzième également, le champion italien effectue une course exemplaire et se rapproche de son objectif. Mais quelques kilomètres plus loin, une inquiétante fumée bleue se dégage du moteur, et c'est à allure réduite que le champion du monde rejoint son stand pour abandonner.

En tête, Farina effectue une convaincante prestation, s'étant mis hors de portée de Fangio qui assure désormais sa deuxième place, loin devant Hawthorn. L'abandon d'Ascari permet au vétéran Bonetto d'occuper la quatrième place. Les positions sont acquises, et la course se termine sans changement notable, seuls ces quatre pilotes terminant dans le même tour. En difficulté avec ses freins en fin d'épreuve, Graffenried termine de justesse à la cinquième place, juste devant Stirling Moss qui a réalisé une très belle course au volant de sa modeste Cooper. Reparti avec un tour de retard sur la voiture blessée d'Ascari, Villoresi a réussi à terminer la course, et se classe huitième devant la Veritas de l'espoir allemand Hans Herrmann.

Classements intermédiaires[modifier | modifier le code]

Classements intermédiaires des monoplaces aux premier, deuxième, quatrième, sixième, huitième, neuvième, douzième et quinzième tours[10].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Farina
Belle victoire de Giuseppa Farina.
Pos no Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 2 Drapeau de l'Italie Giuseppe Farina Ferrari 18 3 h 2 min 25 s 0 3 8
2 5 Drapeau de l’Argentine Juan Manuel Fangio Maserati 18 3 h 3 min 29 s 0 (+ 1 min 4 s 0) 2 6
3 3 Drapeau du Royaume-Uni Mike Hawthorn Ferrari 18 3 h 4 min 8 s 6 (+ 1 min 43 s 6) 4 4
4 7 Drapeau de l'Italie Felice Bonetto Maserati 18 3 h 11 min 13 s 6 (+ 8 min 48 s 6) 7 3
5 17 Drapeau de la Suisse Emmanuel de Graffenried Maserati 17 3 h 4 min 40 s 4 (+ 1 tour) 11 2
6 19 Drapeau du Royaume-Uni Stirling Moss Cooper-Alta 17 3 h 6 min 50 s 9 (+ 1 tour) 12  
7 18 Drapeau de la Belgique Jacques Swaters Ferrari 17 3 h 7 min 29 s 9 (+ 1 tour) 19  
8 1 Drapeau de l'Italie Alberto Ascari
Drapeau de l'Italie Luigi Villoresi
Ferrari 17 3 h 7 min 51 s 8 (+ 1 tour) 1  
9 31 Drapeau de l'Allemagne Hans Herrmann Veritas 17 3 h 9 min 53 s 4 (+ 1 tour) 14  
10 20 Drapeau de la France Louis Rosier Ferrari 17 3 h 11 min 8 s 4 (+ 1 tour) 22  
11 40 Drapeau du Royaume-Uni Rodney Nuckey Cooper-Bristol 16 3 h 7 min 44 s 6 (+ 2 tours) 20  
12 24 Drapeau de l'Allemagne Theo Helfrich Veritas 16 3 h 10 min 17 s 6 (+ 2 tours) 28  
13 16 Drapeau du Royaume-Uni Kenneth McAlpine Connaught-Lea Francis 16 3 h 10 min 52 s 2 (+ 2 tours) 16  
14 36 Drapeau de l'Allemagne de l'Est Rudolf Krause BMW 16 3 h 12 min 45 s 2 (+ 2 tours) 26  
15 37 Drapeau de l'Allemagne de l'Est Ernst Klodwig BMW 15 + 3 tours 32  
16 22 Drapeau de l'Allemagne Wolfgang Seidel Veritas 14 + 4 tours 29  
Abd. 4 Drapeau de l'Italie Luigi Villoresi
Drapeau de l'Italie Alberto Ascari
Ferrari 15 Moteur 6  
1
Abd. 38 Drapeau du Royaume-Uni Alan Brown Cooper-Bristol 15 Moteur 17  
Abd. 8 Drapeau de l’Argentine Onofre Marimón Maserati 13 Suspension 8  
Abd. 35 Drapeau de l'Allemagne de l'Est Edgar Barth EMW 12 Echappement 24  
Abd. 12 Drapeau de la Belgique Johnny Claes Connaught-Lea Francis 12 Moteur 25  
Abd. 26 Drapeau de l'Allemagne Oswald Karch Veritas 10 Moteur 34  
Abd. 23 Drapeau de l'Allemagne Willi Heeks Veritas 8 Transmission 18  
Abd. 9 Drapeau de la France Jean Behra Gordini 7 Boîte de vitesses 9  
Abd. 11 Drapeau des États-Unis Harry Schell Gordini 6 Moteur 10  
Abd. 14 Drapeau de la Thaïlande Prince Bira Connaught-Lea Francis 6 Suspension 15  
Abd. 28 Drapeau de l'Allemagne Theo Fitzau AFM-BMW 3 Moteur 21  
Abd. 34 Drapeau de l'Allemagne Kurt Adolff Ferrari 3 Transmission 27  
Abd. 41 Drapeau de l'Allemagne Günther Bechem AFM-BMW 2 Moteur 30  
Abd. 10 Drapeau de la France Maurice Trintignant Gordini 1 Différentiel 5  
Abd. 15 Drapeau du Royaume-Uni Roy Salvadori Connaught-Lea Francis 1 Moteur 13  
Abd. 32 Drapeau de l'Allemagne Erwin Bauer Veritas 1 Moteur 33  
Abd. 21 Drapeau de l'Allemagne Hans Stuck AFM-Bristol 0 Moteur 23  
Abd. 30 Drapeau de l'Allemagne Ernst Loof Veritas 0 Pompe à essence 31  

Légende:

  • Abd.= Abandon.

Pole position et Record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classement général à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

  • attribution des points : 8, 6, 4, 3, 2 respectivement aux cinq premiers de chaque épreuve et 1 point supplémentaire pour le pilote ayant accompli le meilleur tour en course (signalé par un astérisque). Le point du record du tour est partagé entre Alberto Ascari et José Froilán González au Grand Prix de Grande Bretagne.
  • Le règlement permet aux pilotes de se relayer sur une même voiture, les points éventuellement acquis étant alors partagés. Sam Hanks et Duane Carter marquent chacun deux points pour leur troisième place à Indianapolis, Fred Agabashian et Paul Russo marquent chacun un point et demi pour leur quatrième place dans cette même course, Felice Bonetto et José Froilán González marquent chacun deux points pour leur troisième place aux Pays-Bas.
  • Seuls les quatre meilleurs résultats sont comptabilisés. Alberto Ascari doit donc décompter les trois points acquis en France et le point acquis en Allemagne, totalisant trente-trois points et demi effectifs pour trente-sept points et demi marqués. De même, Mike Hawthorn doit décompter les deux points acquis en Grande-Bretagne, totalisant dix-huit points effectifs pour vingt points marqués, et José Froilán González doit décompter le point acquis en Belgique, totalisant treize points et demi effectifs pour quatorze points et demi marqués.
  • Sur dix épreuves qualificatives prévues pour le championnat du monde 1953, neuf seront effectivement courues : en septembre les organisateurs du Grand Prix d'Espagne (programmé le 26 octobre) annuleront l'épreuve suite à l'annonce du forfait de la Scuderia Ferrari pour cette course[13].
Classement des pilotes
Pos. Pilote Écurie Points Drapeau : Argentine
ARG
États-Unis
500
Drapeau : Pays-Bas
NL
Drapeau : Belgique
BEL
Drapeau : France
FRA
Drapeau : Royaume-Uni
GBR
Drapeau : Allemagne
ALL
Drapeau : Suisse
SUI
Drapeau : Italie
ITA
Drapeau : Espagne
ESP
1 Drapeau : Italie Alberto Ascari Ferrari 33,5 (37,5) 9* - 8 8 (3) 8,5* (1*)
2 Drapeau : Italie Giuseppe Farina Ferrari 20 - - 6 - 2 4 8
3 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Maserati 19 - - - - 7* 6 6
4 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Ferrari 18 (20) 3 - 3 - 8 (2) 4
5 Drapeau : Argentine José Froilán González Maserati 13,5 (14,5) 4 - 2 (1*) 4 3,5* -
6 Drapeau : Italie Luigi Villoresi Ferrari 13 6 - 1* 6 - - -
7 Drapeau des États-Unis Bill Vukovich Kurtis Kraft 9 - 9* - - - - -
8 Drapeau : Suisse Emmanuel de Graffenried Maserati 7 - - 2 3 - - 2
9 Drapeau des États-Unis Art Cross Kurtis Kraft 6 - 6 - - - - -
10 Drapeau : Italie Felice Bonetto Maserati 5 - - 2 - - - 3
11 Drapeau : Argentine Onofre Marimon Maserati 4 - - - 4 - - -
12 Drapeau des États-Unis Sam Hanks Kurtis Kraft 2 - 2 - - - - -
Drapeau des États-Unis Duane Carter Kurtis Kraft 2 - 2 - - - - -
Drapeau : Argentine Oscar Alfredo Gálvez Maserati 2 2 - - - - - -
Drapeau des États-Unis Jack McGrath Kurtis Kraft 2 - 2 - - - - -
Drapeau : France Maurice Trintignant Gordini 2 - - - 2 - - -
17 Drapeau des États-Unis Fred Agabashian Kurtis Kraft 1,5 - 1,5 - - - - -
Drapeau des États-Unis Paul Russo Kurtis Kraft 1,5 - 1,5 - - - - -

À noter[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Moity et Serge Bellu, « La galerie des championnes - 1952/53 : la Ferrari Type 500 F2 », L'Automobile, no 392,‎ février 1979, p. 85
  2. Chris Nixon, Mon Ami Mate, Éditions Rétroviseur,‎ 1992, 378 p. (ISBN 2-84078-000-3)
  3. Alan Henry, Ferrari - Les monoplaces de Grand Prix, Editions ACLA,‎ 1984, 319 p. (ISBN 2-86519-043-9)
  4. a, b et c (en) Mike Lawrence, Grand Prix Cars 1945-65, Motor racing Publications,‎ 1998, 264 p. (ISBN 1-899870-39-3)
  5. a, b, c et d (en) Mike Lang, Grand Prix volume 1, Haynes Publishing Group,‎ 1981, 288 p. (ISBN 0-85429-276-4)
  6. a et b Christian Huet, Gordini Un sorcier une équipe, Editions Christian Huet,‎ 1984, 485 p. (ISBN 2-9500432-0-8)
  7. Christian Moity, « Quand la gloire conserve », L'Automobile, no 305,‎ octobre 1971, p. 144
  8. (en) Bruce Jones, The complete Encyclopedia of Formula One, Colour Library Direct,‎ 1998, 647 p. (ISBN 1-84100-064-7)
  9. a et b Revue L'Automobile no 89 - septembre 1953
  10. a et b Edmond Cohin, L'historique de la course automobile, Editions Larivière,‎ 1982, 882 p.
  11. L'année automobile 1953 - éditeur : Edita S.A., Lausanne
  12. Christian Moity, « Les maîtres du Ring », L'Automobile, no 375,‎ septembre 1977, p. 88
  13. Johnny Rives, Gérard Flocon et Christian Moity, La fabuleuse histoire de la formule 1, Éditions Nathan,‎ 1991, 707 p. (ISBN 2-09-286450-5)